Compte rendu de lecture : Une histoire de la forêt de Martine Chalvet (Seuil)

photographie personnelle

Je reposte ici un compte rendu court d’une lecture que j’avais faite il y a quelques temps, publié sur un autre blog… enrichi de quelques remarques additionnelles et corrections.

En lisant cet essai pour mes recherches il y a un moment, je me suis plongée dans l’histoire des forêts. Martine Chalvet, historienne de l’environnement y parle naturellement des forêts françaises, mais pas que.

Continuer la lecture de « Compte rendu de lecture : Une histoire de la forêt de Martine Chalvet (Seuil) »

Notes de lecture : Histoire de la botanique en France, Ad. Davy de Virville, Société d’édition d’enseignement supérieur, 1954

L’ouvrage est orné de 100 portraits, de 60 figures dans le texte et de 16 planches hors-texte. Publié par le Comité Français du VIIIe Congrès International de Botanique, Paris-Nice, 1954. Je l’ai emprunté à la bibliothèque du CESR/UFR/UMR-CNRS 7323. Je me suis intéressée à ce livre par curiosité et aussi pour comprendre la manière dont on voyait les botanistes de la Renaissance en 1954…

A l’origine la SEDES, société d’éditions d’enseignement supérieur publie des manuels universitaires pour étudiants, chercheurs ou ceux qui préparent des concours et des diplômes. La société publiait au départ des travaux de la Sorbonne et s’est élargie ensuite. Elle est issue de la fusion CDU-SEDES. Le Centre de documentation universitaire existait depuis 1935.

Le Comité Français du VIIIe Congrès International de Botanique réunit des spécialistes qui abordent la mise à jour de la discipline, dans sa nomenclature et ses découvertes. Le premier congrès international portait sur l’horticulture et non la botanique, il eut lieu à Bruxelles en 1864. Les congrès qui suivent imposent des questionnements sur le nom des plantes, la théorie de l’évolution et des espèces, les explorations, la différenciation entre règne animal et règne végétal… Les congrès prennent de l’ampleur, parallèlement les expositions universelles mettent en-avant l’industrie et aussi des architectures nouvelles inspirées de la nature organique (Art déco, Art Nouveau…)

Les congrès internationaux suivants furent résolument centrés sur la botanique. Le premier se tient à Paris en 1900. La Seconde Guerre mondiale marque un point d’arrêt à ces rassemblements jusqu’en 1950, à leur reprise.

Le livre dans son introduction (par M. D. De Virville) commence par donner quelques traits sur l’intérêt de la botanique et d’une telle recension de l’histoire française:

Continuer la lecture de « Notes de lecture : Histoire de la botanique en France, Ad. Davy de Virville, Société d’édition d’enseignement supérieur, 1954 »

Lecture : Le commerce des plantes : Empires, réseaux marchands et consommation (XVIe-XXe siècle), Revue d’histoire moderne, 2019/3, n°66-3

https://www.cairn.info/revue-d-histoire-moderne-et-contemporaine-2019-3-page-24.htm
Description des usages et des propriétés écrits en langage nahuatl d’un plant de vanille, illustration issue du Codex florentin (vers 1580). (wikicommons)

Une histoire naturelle des plantes à travers leur commerce, notes de lecture :

Tabac, café, chocolat, huile de palme, arachides : les plantes ont connecté le monde tout en faisant la fortune des puissances coloniales. Le colonialisme européen à l’époque moderne a été, en partie, initié par la recherche d’épices. 

Hélène Blais et Rahul Markovits (Introduction. Le commerce des plantes, XVIe-XXe siècle, pages 7 à 23)

Dans cette revue, Hélène Blais et Rahul Markovits donnent les pistes de réflexions suivantes (cf. Introduction de la revue, Introduction. Le commerce des plantes, XVIe-XXe siècle, pages 7 à 23) :

Continuer la lecture de « Lecture : Le commerce des plantes : Empires, réseaux marchands et consommation (XVIe-XXe siècle), Revue d’histoire moderne, 2019/3, n°66-3 »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search