Brève histoire naturelle du muguet et de ses usages (Lily of the valley)

La Convallaria majalis, ou muguet, en anglais Lily of the valley, est une plante à la senteur douce et printanière. Elle renferme dans toutes ses parties un poison très toxique. Cette dualité, cette dichotomie font d’elle une fleur mystérieusement séduisante, tout comme la fleur du Datura ou l’hellébore noire (dont seule la racine est sombre!). Impossible de ne pas songer au roman de Balzac.

Lily-of-the-valley (Convallaria species): entire flowering plant. Coloured etching by M. Bouchard, 1772. https://wellcomecollection.org/works/mn7t3bz8
Continuer la lecture de « Brève histoire naturelle du muguet et de ses usages (Lily of the valley) »

Histoire naturelle du grillon (en France à l’époque moderne)

gryllus assimilis (Wikipédia)

Ce soir, j’ai regardé une vidéo de La Minute Nature sur la vie des grillons. (La vidéo est disponible ici et je vous conseille par ailleurs de regarder cette chaîne). Et cela m’a inspirée pour écrire un article sur son histoire, éparse, à travers l’époque moderne ( sans viser l’exhaustivité). Cette petite créature aux couleurs sombres, qui creuse des galeries telle une taupe, est un insecte magnifique, de l’espèce des orthoptères et de la famille des gryllidae, qui fait un bruit qu’on dirait sorti tout droit des entrailles alors qu’il s’agit d’une série de trilles effectuées sur ses organes externes.

《Il y avait de petites trilles et un tremolo indescriptible dans le cri le plus aigu du Grillon, lorsque, dans l’ excès de son enthousiasme il faisait des sauts et des bonds.》 – Le grillon du foyer, Charles Dickens

Continuer la lecture de « Histoire naturelle du grillon (en France à l’époque moderne) »

Quelques liens et ressources utiles sur les savoirs coloniaux en histoire / colonial knowledge / history

By es:Martín de la Cruz – https://www.academia.edu/2777939/Libellus_de_Medicinalibus_Indorum_Herbis_Digital_facsimile_, Public Domain, Link

Ces données ne visent pas l’exhaustivité, elles m’ont aidées dans mes recherches depuis le master, ainsi je vous partage mes lectures et les podcasts que j’ai écoutés ici.

Ouvrages et articles :

Continuer la lecture de « Quelques liens et ressources utiles sur les savoirs coloniaux en histoire / colonial knowledge / history »

Some notes on astrology and plants : astrological botany for beginners (like me)

In this article I try to introduce the readers with astrological botany… If you have further information, I’d be pleased to hear from you. Here is a little insight of the knowledge I have of this discipline :

The Zodiac Man a diagram of a human body and astrological symbols with instructions explaining the importance of astrology from a medical perspective. From a 15th-century Welsh manuscript,  Gutun Owain – National Library of Wales – public domain – wikipedia

Yesterday, Thursday 4 June, I took part in an informal conversation “Virtual Casebooks Therapy” via Zoom with History Professor Lauren Kassell and her team, who worked on the very interesting Casebooks Project (click on the link here to see more, & their twitter page is here. ). I had questions on how to read the cases. I measure the chance I had to ask questions to them as long-distance tools made those discussions possible. & I wanted to write a blog post about astrology and plants, which is a very new subject for me.

During the year of writing my master’s dissertation on William Turner’s New Herball (see more here), I came across a very intriguing subject on how to cultivate plants, grow plants and how to pick flowers, mushrooms and herbs at the right moment for the best efficiency as parts of the pharmacopoeia. Herbalism during the Renaissance was much inspired by the traditions of Antiquity and the Middle Ages (see Jerry Stannard’s books). Bodies, souls and their connection with earth formed a cycle which we could understand via two approaches: rational approach and magical approach. In 2018, I found many information reading the books by Paola Zambelli Astrology and magic from the Medieval Latin and Islamic World to Renaissance Europe: theories and approaches“, and by A. DelatteHerbarius, Recherches sur le cérémonial usité chez les anciens pour la cueillette des simples et des plantes magiques” (see the document here).

Continuer la lecture de « Some notes on astrology and plants : astrological botany for beginners (like me) »

Notes de lecture : Histoire de la botanique en France, Ad. Davy de Virville, Société d’édition d’enseignement supérieur, 1954

L’ouvrage est orné de 100 portraits, de 60 figures dans le texte et de 16 planches hors-texte. Publié par le Comité Français du VIIIe Congrès International de Botanique, Paris-Nice, 1954. Je l’ai emprunté à la bibliothèque du CESR/UFR/UMR-CNRS 7323. Je me suis intéressée à ce livre par curiosité et aussi pour comprendre la manière dont on voyait les botanistes de la Renaissance en 1954…

A l’origine la SEDES, société d’éditions d’enseignement supérieur publie des manuels universitaires pour étudiants, chercheurs ou ceux qui préparent des concours et des diplômes. La société publiait au départ des travaux de la Sorbonne et s’est élargie ensuite. Elle est issue de la fusion CDU-SEDES. Le Centre de documentation universitaire existait depuis 1935.

Le Comité Français du VIIIe Congrès International de Botanique réunit des spécialistes qui abordent la mise à jour de la discipline, dans sa nomenclature et ses découvertes. Le premier congrès international portait sur l’horticulture et non la botanique, il eut lieu à Bruxelles en 1864. Les congrès qui suivent imposent des questionnements sur le nom des plantes, la théorie de l’évolution et des espèces, les explorations, la différenciation entre règne animal et règne végétal… Les congrès prennent de l’ampleur, parallèlement les expositions universelles mettent en-avant l’industrie et aussi des architectures nouvelles inspirées de la nature organique (Art déco, Art Nouveau…)

Les congrès internationaux suivants furent résolument centrés sur la botanique. Le premier se tient à Paris en 1900. La Seconde Guerre mondiale marque un point d’arrêt à ces rassemblements jusqu’en 1950, à leur reprise.

Le livre dans son introduction (par M. D. De Virville) commence par donner quelques traits sur l’intérêt de la botanique et d’une telle recension de l’histoire française:

Continuer la lecture de « Notes de lecture : Histoire de la botanique en France, Ad. Davy de Virville, Société d’édition d’enseignement supérieur, 1954 »

Recension de quelques racines contre les maux de tête, entre XVIe et XVIIe siècles (Sources : Histoire des plantes, J. Daléchamps)

Hans-Simon Holtzbecker, Ecballium elaterium, gouache on vellum, in: Gottorfer Codex, Wikicommons

Jacques Daléchamps, docteur de l’université de Montpellier (1545) avait suivi les cours de Guillaume Rondelet, d’où le développement accru d’une curiosité médicale tournée vers les plantes et l’instinct de naturaliste-botaniste. Ayant exercé à l’Hôtel-Dieu, on le voit dans son Histoire des plantes (Historia generalis Plantarum, Lyon, 1586), sa pratique est caractérisée par une érudition critique envers les sources qu’il compile. Jacques Daléchamps met ses connaissances au service d’une médecine appuyée par la pharmacopée, précise, détaillée. En cela, il est aidé par de grands noms dans l’histoire de la botanique, Jean Bauhin ou Jean Des Moulins (traducteur fameux, entre Matthiole et Dioscoride). L’ouvrage Histoire des plantes est monstrueusement épais. Qu’on ne vienne pas me dire qu’il ne s’agit là que d’images ou de planches illustrées. L’herbier décrit plus de 2731 plantes et les descriptions des deux sortes de Mandragores, par exemple, lui prend exactement 4 longues pages de travail de compilation des sources, de travail philologique, étymologique, et épistémologique, de corrections/rectifications des erreurs anciennes. Son travail colossal était surnommé “Histoire des plantes de Lion” et fut l’objet d’une vive critique de la part de botanistes, notamment Gaspard Bauhin (Animadversiones in historiam generalem plantarum Lugduni (Francfort, 1601, in-4°),1.

Continuer la lecture de « Recension de quelques racines contre les maux de tête, entre XVIe et XVIIe siècles (Sources : Histoire des plantes, J. Daléchamps) »
  1. Gerber C. Une controverse : Les progrès de la botanique au XVIIe siècle. In: Bulletin de la Société d’histoire de la pharmacie, 15ᵉ année, n°56, 1927. pp. 477-491. doi : 10.3406/pharm.1927.1692 http://www.persee.fr/doc/pharm_0995-838x_1927_num_15_56_1692 []

Le comment de la thèse : écrire les histoires naturelles

American Turk’s cap Lily, Lilium superbumGeorg Dionysius Ehret (1708-70), About 1750-3, Watercolor and gouache on vellum V&A Museum no. D.589-1886

Mais que fait-on là, à “faire” une thèse, à la “produire”, la “fabriquer”, à l’écrire ? Avant de se demander pourquoi, je réalise que c’est par la question “comment?” que les réponses apparaissent çà et là.

La trace

“Il ne s’agit pas non plus de reproduire un réel, un vécu qui aurait échappé aux gens de savoir. Mais seulement de s’insinuer, comme par effraction, à l’aide de sources jusqu’ici peu utilisées, dans cet espace ouvert (…)” dit Arlette Farge au sujet des rues.1

Dans l’interminable flot des connaissances, il y a celles sur lesquelles nous ne nous sommes jamais penchés, et puis il y a les connaissances sur lesquelles nous nous sommes arrêtés mille fois. Dans les deux cas, on cherche, on tâtonne. On oriente le regard, on change d’optique, on pose d’autres questions. L’enquête se poursuit toujours sur de nouveaux terrains, poussiéreux ou plus fréquentés. La trace est souvent plus visible par les écrits des chercheurs, mais elle peut naître aussi de l’invisible. On s’interroge, on se demande s’il est possible d’interpréter tel ou tel fait. Nos réflexions se muent, se transforment. Quelques fois, nos pensées se heurtent à une incapacité, un mur, un vide, une obscurité. La trace sert de fil conducteur. Elle est la marque de la mémoire : mais laquelle ? Elle reste à être écrite par quelqu’un, quelque part. Mais pourquoi chercher dans les mots la nature ?

Continuer la lecture de « Le comment de la thèse : écrire les histoires naturelles »
  1. Farge, Arlette. Vivre dans la rue à Paris au XVIIIe siècle. Editions Gallimard, 2014. []

Une histoire contemporaine et naturelle du manioc (XXIe siècle)

Albert Eckhout — scanned from the book Albert Eckhout: een Hollandse kunstenaar in Brazilië ISBN 9040089299 (wikipedia)

En étudiant un peu l’histoire du manioc, pour ma thèse, j’ai décidé de l’envisager aussi sous l’angle de l’histoire contemporaine, au XXIe siècle. Cette approche peut éventuellement éclairer des usages anciens et comprendre ceux d’aujourd’hui… Symbole de la colonisation, importée d’Amérique vers les continents occidentaux et l’Afrique, la racine du manioc est devenue un véritable totem.

Continuer la lecture de « Une histoire contemporaine et naturelle du manioc (XXIe siècle) »

Lecture : Le détail du monde, l’art perdu de la description de la nature de Romain Bertrand (Editions UH du Seuil)

“Les mots nous manquent pour dire le plus banal des paysages”, nous rappelle la quatrième de couverture. Et qu’est-ce qu’un paysage ? Romain Bertrand brosse le portrait en détail d’un regard sur le monde : celui des naturalistes entre XVIIIe siècle et XIXe siècle et jusqu’au début du XXe siècle. Il tisse des parallèles entre littérature et sciences naturelles, poésie, botanique et zoologie. Partant des vers de Jean Tardieu1, il exprime sa volonté d’écrire “à la manière de l’historien”, “en quête de cette langue perdue” pour “renseigner la chronique de son oubli”2.

Continuer la lecture de « Lecture : Le détail du monde, l’art perdu de la description de la nature de Romain Bertrand (Editions UH du Seuil) »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search