Histoire des sensibilités et histoire du sensible au temps du Covid19

Domenico Ghirlandaio, ritratto di nonno con nipote, An Old Man and His Grandson c. 1490, Tempera on wood, 62 x 46 cm Musée du Louvre, Paris

“Sens de l’histoire ? Disons-le tout de suite : Alain Corbin ne croit pas que l’Histoire ait un sens —  il n’est pas le seul —  , et sans doute parce qu’il n’a jamais cru qu’elle avait droit à une majuscule, ce qui change toute la perspective.”1

Émotions, perceptions… horreur, colère, dégoût, … vivre le confinement au temps du Covid19

Là où, aujourd’hui, nous subissons de plein fouet une pandémie de Covid19, l’historien.ne doit remettre en question les outils dont il ou elle a besoin pour évaluer une situation compliquée. Dans une réflexion continuelle, historiographique, méthodologique et épistémologique, les conditions de ce questionnement ne sont pas non plus dépourvues de difficultés. Faut-il prendre en compte tous les sentiments et toutes les émotions des individus ou des communautés dans l’écriture active de l’histoire ?

Continuer la lecture de « Histoire des sensibilités et histoire du sensible au temps du Covid19 »
  1. Citation de Pascal Ory, “Préface” in Une histoire des sens, Editions Robert Laffont, Paris, 2016. []

Une histoire contemporaine et naturelle du manioc (XXIe siècle)

Albert Eckhout — scanned from the book Albert Eckhout: een Hollandse kunstenaar in Brazilië ISBN 9040089299 (wikipedia)

En étudiant un peu l’histoire du manioc, pour ma thèse, j’ai décidé de l’envisager aussi sous l’angle de l’histoire contemporaine, au XXIe siècle. Cette approche peut éventuellement éclairer des usages anciens et comprendre ceux d’aujourd’hui… Symbole de la colonisation, importée d’Amérique vers les continents occidentaux et l’Afrique, la racine du manioc est devenue un véritable totem.

Continuer la lecture de « Une histoire contemporaine et naturelle du manioc (XXIe siècle) »

Rédiger un essai ou un mémoire : une méthode

@pexels

Bonjour tous et toutes. Je propose ici quelques pistes pour écrire un mémoire ou un essai. Bien entendu ce sont des méthodes personnelles, éprouvées par ma seule petite personne et il est bien entendu que ce n’est pas une méthode universelle. J’espère que vous y trouverez quelques réflexions intéressantes et pensez à adapter votre rythme de travail car nous sommes tous et toutes différent.es.

L’étape de la lecture

Pendant la période où je lis beaucoup je fais quelques fiches, c’est important de garder une trace de ce qu’on lit sinon trois mois plus tard, on oublie. Pour conserver des notes j’ai plusieurs méthodes : sur des pages de carnet, sur des fichiers Microsoft Word, ou bien par des pense-bêtes qui restent dans le livre (numéro de page + mots clés/grandes thématiques/citations importantes).

Continuer la lecture de « Rédiger un essai ou un mémoire : une méthode »

Lecture : Le détail du monde, l’art perdu de la description de la nature de Romain Bertrand (Editions UH du Seuil)

“Les mots nous manquent pour dire le plus banal des paysages”, nous rappelle la quatrième de couverture. Et qu’est-ce qu’un paysage ? Romain Bertrand brosse le portrait en détail d’un regard sur le monde : celui des naturalistes entre XVIIIe siècle et XIXe siècle et jusqu’au début du XXe siècle. Il tisse des parallèles entre littérature et sciences naturelles, poésie, botanique et zoologie. Partant des vers de Jean Tardieu1, il exprime sa volonté d’écrire “à la manière de l’historien”, “en quête de cette langue perdue” pour “renseigner la chronique de son oubli”2.

Continuer la lecture de « Lecture : Le détail du monde, l’art perdu de la description de la nature de Romain Bertrand (Editions UH du Seuil) »

Lecture : Le commerce des plantes : Empires, réseaux marchands et consommation (XVIe-XXe siècle), Revue d’histoire moderne, 2019/3, n°66-3

https://www.cairn.info/revue-d-histoire-moderne-et-contemporaine-2019-3-page-24.htm
Description des usages et des propriétés écrits en langage nahuatl d’un plant de vanille, illustration issue du Codex florentin (vers 1580). (wikicommons)

Une histoire naturelle des plantes à travers leur commerce, notes de lecture :

Tabac, café, chocolat, huile de palme, arachides : les plantes ont connecté le monde tout en faisant la fortune des puissances coloniales. Le colonialisme européen à l’époque moderne a été, en partie, initié par la recherche d’épices. 

Hélène Blais et Rahul Markovits (Introduction. Le commerce des plantes, XVIe-XXe siècle, pages 7 à 23)

Dans cette revue, Hélène Blais et Rahul Markovits donnent les pistes de réflexions suivantes (cf. Introduction de la revue, Introduction. Le commerce des plantes, XVIe-XXe siècle, pages 7 à 23) :

Continuer la lecture de « Lecture : Le commerce des plantes : Empires, réseaux marchands et consommation (XVIe-XXe siècle), Revue d’histoire moderne, 2019/3, n°66-3 »

Réflexions autour de l’écriture d’un blog/carnet de thèse

@pexels

En ouvrant ce carnet de recherches, ou carnet de thèse, j’avais envie de pouvoir écrire la plupart de mes réflexions autour de la recherche académique, entre autres, tout en mêlant cela avec mes autres pratiques (notamment artistiques). Voici les 5 grands thèmes que je m’impose dans ma vie doctorale quotidienne :

Continuer la lecture de « Réflexions autour de l’écriture d’un blog/carnet de thèse »

Histoires naturelles

De historia stirpium de Leonhart Fuchs (wikipedia)

Dans ce carnet de recherche, je souhaite évoquer de nombreux sujets autour de la recherche en histoire des sciences. A partir d’objets de la « nature », qu’ils soient d’ordre végétal, humain ou animal, ce carnet interrogera les usages, les savoirs, les gestes et les pratiques dans le contexte d’histoires naturelles diverses et par des prismes tels que : l’évolution historique de la recherche scientifique, l’histoire des sciences et de la médecine, l’histoire des traités et des herbiers, l’histoire des lieux où la science s’élabore, l’histoire sociale, culturelle et symbolique ou encore l’histoire du sensible. Les thématiques seront vastes et pourront porter un regard original, mêlant les disciplines, les sources, les territoires d’enquêtes ainsi que les périodes d’études. À travers mon propre sujet de thèse : « À la racine » de la pratique et des savoirs : histoires naturelles de la plante souterraine à l’époque moderne (1530-1735) sous la direction de Pascal Brioist et Concetta Pennuto, et la rédaction du carnet, je souhaite pouvoir parler à la fois de méthodologie et des étapes de la recherche, de vulgarisation historique, de résumés critiques d’ouvrages ainsi que de pistes de réflexions ouvertes sur des champs du visible et de l’invisible dans la nature. Ce carnet permettra de contribuer à l’écriture d’histoires naturelles dans une perspective étendue mais aussi proche des réalités historiques que possible.