Brève histoire naturelle du muguet et de ses usages (Lily of the valley)

La Convallaria majalis, ou muguet, en anglais Lily of the valley, est une plante à la senteur douce et printanière. Elle renferme dans toutes ses parties un poison très toxique. Cette dualité, cette dichotomie font d’elle une fleur mystérieusement séduisante, tout comme la fleur du Datura ou l’hellébore noire (dont seule la racine est sombre!). Impossible de ne pas songer au roman de Balzac.

Lily-of-the-valley (Convallaria species): entire flowering plant. Coloured etching by M. Bouchard, 1772. https://wellcomecollection.org/works/mn7t3bz8

« Quand je m’assis sous mon noyer, le soleil de midi faisait pétiller les ardoises de son toit et les vitres de ses fenêtres. Sa robe de percale produisait le point blanc que je remarquai dans ses vignes ! sous un hallebergier. Elle était, comme vous le savez déjà, sans rien savoir encore, le lys de cette vallée où elle croissait pour le ciel, en la remplissant du parfum de ses vertus. L’amour infini, sans autre aliment qu’un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie, je le trouvais exprimé par ce long ruban d’eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d’amour, par les bois de chênes qui s’avancent entre les vignobles sur des coteaux que la rivière arrondit toujours différemment, et par ces horizons estompés qui fuient en se contrariant » Source1.

Histoire des plantes de Rembert Dodoens chez Jean Loe, 1557, conservée à la Bibliothèque nationale d’Autriche

Rembert Dodoens (1517-1585) décrit le grand Muguet comme une fleur à deux feuilles vertes, unies, semblables aux feuilles du Lys blanc, mais plus petites et plus tendres toutefois. La tige du muguet est de la hauteur d’une paume de main, et en haut de la tige pendent sept ou huit belles petites fleurs blanches, ou davantage. Son odeur est très forte mais « aimable », à la manière du lys. Quand les fleurs tombent, des baies rouges apparaissent. Sa racine est fibreuse et « se traîne çà et là ». Le muguet a pour propriétés médicinales de redonner la parole à ceux qui sont « tombés en Apoplexie » et de redonner de la force aux paralytiques. L’eau de muguet fortifie la mémoire. Sa racine réduite en poudre (au poids d’une demi-drachme) est bonne contre la peste et tous les poisons. La racine peut aussi être appliquée sur les plaies fraîches et sur les yeux et zones inflammés.

Continuer la lecture de « Brève histoire naturelle du muguet et de ses usages (Lily of the valley) »
  1. Honoré de Balzac, Le Lys dans la Vallée, Edition Houssiaux, 1874, première édition 1836 []

Parle à ma thèse (3) : Quelques réflexions sur l’avancée de ma thèse en première année de doctorat

(source : pexels)

Nous voici arrivé · es au terme d’un semestre bien chargé en émotions et les émotions dans la recherche peuvent très bien nous mener dans des lieux obscurs et dissimulés, ce qui fut le cas pour ma part. D’une phase de découragement, d’annulations et de reports de projets, et de manque de sources, je suis passée à une phase d’écriture et de prospection, suivie d’une phase d’accumulation et de mise en forme. Comme écrire semble être salutaire pour la santé mentale disons-le, il faut bien noter que le milieu de la recherche peut parfois paraître d’une générosité infaillible tout comme il peut paraître sous sa forme la plus faustienne, tel son jumeau contraire et diabolique. Et c’est dans le silence des mots – et des clics -, qu’en tant que doctorante, j’ai sorti un peu la tête hors de l’eau pendant le confinement.

Résumé de la thèse en préparation : http://www.theses.fr/s238627

Photographie personnelle, Fantômes, traces, installation « in situ », pour l’école d’art et de design de Tours, 2018

Parmi les grandes étapes que je voulais franchir cette année, voici celles que je n’ai pas réussi à franchir, avant de parler des succès.

Continuer la lecture de « Parle à ma thèse (3) : Quelques réflexions sur l’avancée de ma thèse en première année de doctorat »

Liste de podcasts audio et vidéo d’histoire des sciences et d’histoire coloniale des Rendez-vous de l’Histoire de Blois

source: pexels
Citer cet article comme : Tassanee Alleau, "Liste de podcasts audio et vidéo d’histoire des sciences et d’histoire coloniale des Rendez-vous de l’Histoire de Blois," in Histoires Naturelles, 28/08/2020, https://histoiresnat.hypotheses.org/1853.

Histoire naturelle du grillon (en France à l’époque moderne)

gryllus assimilis (Wikipédia)

Ce soir, j’ai regardé une vidéo de La Minute Nature sur la vie des grillons. (La vidéo est disponible ici et je vous conseille par ailleurs de regarder cette chaîne). Et cela m’a inspirée pour écrire un article sur son histoire, éparse, à travers l’époque moderne ( sans viser l’exhaustivité). Cette petite créature aux couleurs sombres, qui creuse des galeries telle une taupe, est un insecte magnifique, de l’espèce des orthoptères et de la famille des gryllidae, qui fait un bruit qu’on dirait sorti tout droit des entrailles alors qu’il s’agit d’une série de trilles effectuées sur ses organes externes.

《Il y avait de petites trilles et un tremolo indescriptible dans le cri le plus aigu du Grillon, lorsque, dans l’ excès de son enthousiasme il faisait des sauts et des bonds.》 – Le grillon du foyer, Charles Dickens

Le grillon est connu depuis la nuit des temps. Il fait même partie des jeux d’enfants qui s’amusent à l’attraper en devinant où il se trouve. Son bruit caractéristique retentit le jour comme la nuit. Dans ses fables inspirées d’Ésope, à la manière de Jean de la Fontaine, un poète du XVIIIe siècle préfère utiliser d’autres animaux moins connus pour parler des faits de sociétés et des mœurs. Il choisit un insecte pour l’une de ses fables les plus célèbres, Le Grillon. C’est dans ce poème que Jean-Pierre Claris de Florian conclut :

« Oh ! oh ! dit le grillon, je ne suis plus fâché ; Il en coûte trop cher pour briller dans le monde. Combien je vais aimer ma retraite profonde ! Pour vivre heureux, vivons cachés ».

Jean-Pierre Claris de Florian

Au XVIIIe siècle, on trouve des petites boîtes dites « chinoises » en porcelaine, en céramique ou en bois. Dotées de trous et de la taille d’une boîte d’allumettes la plupart du temps, elles peuvent contenir un certain nombre de grillons et de criquets même si, un seul suffit. Le bruit qu’ils émettent et très recherché et amuse beaucoup les « dames » de la haute société, adeptes des collections naturalistes. Si la réémergence de l’autopsia antique (« voir par soi-même ») inspire les naturalistes et les amateurs et amatrices de sciences naturelles, le goût prononcé pour le matérialisme, le fait de « posséder soi-même » les choses, s’accentue au siècle des Lumières. En Asie, le criquet/grillon porte bonheur. Il est capturé dans des petites cages et transporté n’importe où contre soi. Si vous avez vu le dessin animé Mulan de Disney, vous voyez de quoi je veux parler. En 1777 l’abbé François Rozier précise qu’on peut voir au célèbre cabinet de curiosités de Dresde des abeilles, des guêpes tout autant que des grillons1.

Vous pouvez lire cette page Wikipedia qui nous raconte comment le criquet / grillon est élevé en tant qu’animal domestique en Chine (Crickets as pets here). L’article nous indique d’ailleurs que le grillon a été étudié par William Gould et Jean-Henri Fabre aux XVIIIe et XIXe siècles.2

Boîte à grillons en porcelaine et émaux. https://picclick.fr/Chine-Boite-A-Grillon-Porcelaine-Décor-271410936666.html

Si le grillon se consomme aujourd’hui en plat notamment en Charente, on ne trouve pas trop de traces de consommation de cet insecte aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles. Les voyageurs qui visitent la Chine constatent que les Chinois mangent les insectes comme ils mangent la plupart des animaux présents chez eux sans poser de véritables interdits.

Cependant, la trace de la cigale ou des sauterelles comestibles réapparait en tant que remèdes médicinaux dans les commentaires dioscoridiens de Pierre André Matthiole en 1572. Il n’est donc absolument pas certain que l’Italien ou le Français consommaient des grillons, des cigales ou des sauterelles comme aliment ou comme remède. Il s’agit peut-être d’une ancienne tradition orientale ou africaine. Mais il est intéressant de constater que c’est au XVIe siècle avec la relecture des Anciens que certaines pratiques alimentaires et médicinales renaissent.

Dans certains ouvrages de chirurgie du XVIIIe siècle, on lit qu’on doit brûler des grillons et ajouter leur mixture dans de l’huile afin de l’appliquer comme remède contre les puces et autres insectes entrés dans l’oreille et les en retirer plus aisément.3. En 1775, Pierre-Joseph Buc’hoz naturaliste très prolifique publie un Dictionnaire d’entomologie dont les informations sont souvent erronées ou bien écrites sur la base de rumeurs et de légendes, par exemple : « Les grillons s’employent dans la medecine; ils fournissent un remede propre à fortifier les vues foibles »4. Une croyance persiste sur l’efficacité des grillons pour les troubles de la vessie. Pourtant il nous est conseillé de bien préparer cigales et grillons sans excès pour éviter les ulcères5. Noel Chomel connu pour ses traités sur le quotidien domestique et rural raconte comment les grillons peuvent être utiles dans son Dictionnaire oeconomique: contenant divers moïens d’augmenter son bien :

X. Faites écraſer un grillon entre les mains, & du grillon mort, touchez-en par trois fois les glandes de la gorge.

Dictionnaire de Noël Chomel, 1732
Illustrations de Commentaires de M. Pierre André Matthiole, médecin Senois, sur les six livres de Ped. Dioscoride anazarbeen de la matière médicinale.] / [Non identifié.] 

Réaumur s’adonne à la description des petites bestioles dans ses Mémoires pour servir à l’Histoire naturelle des insectes au XVIIIe siècle, dont un exemplaire est conservé à l’Université La Sapienza de Rome (Biblioteca di Biologia e Biotecnologie Charles Darwin). En 1830, le livre est réédité avec des additions. Il décrit les insectes dont la faculté est de faire du bruit :

« Le voyageur ne connaît que trop le cri aigre et désagréable des cigales du midi dont la voix monotone ajoute la fatigue de l’ennui à celle du chemin et d’un soleil ardent. Le stridulement des criquets, des grillons, des sauterelles (…) » p.766.

Couverture
frontispice du livre de Réaumur (source : Google books)

« Chaque insecte a, pour produire ces sons, une machine et des moyens qui lui sont propres. Ainsi la cigale a sous le ventre deux espèces de tympans tendus par un cartilage ; les sauterelles et les grillons frottent l’une contre l’autre leurs élytres, qui ont une partie coriace et sonore. » P.76

C’est cette image d’insecte-machine qui nous est laissée, se calquant à celle de l’homme-machine rationnellement constitué et cartésien. Le grillon pratique une musique que le savant ou le promeneur du XVIIIe siècle ne paraissent pas apprécier. Le grillon n’est pas encore considéré comme un être sensible tels les mammifères que décrit Charles Georges Leroy dans ses lettres sur la sensibilité et l’intelligence animale du XVIIIe siècle7.

Au XVIe siècle, le grillon « du foyer » est un symbole avant tout. L’image ci-dessous date de 1521. Elle fait partie d’une série de 37 gravures qui illustrent des propos (Les menus propos) moraux et « joyeux » de Pierre Gringore, poète et dramaturge qui sur le ton de l’humour utilise des animaux pour dépeindre des traits humains. Sa spécialité reste le théâtre de moralité, les poèmes moraux et les œuvres de piété. Ses œuvres sont disponibles sur gallica. Le court poème parle surtout d’un excès : celui de trop chanter par amour (« ayme ») et d’en mourir. Le poème est évoqué dans une étude sur la poésie chantée de Gringore8.

Titre :  
[Illustrations de Les Menus propos] / Gabriel Salmon, dess. ; Pierre Gringore, aut. du texte. Vue 13. source Gallica BnF.

Le grillon est réputé chanter par amour jusqu’à en mourir tandis que La Fontaine fait de la cigale la caricature d’une artiste (modèle que le poète soutient et dans lequel il se projette plus volontiers), ne pensant qu’à divertir, aveuglée par son art et qui ne vit que dans l’instant sans penser au lendemain. L’usage des insectes dans les fables est pertinent. Leur vie, observable à l’oeil nu pour la plupart, représente des micro-sociétés, miroirs ou reflets de notre propre monde macroscopique révélateur de comportements et d’attitudes matérialistes et individualistes de la nouvelle génération et de la bourgeoisie émergente. Grillon, fourmi ou cigale portent les traits de caractères universels à la portée de chacun. Ils sont des archétypes humains que la morale admet ou réprouve.

L’image du grillon éperdu d’amour est ancienne. Déjà Le jardin de santé cite cigales et grillon comme suit :


[Illustrations de Le jardin de santé] / [Non identifié] ; Johanne de Cuba, 1501, source Gallica bnF.

La gravure du grillon de 1501 peut faire sourir. Pourtant elle leur prête bien 6 pattes, des antennes et une sorte de carapace/plastron bien solide. Le texte parle même des mâles qui chantent et des femelles silencieuses tandis qu’elles font actes d’amours « renversez ». Cette observation est juste et illustre la façon qu’a la femelle de monter sur le mâle pour que ce dernier lui offre sa semence dans une petite poche blanche.

Le chant chaud et sec, agréable, du grillon feinte les prédateurs et il est très difficile à repérer. Le bruit de la sauterelle est plus aigu et moins agréable à l’oreille. Selon les naturalistes de cette époque : seuls les mâles « chantent » chez ces petites voire grosses bestioles volantes. À travers le temps, c’est la cigale qui est la plus dessinée et peinte dans les ouvrages. La cigale de Daniel Rabel en 1624 présente des traits fins et délicats.

[Recueil de fleurs et d’insectes dessinés et peints sur vélin] : [peinture] / Daniel Rabel f. 1624. Source Gallica BnF.

Pour Maria Sibylla Merian, le criquet/sauterelle ou « Grasshopper » est tout aussi fin, peint à l’aquarelle.

(source : pinterest)

Le grillon est aussi une créature du feu. Comme nous l’avons vu, le grillon de foyer s’entend près des âtres et des foyers de cheminée. La chaleur des feux les incitent à chanter. Dans La cosmographie universelle d’André Thevet en 1575, il indique en se moquant que certains tiennent ces « bestioles grillonnierres » et les salamandres comme des créatures qui se nourrissent non pas du feu et dans le feu mais aux alentours de grandes sources de chaleur.

La cosmographie universelle d’André Thevet. Vol. 1 (Afrique, Asie) / ,… illustrée de diverses figures des choses plus remarquables veuës par l’auteur… Tome 1er [-4e]. Source Gallica BnF.

Qui plus est, Noel Chomel, dont nous avons déjà parlé, remarque que les petites créatures aiment se loger près des fours des boulangers.

& ſi on avoit peine à uriner , on prendra cinq grains de cendre de grillon, ( ce ſont de petits animaux que l’on trouve aux fours des Boulangers) dans un verre de vin blanc ; ou bien l’on fera bouillir deux dragmes de graines d’épinars dans quatre à cinq onces de petit lait de chevre, que !on donnera à jeun ; ou l’on appliquera ſur le nombril un cataplame fait avec partie de lie de vin, partie de fiente de bœuf,ou de bouc, ou de pigeon, pourvû que celle-ci ſoit ſeche, de l’huile de lis ou d’olives deux onces, une once de souphre en poudre, autant de farine de lupins , que l’on mélera bien enſemble ; ou bien l’on pilera des li maçons avec leurs coquilles, que l’on mettra ſur le ventre, & l’on les y laiſſera tant qu’ils faſſent opéra tion sinon l’on frottera le nombril d’un peu d’huile de ſcorpion.

Dictionnaire économique de 1732

Le grillon, acteur du spectacle de la Nature fait partie de la chaîne des Êtres que certains théâtres imprimés nous donnent à voir dans la littérature scientifique, ici en 1634. La description du gryllus court sur quelques longues pages de textes et de gravures dans un esprit de compilation des connaissances anciennes comme celles de Pline sur ces bestioles.

Insectorum, sive Minimorum animalium theatrum, olim ab Edoardo Wottono, Conrado Gesnero Thomaque Pennio inchoatum, tandem Tho. Moufeti,… opera sumptibusque maximis concinnatum, auctum, perfectum et ad vivum expressis iconibus supra quingentis illustratum (Gallica ou Washington Library)

Le grillon ou gryllus apparaît dans le dictionnaire de Jean Nicot en 1584. « Mettre aux grillons » dit-il. Dans son Trésor de la langue Françoise il énonce ; « Un Grillon des champs, Gryllus. En Picardie un Crinon. Grillons, ou Grezillons, Genus tormenti, Dactylethrae. Bud. Mettre aux grillons, Dactylethra confessionem exprimere »9. Pour le dictionnaire de l’Académie française le grillon c’est : « grillon — GRILLON. s. m. Petit insecte qui est une espece de cigale, aimant les lieux chauds, & faisant un bruit aigu & perçant. Il y a des grillons dans cette cheminée. les grillons font du bruit toute la nuit dans ce jardin … »10.

Un article du Monde (disponible ici) relate l’aventure vécue par Claude Lévi-Strauss dans Tristes Tropiques et souligne l’attirance des grillons pour le feu : « (…) après une nuit passée dans un des hangars, je constatai que ma ceinture de cuir avait été rongée par les grillons. Jamais je n’avais subi les méfaits de ces insectes restés inaperçus dans toutes les tribus dont j’avais partagé l’existence (…). Et c’était chez les Tupi que j’étais destiné à vivre une mésaventure qu’avaient déjà connue Yves d’Evreux et Jean de Léry, quatre cents ans avant moi : « Et à fin aussi que, tout d’un fil, je descrive ces bestioles… n’étant pas plus grosses que nos grillets, mesmes sortans ainsi la nuict par troupes auprès du feu, si elles trouvent quelque chose elles ne faudront point le ronger. Mais principalement outre ce qu’elles se jettoyent de telle façon sur les collets et souliers de maroquins, que mangeans tout le dessus, ceux qui en avoyent, les trouvoyent le matin à leur lever tous blancs et effleurez ».”11

Au XVIIIe siècle l’Encyclopédie Méthodique. Dictionnaire de toutes les espèces de chasses (1794) d’Henri Agasse conseille des méthodes pour se débarrasser des grillons dits criquets dont le chant est désagréable. Comme ils aiment à se glisser derrière les manteaux de cheminée, l’encyclopédie préconise de laisser quelques fruits empoisonnés à l’arsenic, ou de les attirer avec une fourmi au bout d’un fil pour les faire périr.

Tour à tour, insecte symbole et métaphore de l’amour, de l’art de chanter, puis insecte destructeur, en passant par le dualisme terre-feu qui caractérise sa vie, sur le modèle d’une salamandre, animal du feu et de la taupe, animal fouisseur, le grillon n’est jamais ni oublié ni épargné. Il pâtit d’une image mixte : négative, quand son chant dérange, positive quand il s’agit de le capturer pour écouter ses trilles ou comme amulettes.

Confondus avec les criquets, ou même avec les cigales, le grillon n’intéresse pas vraiment les naturalistes de l’époque moderne qui lui préfèrent les splendides papillons, les effrayantes guêpes, les abeilles travailleuses, les laborieuses fourmis ou les envahissantes mouches. C’est Pierre André Latreille (1762-1833), biologiste et entomologiste, qui fonde l’espèce orthoptère et expose ses théories en 1796 dans Précis des caractères génériques des insectes. Sa description du grillon se rapproche enfin de ce à quoi ressemble l’entomologie aujourd’hui : « Tête arrondie. Trois petits yeux lisses sur une ligne transversale manquant quelque fois. Élytres horizontales, plus courtes que l’abdomen, du moins dans les femelles. Deux appendices sétacées à l’anus. Pattes propres pour sauter. »

Peut-être après tout cela voudriez-vous lire l’histoire du moustique, autre insecte estival, mais des plus enquiquinants, il faut bien l’avouer.

Citer cet article comme : Tassanee Alleau, "Histoire naturelle du grillon (en France à l’époque moderne)," in Histoires Naturelles, 22/08/2020, https://histoiresnat.hypotheses.org/1726.
  1. Introduction aux observations sur la physique, sur l’histoire naturelle, 1777 []
  2. European naturalists studied crickets since the 18th century. William Gould described feeding ant nymphs to a captive mole cricket for several months.[83] The European approach to cricket breeding has been popularized by Jean-Henri Fabre. Fabre wrote that breeding « demands no particular preparations. A little patience is enough. »[84] According to Fabre, home breeding may start as early as April or May with the capture of a couple of field crickets. They are placed in a flower pot with « a layer of beaten earth » inside, and a tightly fitting lid. Fed only with lettuce, Fabre’s cricket couple laid five to six hundred eggs, and practically all of them hatched. Source Wikipedia []
  3. La Médecine et la chirurgie des pauvres, qui contiennent des remèdes choisis, P. Hecquet, 1758 ou La medecine et la chirurgie des pauvres, qui contiennent des … de Nicolas Alexandre, 1733 []
  4. Dictionnaire vétérinaire, et des animaux domestiques, 1775 []
  5. La grande chyrurgie de maistre Guy de Chauliac, 1672 []
  6. Histoire naturelle des insectes, composée dáprès Réaumur, Georffroy, Degéer, Roesel, Linnée, Fabricius, F. Martin Grostête T. de TignyFélix-Édouard Guérin-Méneville Roret, 1830 []
  7. Charles Georges Leroy (1768). Lettres philosophiques sur l’intelligence et la perfectibilté des animaux, avec quelques lettres sur l’homme, The Alden Press, Oxford 1994. []
  8. « La voix chantée de Pierre Gringore » dans Poésie et musique à la Renaissance, sous la direction d’Olivier Millet et Alice Tacaille, Paris, PUPS, Cahiers Saulnier, 2015 par Paulette Choné []
  9. Thresor de la langue françoyse. Jean Nicot. https://thresor_fr.fracademic.com/8454/grillon []
  10. Dictionnaire de l’Académie française,https://thresor_fr.fracademic.com/8454/grillon []
  11. « Grillons-en une », Article publié le 30 juin 2006 sur le Monde. https://www.lemonde.fr/blog/correcteurs/2006/06/30/2006_06_post_6/ []

Quelques liens et ressources utiles sur les savoirs coloniaux en histoire / colonial knowledge / history

By es:Martín de la Cruz – https://www.academia.edu/2777939/Libellus_de_Medicinalibus_Indorum_Herbis_Digital_facsimile_, Public Domain, Link

Ces données ne visent pas l’exhaustivité, elles m’ont aidées dans mes recherches depuis le master, ainsi je vous partage mes lectures et les podcasts que j’ai écoutés ici.

Ouvrages et articles :

Continuer la lecture de « Quelques liens et ressources utiles sur les savoirs coloniaux en histoire / colonial knowledge / history »

Les balbutiements d’une première base de données iconographiques pour la thèse (Parle à ma thèse 4)

Depuis que j’ai donné un TD en classe de L2 d’histoire moderne ce dernier semestre, j’ai vu à quel point les étudiants manquaient d’images pour visualiser un passé souvent trop lointain et confus dans leur esprit. Sans image, les textes, lorsqu’ils ou elles les décrivent ont deux résonnances : ils sont soit décrits de manière très distante et semblent presque désuets et périmés, perdant tout leur sens, soit ils paraissent faire écho à nos situations actuelles contemporaines, parfois trop, entraînant d’énormes anachronismes ! Or, si l’on applique systématiquement une image à un texte, d’autres idées viennent pour s’exprimer sur une période donnée, un évènement du passé, l’image replace automatiquement l’histoire dans un contexte. Faire une base de données iconographiques pour ma thèse m’a donc paru inévitable. S’il faut parler d’objet végétal, d’objet-médicament, d’objet-savoir, de « matériau-savoir« , s’il faut raconter à la fois une histoire culturelle et une histoire matérielle d’un objet comme la racine, alors il faut des images : pour les imaginer, s’imprégner d’un style, d’une présence, peut-être un peu en bas à droite, à l’écart d’un grand tableau, peut-être sur un rebord de table, comme reste d’un repas dans une assiette, ou au pied d’un grand arbre, par terre… peu importe.

Depuis janvier, j’ai donc envisagé cette base de données avec une grande appréhension. Bien entendu, il faudra interpréter les images, quand celles-ci parlent d’elles-mêmes ou quand d’autres semblent plus complexes à décrypter. La première chose qui m’est venue à l’esprit est de définir quel type d’images je voulais récupérer. L’idée m’est venue aussi en visitant plusieurs musées dont celui de Valenciennes (Musée des Beaux-Arts) où l’on trouve la fameuse marchande de légumes peinte par Joachim Beuckelaer en 1564. Voici une autre version :

Huile sur toile de Joachim Beuckelaer (1564), Staatliche Museen, Kassel

Je n’ai pas encore établi de grille-type permettant de sélectionner mes images avec des critères propres à ma base de données iconographiques. Au départ, j’utilisais un simple fichier dans l’ordinateur pour les classer par « Illustrations de racines », puis « Autres iconographies autour des racines » avec notamment des frontispices d’ouvrages. Et puis, il faut bien se rendre à l’évidence, la base de données qui va forcément évoluer, a besoin d’être pensée, réfléchie. Avec l’écriture, le métalangage du blog hypothèses, je me suis dit que c’était l’occasion.

Quelques critères pour la sélection des images (partiellement définis):

Continuer la lecture de « Les balbutiements d’une première base de données iconographiques pour la thèse (Parle à ma thèse 4) »

Notes on the medical properties of food during the 18th century (J. Worth Estes) [article review]

Elegant snack – Christian Berentz – Web Gallery of Art:   Image  (wikicommons)

These notes are taken while reading the article written by J. Worth Estes in the Journal of the History of Medicine and Allied Sciences. The comments are mine, reflecting my own views and my thoughts during my PhD researches and wanderings…

Reference : « The Medical Properties of Food in the Eighteenth Century », J. WORTH ESTES, Journal of the History of Medicine and Allied Sciences, APRIL 1996, Vol. 51, No. 2, pp. 127-154, Oxford University Press, http://www.jstor.com/stable/24624109

« There is no sharp borderline between food and drug » (p.127) underlines J. Worth Estes, quoting Henry S. Sigerist (A History of Medicine, 1951).

This phrase points out the « nutritional roles » and the functionalities of food in a therapeutic way (« healing roles » he says). This utilitarianism is very ancient, and Galen or Dioscorides saw plants and food as same products used to heal the body (or the mind). The article written by J. Worth Estes also emphasizes on the influence of the work in the ancient Hippocratic corpus : « food’s role in supplying the body’s ordinary, predictable, needs ». Quoting the Hippocratic corpus, he notes that dietetic and nutritional practices are linked to medical and pharmacological therapies. In fact, they all repair the body, filling in the « continual loss« , the imbalances of the body in its different parts, the « damaged » parts..

Continuer la lecture de « Notes on the medical properties of food during the 18th century (J. Worth Estes) [article review] »

Quelques notes sur la conception de l’espace naturel chez Samuel de Champlain

Détail de la carte de Samuel de Champlain. « Cette carte sur vélin de style portulan a été établie par Champlain lui-même en 1607, afin de la présenter au roi de France. La carte de Nouvelle-France établit la première délimitation approfondie de ce qui deviendra la Nouvelle-Angleterre et les côtes atlantiques du Canada, de Cap-Sable à Cap Blanc (Cap Cod). On y indique Port-Royal, la Baye Blanche (baie de Cap Cod), la Baye Françoise, les fleuves Saint-JeanSainte-Croix et Penobscot, ainsi que la baie de la rivière Kennebec et l’île des Monts Déserts« . Champlain, Samuel de (1567-1635) — http://dl.wdl.org/280.png Gallery: http://www.wdl.org/en/item/280/ Domaine public, source : wikipedia

Aujourd’hui , je me suis intéressée brièvement sur la conception de l’espace naturel chez Samuel de Champlain. Je ne suis absolument pas géographe/cartographe et mon apprentissage de cette matière se résume à des notions fondamentales apprises pendant ma préparation du CAPES d’histoire géographie et à des lectures plus poussées pendant la préparation de l’agrégation l’année suivante. Pendant mes années d’écriture des mémoires de maîtrise et de master, j’ai tout de même dû me pencher sur un certain type de géographie : la topographie et la toponymie. C’est en suivant les traces des naturalistes William Turner et Leonhart Fuchs, qui ont tous les deux beaucoup voyagé et ont connu l’exil religieux en Europe, au XVIe siècle, que j’ai compris à quel point la géographie n’est pas accessoire à leur profession, elle en est parfois l’essence même. Dans leur travail respectif, on voit qu’ils ont vu la nécessité de créer une « botanique » de proximité, plus locale, citant les lieux des plantes qu’ils ont vraiment croisées, et les lieux des plantes plus exotiques. Les lieux à travers l’histoire… voilà un enjeu fascinant de la recherche.

Continuer la lecture de « Quelques notes sur la conception de l’espace naturel chez Samuel de Champlain »

Some notes on astrology and plants : astrological botany for beginners (like me)

In this article I try to introduce the readers with astrological botany… If you have further information, I’d be pleased to hear from you. Here is a little insight of the knowledge I have of this discipline :

The Zodiac Man a diagram of a human body and astrological symbols with instructions explaining the importance of astrology from a medical perspective. From a 15th-century Welsh manuscript,  Gutun Owain – National Library of Wales – public domain – wikipedia

Yesterday, Thursday 4 June, I took part in an informal conversation « Virtual Casebooks Therapy » via Zoom with History Professor Lauren Kassell and her team, who worked on the very interesting Casebooks Project (click on the link here to see more, & their twitter page is here. ). I had questions on how to read the cases. I measure the chance I had to ask questions to them as long-distance tools made those discussions possible. & I wanted to write a blog post about astrology and plants, which is a very new subject for me.

During the year of writing my master’s dissertation on William Turner’s New Herball (see more here), I came across a very intriguing subject on how to cultivate plants, grow plants and how to pick flowers, mushrooms and herbs at the right moment for the best efficiency as parts of the pharmacopoeia. Herbalism during the Renaissance was much inspired by the traditions of Antiquity and the Middle Ages (see Jerry Stannard’s books). Bodies, souls and their connection with earth formed a cycle which we could understand via two approaches: rational approach and magical approach. In 2018, I found many information reading the books by Paola Zambelli « Astrology and magic from the Medieval Latin and Islamic World to Renaissance Europe: theories and approaches« , and by A. Delatte « Herbarius, Recherches sur le cérémonial usité chez les anciens pour la cueillette des simples et des plantes magiques » (see the document here).

Continuer la lecture de « Some notes on astrology and plants : astrological botany for beginners (like me) »

Compte rendu de lecture : Une histoire de la forêt de Martine Chalvet (Seuil)

photographie personnelle

Je reposte ici un compte rendu court d’une lecture que j’avais faite il y a quelques temps, publié sur un autre blog… enrichi de quelques remarques additionnelles et corrections.

En lisant cet essai pour mes recherches il y a un moment, je me suis plongée dans l’histoire des forêts. Martine Chalvet, historienne de l’environnement y parle naturellement des forêts françaises, mais pas que.

Continuer la lecture de « Compte rendu de lecture : Une histoire de la forêt de Martine Chalvet (Seuil) »

Notes de lecture : Histoire de la botanique en France, Ad. Davy de Virville, Société d’édition d’enseignement supérieur, 1954

L’ouvrage est orné de 100 portraits, de 60 figures dans le texte et de 16 planches hors-texte. Publié par le Comité Français du VIIIe Congrès International de Botanique, Paris-Nice, 1954. Je l’ai emprunté à la bibliothèque du CESR/UFR/UMR-CNRS 7323. Je me suis intéressée à ce livre par curiosité et aussi pour comprendre la manière dont on voyait les botanistes de la Renaissance en 1954…

A l’origine la SEDES, société d’éditions d’enseignement supérieur publie des manuels universitaires pour étudiants, chercheurs ou ceux qui préparent des concours et des diplômes. La société publiait au départ des travaux de la Sorbonne et s’est élargie ensuite. Elle est issue de la fusion CDU-SEDES. Le Centre de documentation universitaire existait depuis 1935.

Le Comité Français du VIIIe Congrès International de Botanique réunit des spécialistes qui abordent la mise à jour de la discipline, dans sa nomenclature et ses découvertes. Le premier congrès international portait sur l’horticulture et non la botanique, il eut lieu à Bruxelles en 1864. Les congrès qui suivent imposent des questionnements sur le nom des plantes, la théorie de l’évolution et des espèces, les explorations, la différenciation entre règne animal et règne végétal… Les congrès prennent de l’ampleur, parallèlement les expositions universelles mettent en-avant l’industrie et aussi des architectures nouvelles inspirées de la nature organique (Art déco, Art Nouveau…)

Les congrès internationaux suivants furent résolument centrés sur la botanique. Le premier se tient à Paris en 1900. La Seconde Guerre mondiale marque un point d’arrêt à ces rassemblements jusqu’en 1950, à leur reprise.

Le livre dans son introduction (par M. D. De Virville) commence par donner quelques traits sur l’intérêt de la botanique et d’une telle recension de l’histoire française:

Continuer la lecture de « Notes de lecture : Histoire de la botanique en France, Ad. Davy de Virville, Société d’édition d’enseignement supérieur, 1954 »

Recension de quelques racines contre les maux de tête, entre XVIe et XVIIe siècles (Sources : Histoire des plantes, J. Daléchamps)

Hans-Simon Holtzbecker, Ecballium elaterium, gouache on vellum, in: Gottorfer Codex, Wikicommons

Jacques Daléchamps, docteur de l’université de Montpellier (1545) avait suivi les cours de Guillaume Rondelet, d’où le développement accru d’une curiosité médicale tournée vers les plantes et l’instinct de naturaliste-botaniste. Ayant exercé à l’Hôtel-Dieu, on le voit dans son Histoire des plantes (Historia generalis Plantarum, Lyon, 1586), sa pratique est caractérisée par une érudition critique envers les sources qu’il compile. Jacques Daléchamps met ses connaissances au service d’une médecine appuyée par la pharmacopée, précise, détaillée. En cela, il est aidé par de grands noms dans l’histoire de la botanique, Jean Bauhin ou Jean Des Moulins (traducteur fameux, entre Matthiole et Dioscoride). L’ouvrage Histoire des plantes est monstrueusement épais. Qu’on ne vienne pas me dire qu’il ne s’agit là que d’images ou de planches illustrées. L’herbier décrit plus de 2731 plantes et les descriptions des deux sortes de Mandragores, par exemple, lui prend exactement 4 longues pages de travail de compilation des sources, de travail philologique, étymologique, et épistémologique, de corrections/rectifications des erreurs anciennes. Son travail colossal était surnommé « Histoire des plantes de Lion » et fut l’objet d’une vive critique de la part de botanistes, notamment Gaspard Bauhin (Animadversiones in historiam generalem plantarum Lugduni (Francfort, 1601, in-4°),1.

Continuer la lecture de « Recension de quelques racines contre les maux de tête, entre XVIe et XVIIe siècles (Sources : Histoire des plantes, J. Daléchamps) »
  1. Gerber C. Une controverse : Les progrès de la botanique au XVIIe siècle. In: Bulletin de la Société d’histoire de la pharmacie, 15ᵉ année, n°56, 1927. pp. 477-491. doi : 10.3406/pharm.1927.1692 http://www.persee.fr/doc/pharm_0995-838x_1927_num_15_56_1692 []

Parle à ma thèse (2) : La thèse expliquée à mes proches, au 8ème mois (bilan)

Voici comment expliquer le déroulement de ma première année de thèse (j’en suis seulement à mon huitième mois !) à mes proches, personne n’explique jamais ce qu’est vraiment être en thèse. Alors voici ! Et bon courage à tous les thésard.e.s ! 🙂

pexels

« On peut saisir l’occasion de la thèse (…) pour retrouver un sens positif aux études et à leur progression, entendues non pas comme une accumulation de savoir, mais comme réflexion critique sur une expérience, comme l’acquisition d’une compétence, utile pour son avenir, à identifier les problèmes, à les aborder avec méthode et à les exposer suivant certaines techniques de communication. » Umberto Eco, Comment écrire sa thèse, Flammarion, 2016.

Continuer la lecture de « Parle à ma thèse (2) : La thèse expliquée à mes proches, au 8ème mois (bilan) »

Le comment de la thèse : écrire les histoires naturelles

American Turk’s cap Lily, Lilium superbumGeorg Dionysius Ehret (1708-70), About 1750-3, Watercolor and gouache on vellum V&A Museum no. D.589-1886

Mais que fait-on là, à « faire » une thèse, à la « produire », la « fabriquer », à l’écrire ? Avant de se demander pourquoi, je réalise que c’est par la question « comment? » que les réponses apparaissent çà et là.

La trace

« Il ne s’agit pas non plus de reproduire un réel, un vécu qui aurait échappé aux gens de savoir. Mais seulement de s’insinuer, comme par effraction, à l’aide de sources jusqu’ici peu utilisées, dans cet espace ouvert (…) » dit Arlette Farge au sujet des rues.1

Dans l’interminable flot des connaissances, il y a celles sur lesquelles nous ne nous sommes jamais penchés, et puis il y a les connaissances sur lesquelles nous nous sommes arrêtés mille fois. Dans les deux cas, on cherche, on tâtonne. On oriente le regard, on change d’optique, on pose d’autres questions. L’enquête se poursuit toujours sur de nouveaux terrains, poussiéreux ou plus fréquentés. La trace est souvent plus visible par les écrits des chercheurs, mais elle peut naître aussi de l’invisible. On s’interroge, on se demande s’il est possible d’interpréter tel ou tel fait. Nos réflexions se muent, se transforment. Quelques fois, nos pensées se heurtent à une incapacité, un mur, un vide, une obscurité. La trace sert de fil conducteur. Elle est la marque de la mémoire : mais laquelle ? Elle reste à être écrite par quelqu’un, quelque part. Mais pourquoi chercher dans les mots la nature ?

Continuer la lecture de « Le comment de la thèse : écrire les histoires naturelles »
  1. Farge, Arlette. Vivre dans la rue à Paris au XVIIIe siècle. Editions Gallimard, 2014. []

Parle à ma thèse : journée type dédiée à la thèse pour doctorante en confinement

Pexels

Organiser son temps… enfin essayer

6h20. Je me lève. OK. Beaucoup plus tard, (et surtout, après que mes médicaments quotidiens aient fait leur effet) je me lève. Petit déjeuner. Pour prendre des forces. La matinée s’annonce radieuse en confinement. La pile de vaisselle est gigantesque. Le café va bientôt manquer… Mission du matin lorsque je dédie une journée entière à ma thèse : écrire ses objectifs. Vaguement.

☑ Analyser la bibliographie d’un article

☑ Faire une fiche de synthèse pour un article de revue

☑ Ordonner sa biblio dans Zotero

☑ Transcrire des passages d’un herbier

☐ Corriger des copies

Etc.

Une fois ces objectifs notés, je ne me dis pas qu’il faut absolument que je les réalise. Il y aura toujours des choses qui resteront inachevées ou irréalisables. J’organise mon espace de travail. En temps de confinement, c’est aussi savoir s’isoler, avec les écouteurs par exemple si le compagnon de confinement télé-travaille en conf’call à côté. Je prépare toujours une pile de livres en rapport avec les thèmes que je vais travailler dans la journée afin de ne pas me lever toutes les 36 secondes. Je me sers une bonne rasade de thé vert ou de café, je range un peu, j’aère, et je commence.

En règle générale, le matin, l’esprit étant plus clair, je lis les livres à ma disposition. Sortez les post-it, le crayon de bois et les surligneurs ! Je note sur la page blanche ou la page titre du livre en cours au crayon les numéros des pages qui m’intéressent.

Continuer la lecture de « Parle à ma thèse : journée type dédiée à la thèse pour doctorante en confinement »