Parle à ma thèse (3) : Quelques réflexions sur l’avancée de ma thèse en première année de doctorat

(source : pexels)

Nous voici arrivé · es au terme d’un semestre bien chargé en émotions et les émotions dans la recherche peuvent très bien nous mener dans des lieux obscurs et dissimulés, ce qui fut le cas pour ma part. D’une phase de découragement, d’annulations et de reports de projets, et de manque de sources, je suis passée à une phase d’écriture et de prospection, suivie d’une phase d’accumulation et de mise en forme. Comme écrire semble être salutaire pour la santé mentale disons-le, il faut bien noter que le milieu de la recherche peut parfois paraître d’une générosité infaillible tout comme il peut paraître sous sa forme la plus faustienne, tel son jumeau contraire et diabolique. Et c’est dans le silence des mots – et des clics -, qu’en tant que doctorante, j’ai sorti un peu la tête hors de l’eau pendant le confinement.

Résumé de la thèse en préparation : http://www.theses.fr/s238627

Photographie personnelle, Fantômes, traces, installation “in situ”, pour l’école d’art et de design de Tours, 2018

Parmi les grandes étapes que je voulais franchir cette année, voici celles que je n’ai pas réussi à franchir, avant de parler des succès.

Premièrement, je ne suis pas parvenue à faire des recherches dans les archives, puisqu’au moment où je m’apprêtais à reprendre le train bien accompagnée pour pérégriner à droite et à gauche, le confinement tombait (et ma santé aussi d’ailleurs). La fermeture des archives m’a certes empêchée de prospecter dans des cartons entiers de données, mais j’ai tout de même fait une première liste des archives numérisées, puis une seconde liste des inventaires d’archives avec les titres des cartons qui pourraient m’intéresser, notamment dans des archives hospitalières du XVIe au XVIIIe siècle ainsi que des archives départementales portant sur diverses mesures du quotidien : autorisation de vendre des légumes sur les marchés, autorisation de vente d’un champ de légumes, achat et vente de divers objets et de légumes, autorisation de teindre avec telle ou telle plante, etc.

La bébé thèse… (source : pexels)

De plus, il a été compliqué de retrouver certains livres qui correspondaient à mes champs de recherche au moment du confinement. J’ai dû laisser un peu de côté la question de l’alimentation pour étudier la question médicale et des questions de gestes et de pratiques sociales et culturelles. Je me suis appuyée sur des sources numérisées plutôt que sur un corpus bibliographique sur papier.

Qui plus est, je n’ai point réussi à communiquer sur ma thèse, toutes les conférences, et autres journées d’études ayant été reportées ou annulées. Cependant, je suis contente de pouvoir projeter trois futures communications orales et écrites si tout va bien dans le meilleur des mondes.

La tête dans les écrits… (source : pexels)

Mes avancées en cette première année de thèse sont petites, mais variées. Et dans la confusion, j’ai oscillé entre le carnet de notes rédigées à la main, le document Word aussi long que la Tour Eiffel, puis le mind mapping, le tableau Excel résolument tourné vers une organisation numérique de mes données, et enfin, les notes éparses, complètement désorganisées, sur mon téléphone portable… J’ai tout de même réussi à faire des copies de tous mes fichiers pour la thèse sur différentes plateformes, en ligne, ou sur disque dur. J’ai passé plusieurs journées à renommer les fichiers, à classer les dossiers, à fournir des métadonnées et à entrer des étiquettes pour retrouver ce que je cherche plus rapidement. Avec le confinement, l’habitude s’est faite de garder une copie numérique de tous les articles, chapitres d’ouvrages, résumés de communication, comptes rendus de livres, ou même ouvrages entiers. Au cas où les bibliothèques refermeraient encore une fois…

Après ce rodage, j’ai développé plusieurs choses, comme des formes de “projets“, pour ma thèse :

  1. Un fichier de transcription de diverses sources (traités botaniques, herbiers, traités médicaux, épîtres dédicatoires, lettres, préface, définitions de dictionnaire, etc.) a été bien entamé
  2. Un tableau excel dans lequel je recense avec leur vrai nom toutes les racines sur lesquelles je travaille, avec de surcroît, leurs noms en latin, et autres langues, leur utilité et spécificité majeures, etc.
  3. Une début de base de données iconographiques contenant les tableaux peints, les dessins, les estampes, illustrant mon sujet. Pour le moment, j’ai moissonné 3 bases de données (2 françaises, 1 britannique). Cette base de données n’a encore aucune espèce de mise en forme, et je dois donc rapidement trouver un moyen de garder en mémoire et en note toutes les images accompagnées de textes descriptifs. Tropy semble la meilleure idée pour traiter ce problème.
  4. Un premier contact avec plusieurs chercheurs a été engagé pour des questions autour de ma thèse. Ce weekend je me suis occupée de contacter d’autres chercheurs… en attente de réponses à de bien trop nombreuses questions!
  5. J’ai rédigé un plan complet de tous mes éléments de recherche en les organisant d’une telle manière qu’ils forment une suite logique. J’ai donné des titres spécifiques et j’ai inclus ce plan dans ma bibliothèque bibliographique Zotero afin de ranger chaque source et document que je conserve en fonction de mon plan pré-déterminé et sans cesse mouvant. Je me retrouve moins perdue par conséquent pour retrouver les sources. J’ai également fait une organisation par “étiquettes” (tags), comme “lectures essentielles pour le contexte”, “sources essentielles”, etc.
  6. J’ai fait un recensement de toutes les bases de données numérisées en Europe qui pourraient m’être utiles. Cela s’agrandit de jour en jour. J’ai par exemple trouvé trois bases de données allemandes, une dizaine de bases de données françaises. Peut-être un futur article à ce sujet ! J’ai cherché notamment des “ordonnances” médicales anciennes (je dis ordonnances, mais ça ne disait pas comme cela, plutôt des prescriptions médicales sur papier), ou bien encore des rapports de procès pour sorcellerie impliquant des empoisonnements ou des sortilèges à base de plantes…
  7. Ma liste de sources primaires a tellement augmenté que je ne l’ai absolument pas réorganisée pendant le confinement. Parmi mes trouvailles, la base de données iconographiques constitue la plus grande part de mon enthousiasme. J’ai aussi été très contente de “tomber” (to stumble upon comme ils disent en anglais) sur des livres de cuisine anglais qui recèlent de trésors, des choses complètement farfelues comme “le pet de navet”…
  8. Pendant le confinement, j’ai beaucoup lu tous les jours, mais presque aucun livre dans leur intégralité (à part deux ou trois essais et gros ouvrages et deux ou trois romans). J’ai appris à aller à l’essentiel. Néanmoins, en lisant certaines choses bien éloignées de ma thèse, j’ai trouvé des petites pépites également, de Carl Gustav Jung en passant par Sartre, ou Merleau-Ponty et Michel Foucault. Cela m’a beaucoup servi aussi pour mes écrits en art. J’ai aussi reçu de très bonnes pistes de la part de mon directeur de recherche ou de la part d’autres chercheurs · ses et spécialistes.
  9. Le confinement m’a aussi permis de me former comme je l’ai dit dans mes précédents billets sur la question de la valorisation de la recherche sur les réseaux académiques et sur les questions de l’écriture de la méta-recherche, de la recherche “en train de se faire”. L’ouverture de ce blog Histoires naturelles est vraiment une aventure passionnante.
  10. J’ai écrit, constamment, plus d’une cinquantaine de pages : sur la méthodologie de ma recherche, sur l’état de l’art pour ma thèse, sur des aspects pratiques, sur des concepts… J’ai rédigé des résumés, des comptes rendus, des brouillons d’articles, des brouillons de communication… J’ai aussi rédigé le premier jet d’un article sur 18 pages qui j’espère va se concrétiser après des relectures tierces. Peut-être que tous ces écrits partiront aux oubliettes mais ils sont là pour le moment. J’ajouterai beaucoup de conversations stimulantes et d’opportunités qui m’ont permis d’écrire et d’avancer sur plein de sujets!
  11. Et puis j’ai travaillé sur la prosopographie en effectuant des recherches sur le portrait des acteurs qui composent l’essentiel de ma thèse : botanistes, médecins, explorateurs, physicians, théologiens, acteurs politiques, marchands, hommes ou femmes…
  12. Parmi les thèmes sur lesquels j’ai le plus fait de recherches :
  • quelques sources primaires en espagnol et en portugais, – des sources anglophones et germaniques,
  • j’ai fait des recherches contextuelles, avec des articles et des ouvrages d’histoire, surtout en histoire des idées, histoire sociale, histoire politique, histoire de l’éducation, etc.
  • des ouvrages sur la méthodologie de la recherche et l’historiographie, généraux ou spécifiques,
  • des dictionnaires anciens, encyclopédies
  • des ouvrages scientifiques plus récents sur la botanique et l’ethnobotanique
  • j’ai cherché sur les grands thèmes : histoire naturelle, histoire des sciences, histoire de la médecine, de l’alimentation, etc.
  • des recherches sur les continuités/discontinuités entre Moyen Âge et Renaissance
  • des recherches en épistémologie des sciences
  • des recherches sur le corps, les vertus physiques et morales, le gouvernement de l’âme
  • des recherches sur les thèmes : potagers et jardins, horticulture, magie, sorcellerie, sur la pauvreté, les classes sociales, l’agriculture, les jardins botaniques, les institutions (académies de sciences, etc.), des recherches sur les cabinets de curiosités, les voyages et explorations aux Amériques, des recherches sur la typologie des légumes racines, des plantes, des recherches sur les sciences occultes, les sens, l’histoire des sensibilités, l’expérimentation, l’expérience, des recherches sur les poisons et leurs antidotes, des recherches sur les femmes, l’avortement, la fertilité, l’infertilité, la sexualité, le symbolisme et le folklore
  • j’ai fait beaucoup de recherche sur la question de la Réforme et des religions à l’époque moderne, et des recherches sur l’Etat, le pouvoir, l’administration, le monde de l’imprimerie, les universités, etc.
  • des recherches également en histoire culturelle, histoire des mentalités
  • Enfin, j’ai terminé par des recherches sur le commerce, les trading zones, le commerce interlope, les lieux d’échanges, les espaces de transferts et de circulation des savoirs, les savoirs coloniaux notamment.

Dans le futur je souhaiterais étudier plus en profondeur des thématiques bien différentes : celles de l’oubli, de l’invisible, de l’inconnu et de l’étranger (altérité).



Citer ce billet
Tassanee Alleau (2020, 31 mai). Parle à ma thèse (3) : Quelques réflexions sur l’avancée de ma thèse en première année de doctorat. Histoires Naturelles. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pnxx

2 réponses sur “Parle à ma thèse (3) : Quelques réflexions sur l’avancée de ma thèse en première année de doctorat”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search