Notes de lecture : Histoire de la botanique en France, Ad. Davy de Virville, Société d’édition d’enseignement supérieur, 1954

L’ouvrage est orné de 100 portraits, de 60 figures dans le texte et de 16 planches hors-texte. Publié par le Comité Français du VIIIe Congrès International de Botanique, Paris-Nice, 1954. Je l’ai emprunté à la bibliothèque du CESR/UFR/UMR-CNRS 7323. Je me suis intéressée à ce livre par curiosité et aussi pour comprendre la manière dont on voyait les botanistes de la Renaissance en 1954…

A l’origine la SEDES, société d’éditions d’enseignement supérieur publie des manuels universitaires pour étudiants, chercheurs ou ceux qui préparent des concours et des diplômes. La société publiait au départ des travaux de la Sorbonne et s’est élargie ensuite. Elle est issue de la fusion CDU-SEDES. Le Centre de documentation universitaire existait depuis 1935.

Le Comité Français du VIIIe Congrès International de Botanique réunit des spécialistes qui abordent la mise à jour de la discipline, dans sa nomenclature et ses découvertes. Le premier congrès international portait sur l’horticulture et non la botanique, il eut lieu à Bruxelles en 1864. Les congrès qui suivent imposent des questionnements sur le nom des plantes, la théorie de l’évolution et des espèces, les explorations, la différenciation entre règne animal et règne végétal… Les congrès prennent de l’ampleur, parallèlement les expositions universelles mettent en-avant l’industrie et aussi des architectures nouvelles inspirées de la nature organique (Art déco, Art Nouveau…)

Les congrès internationaux suivants furent résolument centrés sur la botanique. Le premier se tient à Paris en 1900. La Seconde Guerre mondiale marque un point d’arrêt à ces rassemblements jusqu’en 1950, à leur reprise.

Le livre dans son introduction (par M. D. De Virville) commence par donner quelques traits sur l’intérêt de la botanique et d’une telle recension de l’histoire française:

  • premier trait, la botanique “montre d’abord dans quel ordre s’est effectué le développement de nos connaissances. Les botanistes ont commencé par décrire des espèces de plus en plus nombreuses. Plus ils se sont efforcés de les classer suivant des méthodes d’abord artificielles, ensuite naturelles” 1.
  • deuxième trait, la botanique se demande si les liens de parenté entre plantes ne sont pas le témoignage d’une “lente évolution et d’un perfectionnement continu des espèces”2. Il parle ici très certainement de Darwin.
  • troisième trait, l’utilisation “des végétaux pour l’alimentation ou la thérapeutique, et l’ornement” qu’il appelle botanique appliquée
  • quatrième trait, le développement de l’histologie, de l’anatomie des plantes, puis la cryptogamie et enfin la cytologie
  • cinquième trait, la découverte des maladies et des traitements des végétaux : la phytopathologie
  • sixième trait, l’application de la chimie et de la physique à la connaissance du végétal pour donner la physiologie végétale
  • septième trait, un aspect géographique (phytogéographie) : les déplacements, voyages, explorations ont permis la mise à jour de nouvelles flores, des études de terrain innovantes et approfondies, et la mise en commun des savoirs entre époques géologiques (paléobotanique).

Le livre met en valeur l‘intelligence humaine, le “perfectionnement de notre esprit”3, sans remettre en question notre anthropocentrisme dans l’étude du monde végétal. Il place le champ de la botanique dans la vaste Histoire des Sciences. Il souligne la difficulté de prouver la paternité d’une découverte à un savant donné (Jussieu ou Adanson?). Il explique qu’il faut revenir au point de départ, au XVIe siècle, lorsque la botanique s’exporte et grandit de manière autonome. Il n’y a aucune considération sur l’écologie dont Haeckel introduisit le concept en 1866. La botanique est ici vue comme science spécialisée, tournée vers elle-même et non vers des considérations inter-espèces ou écosystémiques. La botanique y est aussi vue comme utile à l’être humain (forêt, alimentation, agronomie, connaissances, médecine). C’est une science utilitaire malgré ce qu’en disent les botanistes de l’ouvrage. Elle n’est pas vue comme une science mettant en avant un système naturel en péril. Il n’y a aucune explication sur les concepts philosophiques gravitant autour de la botanique (à ce sujet, lire Le détail du monde de Romain Bertrand ici)

Pour rappel, 1954, gouvernement de René Coty / Pierre Mendès France, c’est l’enlisement des conflits en Indochine et les accords de Genève, les prémices de la guerre du Vietnam, le début de la Guerre d’Algérie, c’est une période de réflexions sur la Guerre froide, l’après Seconde Guerre Mondiale, Simone de Beauvoir reçoit le prix Goncourt pour Les Mandarins, fruit de cette réflexion. Les ruraux fuient vers les villes en quête de travail et d’une meilleure situation économique, l’agriculture s’intensifie, les exploitations augmentent en taille et en production. Les fibres polyester apparaissent dans les années 50, on compte très peu de postes de télévision (moins de 4000 en France) même si on teste des tubes cathodiques pour la télévision en couleurs, Albert Einstein met en garde contre les effets destructeurs de la bombe H, tandis qu’Alan Turing met en place un système de test pour machine intelligente, prophétisant l’intelligence artificielle. La microscopie électronique permet des découvertes qui font avancer une science botanique qui stagnait. Les travaux de biologistes (Yates, Copeland) laissent entrevoir de nouvelles perspectives…

Le fait que cette histoire de la botanique soit uniquement dirigée sur l’hexagone rend l’ouvrage quelque peu bancal lorsqu’il est question de circulations et d’échanges, de transferts, d’appropriations des savoirs; malgré tout, cela donne un panorama complet d’une botanique qui sait innover, se renouveler et s’exporter.

Revenons à l’ouvrage:

La première ville française qui développa la botanique était Montpellier. Un Jardin des plantes y fut fondé en 1593 par Richer de Belleval. Le Jardin du Roy à Paris ne fut fondé par Guy de La Brosse qu’en 1626. De l’eau avait coulé sous les ponts…

Frédéric Scalberge (1542-1640) — Bibliothèque du Muséum national d’histoire naturelle. Publiée en frontispice de la Description du Jardin royal des Plantes médicinales par Guy de La Brosse, médecin ordinaire de Louis XIII et fondateur du Jardin des plantes.

L’ouvrage semble vouloir rendre hommage aux “précieux auxiliaires des botanistes”4: dessinateurs, graveurs, Nicolas Robert (1616-1685), Jean Joubert, Claude Aubriet (1665-1742), Madeleine Basseporte (1701-1780), l’Abbé Pluche, Pierre-Joseph Redouté (1759-1840), Charles Tulasne, Julie Poinsot, etc.

La bibliographie sommaire est ici :

Photographie personnelle de L’histoire de la botanique en France, 1954
Photographie personnelle de L’histoire de la botanique en France, 1954

La première partie s’ouvre sur la Botanique des Temps Anciens. La première période étudiée cependant commence avec le Moyen Âge car “On sait que les Anciens, Grecs et Romains, ne s’occupèrent des Végétaux que pour les nommer, les décrire plus ou moins vaguement et surtout pour en rechercher ou en indiquer les propriétés médicinales ou occultes”5. Il nous est conseillé d’ailleurs de lire l’Histoire naturelle de Pline pour s’en rendre compte ou le De materia medica de Dioscoride.

BnF, Manuscrit Français 316, f°1
© BnF http://passerelles.bnf.fr/faits/pas_2090.php

Au Moyen Âge, l’ouvrage le plus considérable selon les auteurs de l’Histoire de la botanique en France est la Bibliotheca mundi ou Speculum majus de Vincent de Beauvais (1190-1264). Il s’agit d’une des plus grosses compilations depuis Pline et Dioscoride.

Par la suite, Thomas de Cantimpré (1201-1263) s’en inspira pour écrire De Naturis Rerum. Curiosité, le De proprietatibus rerum de Barthélémy de Glainville contient 8 gravures sur bois au sujet de la botanique, dans ses éditions illustrées. Enfin, les auteurs citent Pierre Caron, compilateur de l’Arbolayre, un herbier illustré dont on connaît la postérité après ses nombreuses réimpressions à l’époque moderne sous le nom du Grand herbier en françois. Les auteurs déplorent que le Moyen Âge ne permit pas la production d’oeuvre “vraiment scientifique” 6 , sans qu’ils puissent nous définir cette notion vague et anachronique pour la période médiévale.

L’Histoire de la botanique en France passe ensuite au chapitre sur le Seizième siècle: siècle de la “véritable science” selon les auteurs. Pourquoi ? Parce qu’on y trouve une meilleure classification, de meilleures descriptions. Les progrès sont amenés par De Lobel, De l’Escluse, les frères Bauhin…

Sont cités (avec de courtes biographies) :

  • Jean de Ruel (1479-1537) De Natura stirpium libri tres 382 figures (1536)
  • Mathias de Lobel (1538-1616), élève de Rondelet, Stirpium adversaria nova (Londres, 1570-71) 268 figures sur bois, 1200 plantes décrites / Plantarum seu Stirpium Historia, 1450 figures (1576) / Kruydboeck (1581), 2181 figures / + une étude systématique des Graminées…
  • Charles De L’Escluse (1526-1609), secrétaire de Rondelet, Histoire des plantes (traduite de Dodoens), discours sur les Gommes en addition, (1557) / Rarorium aliquot panias observatorum historiae, avec 233 figures (1576) / Rarorium aliquot Stirpium per Pannoniam, Austriam, observatorum Historia, 358 figures (1583) / Rarorium plantarum historia (1601, études réunies sous un seul titre) avec 1135 figures / Curae posteriores (1611), 1385 végétaux décrits et illustrés. On trouve dans le Exoticorum libri decem la pomme de terre, l’Aralia, le Jasmin, etc.
  • Les frères Jean et Gaspard Bauhin. Jean (1541-1613) et Gaspard (1560-1624). Jean était élève de Leonhart Fuchs et de Conrad Gessner puis de Guillaume Rondelet. Il rencontra même Jacques Daléchamps. Ses travaux furent publiés post-mortem: Historiae plantarum generalis novae et absolutae Prodromus (1619) / Historiae universalis plantarum (1650-51). 5226 plantes y sont décrites, 3426 illustrées. Jean Bauhin consacra une partie de son travail à une tâche fort étonnante, son De plantis a divis sanctisque nomen habentibus (1591) étudie les végétaux auxquels le Moyen Âge a donné des noms de saints comme le Laurier saint Antoine, l’herbe saint Jacques, etc. Son frère Gaspard Bauhin publia Phytopinax (1596), avec 2700 espèces et le Prodromus Theatri botanici (1620) avec 6000 végétaux et plus, dont 400 figures sur bois. Gaspard Bauhin ne s’est pas contenté d’être le compilateur des savants précédents, il fait montre d’une grande originalité dans sa classification et sa méthode de description systématique.
  • Jacques Daléchamps (1513-1588) médecin-botaniste, publié à l’aide de son confrère Desmoulins, il fit paraître Historia generalis Plantarum en 1587 avec 2731 gravures sur bois, d’aspect assez médiocres selon les auteurs. Il fut vivement critiqué par G. Bauhin.
  • Pierre Richer de Belleval (1564-1632), élève de Rondelet lui aussi. Onomatologia in Horti Montispeli. Oeuvre de 500 gravures sur cuivre, détruite lors des guerres de religion. Les gravures sur cuivre ne furent retrouvées que tardivement et réutilisées par le botaniste Gilibert en 1796!
  • Guillaume Rondelet (1507-1566) professeur de botanique le plus célèbre. Fameux zoologiste, il appliqua ses connaissances à la discipline naissante de l’étude des simples végétaux. On le connaît parce que ses élèves connurent une grande postérité et le citèrent à maintes reprises.
  • François Rabelais (1483-1553), médecin et écrivain, compila certainement des auteurs anciens, par goût littéraire et philologique et donna une liste de plantes mâles et femelles dans son Pantagruel. Il reste connu pour sa passion pour la botanique.
Gaspard Bauhin, wikipedia
Illustration d’une pomme de terre extraite de Pinax Theatri Botanici. Solanum Tuberosum, wikipedia

Enfin, les auteurs citent des médecins dont les nombreuses études des simples et des thérapeutiques végétales ont aussi permis de grandes avancées en la matière.

L’ouvrage passe ensuite très rapidement en revue les voyages et explorations de Français, citant Pierre Belon (assassiné!), André Thévet, Jean Nicot, Jean Robin, son fils Vespasien Robin, Jean de Léri, …

Pour le Dix-septième siècle :

  • Joseph Pitton de Tournefort (1656-1708), p.39, on trouve la figure très intéressante du schéma de classification de Tournefort, commençant par les herbes, allant vers les herbes à fleurs et à pétales (ou sans pétales) jusqu’aux formes des pétales, et de même pour les arbres et arbustes.
  • Sébastien Vaillant (1669-1722), chirurgien militaire puis directeur du jardin du roi. Comme Tournefort, il publie une flore des alentours parisiens.
  • Pierre Magnol (1638-1715), directeur du Jardin Botanique de Montpellier.
  • R.P. Jacques Barrelier (1606-1673), auteur d’un Hortus mundi.
  • Robert Morison (1620-1683), d’origine écossaise, devint l’intendant du jardin botanique du château de Blois pour le duc d’Orléans. Il releva toutes les erreurs du gigantesque travail de Gaspard Bauhin. Il redevint botaniste à la Cour de Charles II par la suite, élabora une flore londonienne, etc.
  • W. Sherard (1659-1728), anglais, en étroite correspondance épistolaire avec John Ray, il visita la France, suivit les cours de Pitton de Tournefort, fut acteur de la flore parisienne de Vaillant.
  • Paul Renaulme (1560-1624) : Specimen Historiae plantarum, 1611.
  • Guy de la Brosse (?-1641) médecin de Louis XIII, il est fameux pour la fondation du jardin du roi à la réputation mondiale. Tous ses ouvrages ont un intérêt en botanique mais aussi en horticulture et en médecine.
  • Olivier de Serres (1539-1619)
  • Jean de La Quintinie (1626-1688)
  • R.P. Charles Plumier (1646-1706)
  • Jean Marchant (?-1738) fils de Nicolas Marchant, Directeur de la culture des plantes au Jardin du Roy
Mandragora officinarum, Linné (Solanacées) Nicolas Robert (1614-1685) “Mandragoras faemina, Hist lugd” “Atroa madragora, Linné,” “France méridionale” Vélin, portefeuille 23, folio 26. Wikipedia
MORISON, Robert (1620-1683). Plantarum umbelliferarum distributio nova. Oxford: Sheldonian Theatre, 1672. Droits d’auteur : © CHRISTIE’S 2020

La première chose qu’on peut noter dans cette Histoire de la botanique en France de 1954, c’est que les auteurs attribuent une importance capitale dans le développement de la science botanique à des figures ayant fondé l’institution telle qu’elle est aujourd’hui via différentes structures : le Jardin du Roy, le jardin botanique de l’université, le jardin botanique de Montpellier, la chaire de médecine, la chaire de botanique, les voyages et expéditions commandités par le roi, etc. Peu de botanistes cités développent leurs travaux hors cadre institutionnel, ou alors ils bénéficient de soutiens de poids que l’on a pu retracer à travers leurs correspondances épistolaires ou les lettres de commandes et autres épîtres dédicatoires.

  • La suite de l’ouvrage, à partir de la page 48, donne quelques éclairages généraux sur les Flores ;
  • Ci-contre: Ranunculus arvensis, tirée de l’Histoire des plantes qui naissent aux environs d’Aix (1715), de P.J. Garidel, wikipedia (illustration également dans l’ouvrage à la page 49).

Le reste de l’ouvrage est composé d’une partie sur la physiologie végétale et son histoire, avec Claude Perrault (1636-1688), médecin physiologiste, Philippe de La Hire et ses travaux sur les tiges, Jean Nicolas (1685-1727), et sa mise au point d’un procédé de reproduction des végétaux. Une partie est dédiée à la botanique agronomique, avec Olivier de Serres et de La Quintinie, auteurs de traités bien connus. La naissance de la botanique médicale remonte aux premiers jardins médicinaux, mais ils furent largement institutionnalisés par le roi et ses spécialistes comme Pierre Pomet (1658-1699) droguiste auteur du Droguier curieux (1709). On trouve également cités Moïse Charas, et sa pharmacopée universelle, Nicolas Lémery , son Traité universel des Drogues simples et dont les cours de chimie firent sensation, Claude Duret ami d’Olivier de Serres, et son Histoire admirable des Plantes en 1605.

Curieuse illustration dans l’ouvrage de Claude Duret (1605), source: wikipedia

S’ensuivent de courtes anecdotes sur les voyages et expéditions du XVIIe siècle. P.63, le Dix-Huitième Siècle voit le nom de Jussieu dominer tout le champ botanique.

  • Antoine de Jussieu (1686-1758), son frère, son neveu et son fils révolutionnèrent la botanique. Il fit l’exposé d’un nouvel ordre systématique pour décrire et classifier les plantes (dont la figure se trouve dans le livre p.69).
  • Michel Adanson (1727-1806). Il avait cherché la réponse pour une nouvelle classification dans la nature même. Sa méthode, son projet, quoique utopique déboucha sur 58 familles végétales. Certains le calomnièrent et l’accusèrent de plagiat tant sa méthode s’apparentait à celle de Jussieu. Adanson voulut renommer toutes les plantes par un nouveau nom. Il abandonna…

Parmi les autres noms cités:

  • XVIIIe siècle : naissance de la cryptogamie, de la physiologie végétale avec les avancées d’A. Lavoisier, l’Abbé Nollet
  • Claude Geoffroy
  • F. Boissier de Sauvages
  • Charles L’Héritier de Brutelle
  • Claret de La Tourette
  • J. Gilibert
  • Nicolas Jolyclerc
  • J. Bergeret
  • N. Duchesne
  • P. Ventenat
  • R.L. Desfontaines
  • Guy-Crescent Fagon (1638-1718)
  • Etienne François Geoffroy (1672-1731)
  • Antoine Gouan (1733-1821)
  • Dominique Villars (1745-1814)
  • Grands noms : Antoine Parmentier (1737-1813), Jacques Barbeu-Dubourg (1709-1779), André Thouin (1741-1823)

Sont ensuite envisagés les grands enjeux de la botanique agronomique et forestière, les enjeux économiques, sociaux… les aspects politiques en filigrane… Sont cités des noms très célèbres dans les expéditions du XVIIIe siècle:

Rosa bifera macrocarpa – P.J. Redouté, wikipedia
  • Pierre-Joseph Redouté (1751-1840)
  • Jean-Jacques Rousseau (1712-1778) et sa passion dévorante pour la flore
  • Joseph Dombey (1742-1794)
  • Pierre Poivre (1719-1786), à qui on arracha un bras! Il introduit des “arbres à épices” en Île de France. Il mit au goût du jour : le thé, l’hortensia, le Mespilus japonica, il ne donna pas son nom au poivre.
  • Parmi ceux qui partirent plutôt en Asie (plus haut, il s’agissait des découvreurs de l’Afrique) :
  • On doit au Père d’Incarville, jésuite, une flore de la Chine, au Père Charlevoix, une flore complète du Japon, à P. Deschizeaux, une histoire des plantes de la Russie.
  • Pour ce qui est de l’Amérique:
  • Michel Sarazin (1659-1734), découvre une plante carnivore, étudie les érables à sucre…
  • Père Charlevoix (1682-1761)
  • André Michaux (1746-1803)
  • François-André Michaux (1770-1855), fils de.
  • Père du Tertre et Père Labat (1663-1738) – manioc, plantes vénéneuses, Indigo…
  • Pierre Barrière, mort en 1755
  • De Préfontaine, pour les plantes de Guyane, de Cayenne
  • J.B. Fusée-Aublet (1720-1778) Histoire de la Guyane
  • Joseph de Jussieu (1704-1779) visita le sud de l’Amérique dans l’expédition de La Condamine.
  • Sont cités pour les voyages en circumnavigation : Sonnerat, Pierre (1745-1814), Commerson, Philibert (1728-1773), C. Sonnini de Manoncourt soutenu par Buffon…

La seconde partie du livre est consacrée à la Botanique des Temps Modernes. On y traite de Morphologie, d’anatomie des plantes, de cytologie, sous la houlette de Maurice Hocquette, professeur à la Faculté des Sciences de Lille. Tout commence avec le traité théorique de Linné en 1751, Philosophia botanica qui bouleverse la discipline et la rend “moderne”, pour nous, contemporaine. A cette époque, plus on connaît de végétaux, plus on peut affiner les classifications et s’approcher de la vérité botanique. Le mérite est donc dans la surenchère de connaissances, avec une rigueur toute scientifique. La morphologie devient une Systématique, réglée au millimètre près par des normes et une hiérarchie nouvelle que des siècles précédents ont permis d’élaborer. La terminologie moderne décrit plus particulièrement une anatomie complexe, une physiologie propre aux végétaux. Des études spécifiques sur des organes végétaux : feuilles, sève, tiges, racines, troncs, voient le jour. La cytologie permet la découverte du développement cellulaire de la plante et de comprendre sa reproduction et ses maladies.

Les développements autour de la photosynthèse, au XIXe siècle, amènent à une compréhension un peu plus globale du végétal au milieu d’un écosystème alors même qu’on avait pris l’habitude d’étudier le végétal individuellement. Les avancées en chimie et en physique, sorties du laboratoire de Lavoisier notamment, permettent des découvertes physiologiques qui aident grandement dans le champ de l’agronomie. On apprend d’avantage sur la circulation des liquides, la nutrition minérale, la consommation en eau, en oxygène de la plante, sa respiration, son métabolisme. Des dispositifs expérimentaux sont mis en place.

Planche de figures (p. 111) de l’ouvrage de 1828 de Dutrochet (cf. note de bas de page 5). On reconnaît l’osmomètre détaillé en figure 3. 7

Les dernières pages de l’ouvrage se composent d’un index complet des noms et d’une table des matières. Parmi les sujets que le livre traite, je n’ai pas parlé ici du chapitre sur la mycologie (les champignons), la phanérogamie, la bryologie, la phycologie, la lichénologie (lichen), une phytogéographie de la France, des chapitres sur la botanique agronomique, forestière, un autre sur la pathologie en botanique, la botanique médicale moderne, la mycologie moderne et enfin les notions d’espèces et d’évolution, la paléobotanique (sujet passionnant!), la palynologie et les pollens et le sens des expéditions modernes.

Disclaimer : seules 2 illustrations (celles du sommaire) m’appartiennent, si des illustrations vous appartiennent et ne peuvent être diffusées librement, merci de m’en faire part pour que je les retire le cas échéant.

Citer cet article comme : Tassanee Alleau, "Notes de lecture : Histoire de la botanique en France, Ad. Davy de Virville, Société d’édition d’enseignement supérieur, 1954," in Histoires Naturelles, 11/05/2020, https://histoiresnat.hypotheses.org/1117.
  1. Histoire de la botanique en France, Ad Davy De Virville, Société d’édition d’enseignement supérieur, Paris, 1954, p.8-9 []
  2. Ibid., p.8-9 []
  3. Ibid., p.9 []
  4. Ibid., p.10 []
  5. Ibid., p.19 []
  6. Ibid., p.20 []
  7. Jacques Bolard, « L’osmose et la vie selon Dutrochet », Bibnum [Online], Sciences de la vie, Online since 01 May 2012, connection on 11 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/bibnum/508 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.