Compte rendu de lecture : Une histoire de la forêt de Martine Chalvet (Seuil)

photographie personnelle

Je reposte ici un compte rendu court d’une lecture que j’avais faite il y a quelques temps, publié sur un autre blog… enrichi de quelques remarques additionnelles et corrections.

En lisant cet essai pour mes recherches il y a un moment, je me suis plongée dans l’histoire des forêts. Martine Chalvet, historienne de l’environnement y parle naturellement des forêts françaises, mais pas que.

On y découvre l’univers foisonnant d’arbres, touffus et denses, de la protohistoire, aux premières explorations de domaines forestiers à la fin du Moyen Âge jusqu’à l’extinction de grandes forêts de nos jours. Aujourd’hui il existe moins de 1% de forêts primaires en Europe, mais les États ont pris conscience du danger et ont créé des protections, des zones protégées aux parcs nationaux par exemple.

“Dans la plupart des définitions, l’origine médiévale du mot forêt (foresta) comme espace réservé et protégé à l’intérieur des bois a totalement été oubliée. (1) Le terme forêt apparaît autour du VIIe siècle et désigne un espace boisé réservé à la noblesse et aux monastères, protégé de l’exploitation des paysans. […] Pour les époques antiques et médiévales où le mot “forêt” n’existait pas, le vocable latin silva sera adopté. Enfin, le terme de “sylve”, résurgence poétique du XIXe siècle, issu de l’ancien français “selve” et de silva, sera utilisé pour insister sur les perceptions poétiques et romantiques de la forêt.”1

Avec un vocabulaire simple et compréhensible, Martine Chalvet explique les enjeux économiques du bois, sa force symbolique a été décuplée par son utilité dans tous les domaines de la vie quotidienne. Après l’ère industrielle et l’ère du plastique, on aurait pu penser que la nécessité de couper du bois reculerait mais ça n’est pas le cas, pourtant le bois de chauffe nous est moins commun aujourd’hui qu’avant le XIXe siècle.

L’essai est découpé en plusieurs chapitres à la fois thématiques et chronologiques avec notamment “du sauvage au civilisé”, “le temps du déboisement”, jusqu’aux forêts mises sous cloche de nos jours et la prise de conscience écologiste. Il se propose d’être à la fois un guide, une promenade, une remontée dans le temps, de la préhistoire à nos jours, avec la forêt au premier plan, comme objet d’étude, aiguisé par le regard d’une historienne dont les réflexions se rapprochent aussi de la géographie : c’est l’histoire d’un espace boisé, “vaste fresque de la transformation des paysages”. La forêt suit un processus complexe d’appropriation, elle est le signe fondamental de la relation entre l’homme/la femme et la nature. Objet de contrôles, de régulation, de législation, de chasse, de conflits, d’exploitation, de culture, de cueillette, de loisir ou de déambulation poétique, la forêt fascine toujours plus (en témoignent les nombreux ouvrages parus ces derniers temps entre les rééditions de Walden ou la vie dans les bois, les ouvrages de Robert Harrison (dont Forêts), La douceur de l’ombre d’Alain Corbin et ses arbres, Un an dans la vie d’une forêt de David G. Haskell, et autres Vie secrète des arbres relatant la vie biologique et écosystémique d’une forêt).

A l’inverse des essais que j’ai lus à ce sujet on ne lit pas ici un texte sur la biologie de la forêt, ni une apologie de l’écologie, ni un discours politique ou philosophique mais bien un livre d’histoire, intelligible et intelligent. L’historienne se penche sur les symboles, les constructions idéologiques (à travers de foisonnantes sources médiévales, antiques, modernes et contemporaines) et déconstruit le passé pour comprendre les traces d’un passé portées sur un paysage abîmé ou lui-même reconstruit.

En guise de conclusion, Martine Chalvet résume tous les stéréotypes et expressions qui façonnent l’imaginaire de la forêt, entre formules péjoratives à formules sacrées et protectrices. L’histoire de la forêt devient un enjeu d’histoire sociale, productrice de fictions et frictions, et révélant des facettes d’une histoire naturelle : la forêt est le miroir des fantasmes de la société humaine.

A la fin de l’ouvrage, on trouve un glossaire de termes spécifiques. Les sources de la bibliographie sont très bien catégorisées. Une abondante lecture des sources administratives et juridiques sur la législation a permis l’écriture de cette histoire des forêts, comme compréhension du “sauvage”, du “civilisé” au sein des sciences humaines. Ce livre en est en tout cas une très bonne synthèse, et une excellente introduction pour qui s’y intéresse…

Paru chez @editionsduseuil en 2011

Résumé :

Mystérieuse, ancestrale, sauvage ou à conquérir, la forêt fascine, effraie, attise la convoitise. La civilisation s’est construite contre, à côté mais aussi avec ces espaces largement inconnus et étranges. Lieu d’exil, de refuge et spiritualité, terrain de chasse et de jeux, la forêt nourrit l’imaginaire. Dans le même temps, réserve de matières premières et de ressources énergétiques, les bois ont permis à la population européenne de vivre et de survivre. Martine Chalvet embrasse le temps long, de la Gaule « chevelue » des Celtes aux protestations écologiques actuelles. Elle analyse les différentes facettes des paysages forestiers, mais aussi les logiques multiples et concurrentes qui se sont affrontées autour de la possession, de la domestication et de l’exploitation des territoires boisés, enjeu économique et stratégique, source de revenus vitaux pour les uns et symbole de richesse foncière pour les autres. Ce livre restitue l’histoire de la forêt, sa grandeur comme les menaces qui pèsent sur elle. Maître de conférences à l’université Aix-Marseille, Martine Chalvet est spécialiste d’histoire des représentations, notamment de l’histoire de l’environnement, de la forêt, des paysages.

(source : éditions du Seuil)
Citer cet article comme : Tassanee Alleau, "Compte rendu de lecture : Une histoire de la forêt de Martine Chalvet (Seuil)," in Histoires Naturelles, 23/05/2020, https://histoiresnat.hypotheses.org/1293.
  1. Une histoire de la forêt, p.9 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.