Quelques notes sur la conception de l’espace naturel chez Samuel de Champlain

Détail de la carte de Samuel de Champlain. “Cette carte sur vélin de style portulan a été établie par Champlain lui-même en 1607, afin de la présenter au roi de France. La carte de Nouvelle-France établit la première délimitation approfondie de ce qui deviendra la Nouvelle-Angleterre et les côtes atlantiques du Canada, de Cap-Sable à Cap Blanc (Cap Cod). On y indique Port-Royal, la Baye Blanche (baie de Cap Cod), la Baye Françoise, les fleuves Saint-JeanSainte-Croix et Penobscot, ainsi que la baie de la rivière Kennebec et l’île des Monts Déserts“. Champlain, Samuel de (1567-1635) — http://dl.wdl.org/280.png Gallery: http://www.wdl.org/en/item/280/ Domaine public, source : wikipedia

Aujourd’hui , je me suis intéressée brièvement sur la conception de l’espace naturel chez Samuel de Champlain. Je ne suis absolument pas géographe/cartographe et mon apprentissage de cette matière se résume à des notions fondamentales apprises pendant ma préparation du CAPES d’histoire géographie et à des lectures plus poussées pendant la préparation de l’agrégation l’année suivante. Pendant mes années d’écriture des mémoires de maîtrise et de master, j’ai tout de même dû me pencher sur un certain type de géographie : la topographie et la toponymie. C’est en suivant les traces des naturalistes William Turner et Leonhart Fuchs, qui ont tous les deux beaucoup voyagé et ont connu l’exil religieux en Europe, au XVIe siècle, que j’ai compris à quel point la géographie n’est pas accessoire à leur profession, elle en est parfois l’essence même. Dans leur travail respectif, on voit qu’ils ont vu la nécessité de créer une “botanique” de proximité, plus locale, citant les lieux des plantes qu’ils ont vraiment croisées, et les lieux des plantes plus exotiques. Les lieux à travers l’histoire… voilà un enjeu fascinant de la recherche.

Je ne suis pas non plus spécialiste de Samuel de Champlain, il faut pardonner mes raccourcis…

En étudiant les cartes dessinées par Samuel de Champlain, on remarque la manière “utilitaire” qu’il a de dessiner. Il représente les ressources : le bois, le blé, les jardins, le poisson, l’eau ; et les lieux de tous les dangers : monstres marins, endroits de naufrages, lieux où habitent les “sauvages” ; et enfin, il représente les reliefs grossièrement : collines, rivières, côtes, etc. Dans cette géographie qui se voulait une ouverture, un horizon sur le “Nouveau Monde”, mon ressenti est que l’on se retrouve avec un espace fermé, enclos, replié sur lui-même, s’excluant de la circulation des savoirs dont les hommes et les femmes autour de Champlain sont pourtant des producteurs/productrices.

De 1604 à 1607, Samuel de Champlain entreprend son deuxième voyage et fonde la colonie de l’Île Sainte-Croix puis déménage à Port-Royal (Acadie, Canada). Samuel de Champlain est envoyé dans ces terres éloignées par décision royale avec l’obligation de fournir un rapport sur les découvertes qu’il va faire.

Dans la première image ci-dessous, on voit l’Isle de sainte croix, espace clos par excellence. Il n’y a déjà plus trace de la “nature” originelle et sauvage, mais une nature maîtrisée, dominée, de forme géométrique, une symétrie parfaite des jardins, des corps de ferme, un cimetière, une chapelle, etc. Autour il n’y a que l’eau de la rivière, on aperçoit quelques jardins domestiqués sur la côte “des terres de l’Est” et sur la côte de la “grande terre de l’Ouest”. Pas d’autres vies signalées que les monstres marins et celles des colons figurés par leurs constructions. L’univers de Samuel de Champlain semblait immense, élargi par la “conquête” et l’exploration des terres, pourtant, ici, son monde ressemble à un microcosme d’êtres humains contraints par leurs propres appréhensions.

Ces quelques note peuvent-elles nous aider à comprendre quel genre d’explorateur était Samuel de Champlain (dont on connaît déjà les relations avec les Amérindiens) ? Quelle vision de la nature avait-il ?

Source : [Illustrations de Les Voyages de Champlain. ..] / [Non identifié] ; Samuel Champlain, aut. du texte, 1613, BnF, Gallica, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b2000019z

Dans la deuxième image, on voit la colonie de plus près. Il s’agit d’un plan géométrique : un carré quasi parfait, un bâti hiérarchisé, une végétation maîtrisée, des murailles, et figurant en son centre : “(N) La place où au milieu y a un arbre”. Si cet espace semble peu réaliste à vue d’oeil, il est cependant dessiné de façon très pragmatique. Dans les cartes de Samuel de Champlain, ce sont trois nécessités qui se dégagent :

  • Comme dit précédemment, on y dessine les ressources essentielles (eau, bois, nourriture, aires de culture, les habitations des Amérindiens qui leur sont alliés), et on y signale les dangers, les ports, les chenaux, les distances, les habitations des “sauvages”, etc. Pour les disciplines de l’histoire naturelle et de l’histoire environnementale c’est une mine d’or.
  • Ces cartes / dessins servent de moyens mnémotechniques efficaces pour se souvenir des endroits clés. Les dessins figurés sont simples, il n’y a pas de difficultés introduites dans la lecture de ces cartes.
  • Ces cartes sont faites pour être communiquées au roi et aux autres personnes de son entourage. Elles doivent être simples à comprendre, doivent décrire l’essentiel, montrer une certaine position de domination, une connaissance vaste du terrain. Elles sont des instruments de pouvoir.

Source :  [Illustrations de Les Voyages de Champlain. ..] / [Non identifié] ; Samuel Champlain, aut. du texte, 1613, Bnf, Gallica, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b2000019z

Ces instruments de pouvoirs, – s’ils passent par une symétrie, une axialité régulière, une parfaite conception humaine, à l’image du roi et de Dieu et de l’ordonnancement du monde, – nous montrent les limites de cette colonisation. Derrière les murailles de la colonie où l’on place des canons pour se défendre, il y a les limites naturelles de l’île, une côte abrupte, rocheuse, faite de falaises. Seules la cuisine et la chapelle sont à l’extérieur de la “cité” nouvelle (cf. I).

Sous cette forme de carte un peu figée, les lieux que Samuel de Champlain représente se dessinent au milieu de terres presque trop calmes, sereines, apaisées. Ces cartes sont faites pour rassurer et promouvoir une politique royale de paix et de concorde.

L’ébauche d’une vie semble esquissée par la fumée qui sort des cheminées, tandis que la côte herbeuse paraît battue par les vents. Dans ce cadre presque “utopique”, siège le Logis du Sieur de Mons, avec qui Samuel de Champlain a navigué pour cette seconde expédition. Une maison publique sert de toit “où l’on passoit le temps durant la pluie”. Une palissade vient encercler et sécuriser au sein même de la colonie déjà emmurée deux fois (par l’eau de la rivière Annapolis et par la muraille), le magasin où l’on stocke des denrées et autres ressources, et le logis du maître des lieux. On fait loger les “Suisses” et les “charpentiers” de l’autre côté, dans des maisons plus exiguës, à proximité de la forge. Les logis des autres maîtres des lieux, Champlain ou d’Orville se trouvent légèrement plus au sud entourés des logis d’artisans et autres personnalités importantes comme le curé. On remarque la présence de jardins pour le “jardinage”, supposons, à visée utilitaire (alimentaire, médicinale). Elément fondamental de la survie : le puits d’eau douce (lettre G).

Ce “monde dans le monde” ou “hors du monde” (en dehors de la violence des guerres de religion par exemple) vivote au milieu d’une carte immense où Samuel de Champlain présente le couvert forestier de Port-Royal comme des petites armées de soldats prêtes à être débitées. A l’est “Le lieu où les sauvages peschent le harang en la saison” donne une indication pour les ressources alimentaires. Car c’est en imitant les autres qu’on apprend… Ces cartes ne donnent pas cette impression de terres “sauvages” (parce que justement elles ne l’étaient pas dans ce sens péjoratif). Ces cartes donnent l’impression écrasante d’une végétation exploitée et ordonnée selon les usages (sylviculture, jardins potagers, médicinaux, champs, exploitations de blé). Les colons se sont installés à chaque fois à côté des eaux poissonneuses (lettre X à côté de la maison de Champlain et compagnie, “Ruisseau de la trutière” et lettre V à côté du moulin du Sieur de Poitrincourt).

A première vue, la volonté des colons était d’abord de savoir et de connaître (et cela passait par la conquête et la domination malgré les actes de coopération), avant d’entreprendre toutes les tentatives de “maîtrise” de la nature, que la fin du XVIIe siècle et le XVIIIe siècle ont connues.

Bibliographie courte

  • Bibliothèque nationale de France : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb38495058j
  • “Œuvres de Samuel de Champlain”, Société Henri IV, rédaction de Hugues Daussy, https://henri4.hypotheses.org/294 via @hypothesesorg
  • THIERRY, Éric. 1613 • Samuel de Champlain : Voyages In : Monuments intellectuels de la Nouvelle-France et du Québec ancien : Aux origines d’une tradition culturelle [en ligne]. Montréal : Presses de l’Université de Montréal, 2014 (généré le 05 juin 2020). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/pum/6804>. ISBN : 9791036500336. DOI : https://doi.org/10.4000/books.pum.6804.
  • De Waele, Michel « La réalité d’un rêve imaginé : la tolérance de Samuel de Champlain ». Bulletin d’histoire politique 27, no 2 (2019) : 11–14. https://doi.org/10.7202/1059067ar
  • Cohen, Paul « La vie rêvée des empires : Amérindiens et Européens en Nouvelle-France selon David Hackett Fischer ». Bulletin d’histoire politique 27, no 2 (2019) : 34–68. https://doi.org/10.7202/1059069ar

Citer cet article comme : Tassanee Alleau, "Quelques notes sur la conception de l’espace naturel chez Samuel de Champlain," in Histoires Naturelles, 07/06/2020, https://histoiresnat.hypotheses.org/1526.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.