Parle à ma thèse (3) : Quelques réflexions sur l’avancée de ma thèse en première année de doctorat

(source : pexels)

Nous voici arrivé · es au terme d’un semestre bien chargé en émotions et les émotions dans la recherche peuvent très bien nous mener dans des lieux obscurs et dissimulés, ce qui fut le cas pour ma part. D’une phase de découragement, d’annulations et de reports de projets, et de manque de sources, je suis passée à une phase d’écriture et de prospection, suivie d’une phase d’accumulation et de mise en forme. Comme écrire semble être salutaire pour la santé mentale disons-le, il faut bien noter que le milieu de la recherche peut parfois paraître d’une générosité infaillible tout comme il peut paraître sous sa forme la plus faustienne, tel son jumeau contraire et diabolique. Et c’est dans le silence des mots – et des clics -, qu’en tant que doctorante, j’ai sorti un peu la tête hors de l’eau pendant le confinement.

Résumé de la thèse en préparation : http://www.theses.fr/s238627

Photographie personnelle, Fantômes, traces, installation « in situ », pour l’école d’art et de design de Tours, 2018

Parmi les grandes étapes que je voulais franchir cette année, voici celles que je n’ai pas réussi à franchir, avant de parler des succès.

Continuer la lecture de « Parle à ma thèse (3) : Quelques réflexions sur l’avancée de ma thèse en première année de doctorat »

Quelques liens et ressources utiles sur les savoirs coloniaux en histoire / colonial knowledge / history

By es:Martín de la Cruz – https://www.academia.edu/2777939/Libellus_de_Medicinalibus_Indorum_Herbis_Digital_facsimile_, Public Domain, Link

Ces données ne visent pas l’exhaustivité, elles m’ont aidées dans mes recherches depuis le master, ainsi je vous partage mes lectures et les podcasts que j’ai écoutés ici.

Ouvrages et articles :

Continuer la lecture de « Quelques liens et ressources utiles sur les savoirs coloniaux en histoire / colonial knowledge / history »

Les balbutiements d’une première base de données iconographiques pour la thèse (Parle à ma thèse 4)

Depuis que j’ai donné un TD en classe de L2 d’histoire moderne ce dernier semestre, j’ai vu à quel point les étudiants manquaient d’images pour visualiser un passé souvent trop lointain et confus dans leur esprit. Sans image, les textes, lorsqu’ils ou elles les décrivent ont deux résonnances : ils sont soit décrits de manière très distante et semblent presque désuets et périmés, perdant tout leur sens, soit ils paraissent faire écho à nos situations actuelles contemporaines, parfois trop, entraînant d’énormes anachronismes ! Or, si l’on applique systématiquement une image à un texte, d’autres idées viennent pour s’exprimer sur une période donnée, un évènement du passé, l’image replace automatiquement l’histoire dans un contexte. Faire une base de données iconographiques pour ma thèse m’a donc paru inévitable. S’il faut parler d’objet végétal, d’objet-médicament, d’objet-savoir, de « matériau-savoir« , s’il faut raconter à la fois une histoire culturelle et une histoire matérielle d’un objet comme la racine, alors il faut des images : pour les imaginer, s’imprégner d’un style, d’une présence, peut-être un peu en bas à droite, à l’écart d’un grand tableau, peut-être sur un rebord de table, comme reste d’un repas dans une assiette, ou au pied d’un grand arbre, par terre… peu importe.

Depuis janvier, j’ai donc envisagé cette base de données avec une grande appréhension. Bien entendu, il faudra interpréter les images, quand celles-ci parlent d’elles-mêmes ou quand d’autres semblent plus complexes à décrypter. La première chose qui m’est venue à l’esprit est de définir quel type d’images je voulais récupérer. L’idée m’est venue aussi en visitant plusieurs musées dont celui de Valenciennes (Musée des Beaux-Arts) où l’on trouve la fameuse marchande de légumes peinte par Joachim Beuckelaer en 1564. Voici une autre version :

Huile sur toile de Joachim Beuckelaer (1564), Staatliche Museen, Kassel

Je n’ai pas encore établi de grille-type permettant de sélectionner mes images avec des critères propres à ma base de données iconographiques. Au départ, j’utilisais un simple fichier dans l’ordinateur pour les classer par « Illustrations de racines », puis « Autres iconographies autour des racines » avec notamment des frontispices d’ouvrages. Et puis, il faut bien se rendre à l’évidence, la base de données qui va forcément évoluer, a besoin d’être pensée, réfléchie. Avec l’écriture, le métalangage du blog hypothèses, je me suis dit que c’était l’occasion.

Quelques critères pour la sélection des images (partiellement définis):

Continuer la lecture de « Les balbutiements d’une première base de données iconographiques pour la thèse (Parle à ma thèse 4) »

Notes on the medical properties of food during the 18th century (J. Worth Estes) [article review]

Elegant snack – Christian Berentz – Web Gallery of Art:   Image  (wikicommons)

These notes are taken while reading the article written by J. Worth Estes in the Journal of the History of Medicine and Allied Sciences. The comments are mine, reflecting my own views and my thoughts during my PhD researches and wanderings…

Reference : « The Medical Properties of Food in the Eighteenth Century », J. WORTH ESTES, Journal of the History of Medicine and Allied Sciences, APRIL 1996, Vol. 51, No. 2, pp. 127-154, Oxford University Press, http://www.jstor.com/stable/24624109

« There is no sharp borderline between food and drug » (p.127) underlines J. Worth Estes, quoting Henry S. Sigerist (A History of Medicine, 1951).

This phrase points out the « nutritional roles » and the functionalities of food in a therapeutic way (« healing roles » he says). This utilitarianism is very ancient, and Galen or Dioscorides saw plants and food as same products used to heal the body (or the mind). The article written by J. Worth Estes also emphasizes on the influence of the work in the ancient Hippocratic corpus : « food’s role in supplying the body’s ordinary, predictable, needs ». Quoting the Hippocratic corpus, he notes that dietetic and nutritional practices are linked to medical and pharmacological therapies. In fact, they all repair the body, filling in the « continual loss« , the imbalances of the body in its different parts, the « damaged » parts..

Continuer la lecture de « Notes on the medical properties of food during the 18th century (J. Worth Estes) [article review] »

Quelques notes sur la conception de l’espace naturel chez Samuel de Champlain

Détail de la carte de Samuel de Champlain. « Cette carte sur vélin de style portulan a été établie par Champlain lui-même en 1607, afin de la présenter au roi de France. La carte de Nouvelle-France établit la première délimitation approfondie de ce qui deviendra la Nouvelle-Angleterre et les côtes atlantiques du Canada, de Cap-Sable à Cap Blanc (Cap Cod). On y indique Port-Royal, la Baye Blanche (baie de Cap Cod), la Baye Françoise, les fleuves Saint-JeanSainte-Croix et Penobscot, ainsi que la baie de la rivière Kennebec et l’île des Monts Déserts« . Champlain, Samuel de (1567-1635) — http://dl.wdl.org/280.png Gallery: http://www.wdl.org/en/item/280/ Domaine public, source : wikipedia

Aujourd’hui , je me suis intéressée brièvement sur la conception de l’espace naturel chez Samuel de Champlain. Je ne suis absolument pas géographe/cartographe et mon apprentissage de cette matière se résume à des notions fondamentales apprises pendant ma préparation du CAPES d’histoire géographie et à des lectures plus poussées pendant la préparation de l’agrégation l’année suivante. Pendant mes années d’écriture des mémoires de maîtrise et de master, j’ai tout de même dû me pencher sur un certain type de géographie : la topographie et la toponymie. C’est en suivant les traces des naturalistes William Turner et Leonhart Fuchs, qui ont tous les deux beaucoup voyagé et ont connu l’exil religieux en Europe, au XVIe siècle, que j’ai compris à quel point la géographie n’est pas accessoire à leur profession, elle en est parfois l’essence même. Dans leur travail respectif, on voit qu’ils ont vu la nécessité de créer une « botanique » de proximité, plus locale, citant les lieux des plantes qu’ils ont vraiment croisées, et les lieux des plantes plus exotiques. Les lieux à travers l’histoire… voilà un enjeu fascinant de la recherche.

Continuer la lecture de « Quelques notes sur la conception de l’espace naturel chez Samuel de Champlain »

Some notes on astrology and plants : astrological botany for beginners (like me)

In this article I try to introduce the readers with astrological botany… If you have further information, I’d be pleased to hear from you. Here is a little insight of the knowledge I have of this discipline :

The Zodiac Man a diagram of a human body and astrological symbols with instructions explaining the importance of astrology from a medical perspective. From a 15th-century Welsh manuscript,  Gutun Owain – National Library of Wales – public domain – wikipedia

Yesterday, Thursday 4 June, I took part in an informal conversation « Virtual Casebooks Therapy » via Zoom with History Professor Lauren Kassell and her team, who worked on the very interesting Casebooks Project (click on the link here to see more, & their twitter page is here. ). I had questions on how to read the cases. I measure the chance I had to ask questions to them as long-distance tools made those discussions possible. & I wanted to write a blog post about astrology and plants, which is a very new subject for me.

During the year of writing my master’s dissertation on William Turner’s New Herball (see more here), I came across a very intriguing subject on how to cultivate plants, grow plants and how to pick flowers, mushrooms and herbs at the right moment for the best efficiency as parts of the pharmacopoeia. Herbalism during the Renaissance was much inspired by the traditions of Antiquity and the Middle Ages (see Jerry Stannard’s books). Bodies, souls and their connection with earth formed a cycle which we could understand via two approaches: rational approach and magical approach. In 2018, I found many information reading the books by Paola Zambelli « Astrology and magic from the Medieval Latin and Islamic World to Renaissance Europe: theories and approaches« , and by A. Delatte « Herbarius, Recherches sur le cérémonial usité chez les anciens pour la cueillette des simples et des plantes magiques » (see the document here).

Continuer la lecture de « Some notes on astrology and plants : astrological botany for beginners (like me) »

Compte rendu de lecture : Une histoire de la forêt de Martine Chalvet (Seuil)

photographie personnelle

Je reposte ici un compte rendu court d’une lecture que j’avais faite il y a quelques temps, publié sur un autre blog… enrichi de quelques remarques additionnelles et corrections.

En lisant cet essai pour mes recherches il y a un moment, je me suis plongée dans l’histoire des forêts. Martine Chalvet, historienne de l’environnement y parle naturellement des forêts françaises, mais pas que.

Continuer la lecture de « Compte rendu de lecture : Une histoire de la forêt de Martine Chalvet (Seuil) »

Notes de lecture : Histoire de la botanique en France, Ad. Davy de Virville, Société d’édition d’enseignement supérieur, 1954

L’ouvrage est orné de 100 portraits, de 60 figures dans le texte et de 16 planches hors-texte. Publié par le Comité Français du VIIIe Congrès International de Botanique, Paris-Nice, 1954. Je l’ai emprunté à la bibliothèque du CESR/UFR/UMR-CNRS 7323. Je me suis intéressée à ce livre par curiosité et aussi pour comprendre la manière dont on voyait les botanistes de la Renaissance en 1954…

A l’origine la SEDES, société d’éditions d’enseignement supérieur publie des manuels universitaires pour étudiants, chercheurs ou ceux qui préparent des concours et des diplômes. La société publiait au départ des travaux de la Sorbonne et s’est élargie ensuite. Elle est issue de la fusion CDU-SEDES. Le Centre de documentation universitaire existait depuis 1935.

Le Comité Français du VIIIe Congrès International de Botanique réunit des spécialistes qui abordent la mise à jour de la discipline, dans sa nomenclature et ses découvertes. Le premier congrès international portait sur l’horticulture et non la botanique, il eut lieu à Bruxelles en 1864. Les congrès qui suivent imposent des questionnements sur le nom des plantes, la théorie de l’évolution et des espèces, les explorations, la différenciation entre règne animal et règne végétal… Les congrès prennent de l’ampleur, parallèlement les expositions universelles mettent en-avant l’industrie et aussi des architectures nouvelles inspirées de la nature organique (Art déco, Art Nouveau…)

Les congrès internationaux suivants furent résolument centrés sur la botanique. Le premier se tient à Paris en 1900. La Seconde Guerre mondiale marque un point d’arrêt à ces rassemblements jusqu’en 1950, à leur reprise.

Le livre dans son introduction (par M. D. De Virville) commence par donner quelques traits sur l’intérêt de la botanique et d’une telle recension de l’histoire française:

Continuer la lecture de « Notes de lecture : Histoire de la botanique en France, Ad. Davy de Virville, Société d’édition d’enseignement supérieur, 1954 »

Recension de quelques racines contre les maux de tête, entre XVIe et XVIIe siècles (Sources : Histoire des plantes, J. Daléchamps)

Hans-Simon Holtzbecker, Ecballium elaterium, gouache on vellum, in: Gottorfer Codex, Wikicommons

Jacques Daléchamps, docteur de l’université de Montpellier (1545) avait suivi les cours de Guillaume Rondelet, d’où le développement accru d’une curiosité médicale tournée vers les plantes et l’instinct de naturaliste-botaniste. Ayant exercé à l’Hôtel-Dieu, on le voit dans son Histoire des plantes (Historia generalis Plantarum, Lyon, 1586), sa pratique est caractérisée par une érudition critique envers les sources qu’il compile. Jacques Daléchamps met ses connaissances au service d’une médecine appuyée par la pharmacopée, précise, détaillée. En cela, il est aidé par de grands noms dans l’histoire de la botanique, Jean Bauhin ou Jean Des Moulins (traducteur fameux, entre Matthiole et Dioscoride). L’ouvrage Histoire des plantes est monstrueusement épais. Qu’on ne vienne pas me dire qu’il ne s’agit là que d’images ou de planches illustrées. L’herbier décrit plus de 2731 plantes et les descriptions des deux sortes de Mandragores, par exemple, lui prend exactement 4 longues pages de travail de compilation des sources, de travail philologique, étymologique, et épistémologique, de corrections/rectifications des erreurs anciennes. Son travail colossal était surnommé « Histoire des plantes de Lion » et fut l’objet d’une vive critique de la part de botanistes, notamment Gaspard Bauhin (Animadversiones in historiam generalem plantarum Lugduni (Francfort, 1601, in-4°),1.

Continuer la lecture de « Recension de quelques racines contre les maux de tête, entre XVIe et XVIIe siècles (Sources : Histoire des plantes, J. Daléchamps) »
  1. Gerber C. Une controverse : Les progrès de la botanique au XVIIe siècle. In: Bulletin de la Société d’histoire de la pharmacie, 15ᵉ année, n°56, 1927. pp. 477-491. doi : 10.3406/pharm.1927.1692 http://www.persee.fr/doc/pharm_0995-838x_1927_num_15_56_1692 []

Parle à ma thèse (2) : La thèse expliquée à mes proches, au 8ème mois (bilan)

Voici comment expliquer le déroulement de ma première année de thèse (j’en suis seulement à mon huitième mois !) à mes proches, personne n’explique jamais ce qu’est vraiment être en thèse. Alors voici ! Et bon courage à tous les thésard.e.s ! 🙂

pexels

« On peut saisir l’occasion de la thèse (…) pour retrouver un sens positif aux études et à leur progression, entendues non pas comme une accumulation de savoir, mais comme réflexion critique sur une expérience, comme l’acquisition d’une compétence, utile pour son avenir, à identifier les problèmes, à les aborder avec méthode et à les exposer suivant certaines techniques de communication. » Umberto Eco, Comment écrire sa thèse, Flammarion, 2016.

Continuer la lecture de « Parle à ma thèse (2) : La thèse expliquée à mes proches, au 8ème mois (bilan) »

Le comment de la thèse : écrire les histoires naturelles

American Turk’s cap Lily, Lilium superbumGeorg Dionysius Ehret (1708-70), About 1750-3, Watercolor and gouache on vellum V&A Museum no. D.589-1886

Mais que fait-on là, à « faire » une thèse, à la « produire », la « fabriquer », à l’écrire ? Avant de se demander pourquoi, je réalise que c’est par la question « comment? » que les réponses apparaissent çà et là.

La trace

« Il ne s’agit pas non plus de reproduire un réel, un vécu qui aurait échappé aux gens de savoir. Mais seulement de s’insinuer, comme par effraction, à l’aide de sources jusqu’ici peu utilisées, dans cet espace ouvert (…) » dit Arlette Farge au sujet des rues.1

Dans l’interminable flot des connaissances, il y a celles sur lesquelles nous ne nous sommes jamais penchés, et puis il y a les connaissances sur lesquelles nous nous sommes arrêtés mille fois. Dans les deux cas, on cherche, on tâtonne. On oriente le regard, on change d’optique, on pose d’autres questions. L’enquête se poursuit toujours sur de nouveaux terrains, poussiéreux ou plus fréquentés. La trace est souvent plus visible par les écrits des chercheurs, mais elle peut naître aussi de l’invisible. On s’interroge, on se demande s’il est possible d’interpréter tel ou tel fait. Nos réflexions se muent, se transforment. Quelques fois, nos pensées se heurtent à une incapacité, un mur, un vide, une obscurité. La trace sert de fil conducteur. Elle est la marque de la mémoire : mais laquelle ? Elle reste à être écrite par quelqu’un, quelque part. Mais pourquoi chercher dans les mots la nature ?

Continuer la lecture de « Le comment de la thèse : écrire les histoires naturelles »
  1. Farge, Arlette. Vivre dans la rue à Paris au XVIIIe siècle. Editions Gallimard, 2014. []

Parle à ma thèse : journée type dédiée à la thèse pour doctorante en confinement

Pexels

Organiser son temps… enfin essayer

6h20. Je me lève. OK. Beaucoup plus tard, (et surtout, après que mes médicaments quotidiens aient fait leur effet) je me lève. Petit déjeuner. Pour prendre des forces. La matinée s’annonce radieuse en confinement. La pile de vaisselle est gigantesque. Le café va bientôt manquer… Mission du matin lorsque je dédie une journée entière à ma thèse : écrire ses objectifs. Vaguement.

☑ Analyser la bibliographie d’un article

☑ Faire une fiche de synthèse pour un article de revue

☑ Ordonner sa biblio dans Zotero

☑ Transcrire des passages d’un herbier

☐ Corriger des copies

Etc.

Une fois ces objectifs notés, je ne me dis pas qu’il faut absolument que je les réalise. Il y aura toujours des choses qui resteront inachevées ou irréalisables. J’organise mon espace de travail. En temps de confinement, c’est aussi savoir s’isoler, avec les écouteurs par exemple si le compagnon de confinement télé-travaille en conf’call à côté. Je prépare toujours une pile de livres en rapport avec les thèmes que je vais travailler dans la journée afin de ne pas me lever toutes les 36 secondes. Je me sers une bonne rasade de thé vert ou de café, je range un peu, j’aère, et je commence.

En règle générale, le matin, l’esprit étant plus clair, je lis les livres à ma disposition. Sortez les post-it, le crayon de bois et les surligneurs ! Je note sur la page blanche ou la page titre du livre en cours au crayon les numéros des pages qui m’intéressent.

Continuer la lecture de « Parle à ma thèse : journée type dédiée à la thèse pour doctorante en confinement »

Histoire des sensibilités et histoire du sensible au temps du Covid19

Domenico Ghirlandaio, ritratto di nonno con nipote, An Old Man and His Grandson c. 1490, Tempera on wood, 62 x 46 cm Musée du Louvre, Paris

« Sens de l’histoire ? Disons-le tout de suite : Alain Corbin ne croit pas que l’Histoire ait un sens —  il n’est pas le seul —  , et sans doute parce qu’il n’a jamais cru qu’elle avait droit à une majuscule, ce qui change toute la perspective. »1

Émotions, perceptions… horreur, colère, dégoût, … vivre le confinement au temps du Covid19

Là où, aujourd’hui, nous subissons de plein fouet une pandémie de Covid19, l’historien.ne doit remettre en question les outils dont il ou elle a besoin pour évaluer une situation compliquée. Dans une réflexion continuelle, historiographique, méthodologique et épistémologique, les conditions de ce questionnement ne sont pas non plus dépourvues de difficultés. Faut-il prendre en compte tous les sentiments et toutes les émotions des individus ou des communautés dans l’écriture active de l’histoire ?

Continuer la lecture de « Histoire des sensibilités et histoire du sensible au temps du Covid19 »
  1. Citation de Pascal Ory, “Préface” in Une histoire des sens, Editions Robert Laffont, Paris, 2016. []

Une histoire contemporaine et naturelle du manioc (XXIe siècle)

Albert Eckhout — scanned from the book Albert Eckhout: een Hollandse kunstenaar in Brazilië ISBN 9040089299 (wikipedia)

En étudiant un peu l’histoire du manioc, pour ma thèse, j’ai décidé de l’envisager aussi sous l’angle de l’histoire contemporaine, au XXIe siècle. Cette approche peut éventuellement éclairer des usages anciens et comprendre ceux d’aujourd’hui… Symbole de la colonisation, importée d’Amérique vers les continents occidentaux et l’Afrique, la racine du manioc est devenue un véritable totem.

Continuer la lecture de « Une histoire contemporaine et naturelle du manioc (XXIe siècle) »

Rédiger un essai ou un mémoire : une méthode

@pexels

Bonjour tous et toutes. Je propose ici quelques pistes pour écrire un mémoire ou un essai. Bien entendu ce sont des méthodes personnelles, éprouvées par ma seule petite personne et il est bien entendu que ce n’est pas une méthode universelle. J’espère que vous y trouverez quelques réflexions intéressantes et pensez à adapter votre rythme de travail car nous sommes tous et toutes différent.es.

L’étape de la lecture

Pendant la période où je lis beaucoup je fais quelques fiches, c’est important de garder une trace de ce qu’on lit sinon trois mois plus tard, on oublie. Pour conserver des notes j’ai plusieurs méthodes : sur des pages de carnet, sur des fichiers Microsoft Word, ou bien par des pense-bêtes qui restent dans le livre (numéro de page + mots clés/grandes thématiques/citations importantes).

Continuer la lecture de « Rédiger un essai ou un mémoire : une méthode »