Les balbutiements d’une première base de données iconographiques pour la thèse (Parle à ma thèse 4)

Depuis que j’ai donné un TD en classe de L2 d’histoire moderne ce dernier semestre, j’ai vu à quel point les étudiants manquaient d’images pour visualiser un passé souvent trop lointain et confus dans leur esprit. Sans image, les textes, lorsqu’ils ou elles les décrivent ont deux résonnances : ils sont soit décrits de manière très distante et semblent presque désuets et périmés, perdant tout leur sens, soit ils paraissent faire écho à nos situations actuelles contemporaines, parfois trop, entraînant d’énormes anachronismes ! Or, si l’on applique systématiquement une image à un texte, d’autres idées viennent pour s’exprimer sur une période donnée, un évènement du passé, l’image replace automatiquement l’histoire dans un contexte. Faire une base de données iconographiques pour ma thèse m’a donc paru inévitable. S’il faut parler d’objet végétal, d’objet-médicament, d’objet-savoir, de “matériau-savoir“, s’il faut raconter à la fois une histoire culturelle et une histoire matérielle d’un objet comme la racine, alors il faut des images : pour les imaginer, s’imprégner d’un style, d’une présence, peut-être un peu en bas à droite, à l’écart d’un grand tableau, peut-être sur un rebord de table, comme reste d’un repas dans une assiette, ou au pied d’un grand arbre, par terre… peu importe.

Depuis janvier, j’ai donc envisagé cette base de données avec une grande appréhension. Bien entendu, il faudra interpréter les images, quand celles-ci parlent d’elles-mêmes ou quand d’autres semblent plus complexes à décrypter. La première chose qui m’est venue à l’esprit est de définir quel type d’images je voulais récupérer. L’idée m’est venue aussi en visitant plusieurs musées dont celui de Valenciennes (Musée des Beaux-Arts) où l’on trouve la fameuse marchande de légumes peinte par Joachim Beuckelaer en 1564. Voici une autre version :

Huile sur toile de Joachim Beuckelaer (1564), Staatliche Museen, Kassel

Je n’ai pas encore établi de grille-type permettant de sélectionner mes images avec des critères propres à ma base de données iconographiques. Au départ, j’utilisais un simple fichier dans l’ordinateur pour les classer par “Illustrations de racines”, puis “Autres iconographies autour des racines” avec notamment des frontispices d’ouvrages. Et puis, il faut bien se rendre à l’évidence, la base de données qui va forcément évoluer, a besoin d’être pensée, réfléchie. Avec l’écriture, le métalangage du blog hypothèses, je me suis dit que c’était l’occasion.

Quelques critères pour la sélection des images (partiellement définis):

Schéma (c) Tassanee Alleau (cliquez pour agrandir)

Dans ce tableau ci-dessus, j’ai défini plusieurs critères aléatoirement que je vais préciser ici avec des exemples d’images provenant de mon corpus iconographiques. Dans le critère “type d’images” je ne donne pas trop de précision car la nature de l’image ne donne pas précisément d’indications d’importance ou de moindre importance dans le choix des images, au contraire. Toutes les natures d’images peuvent entrer librement dans mon corpus et enrichir la réflexion autour de l’objet racinaire. Ainsi j’ai sélectionné quelques frontispices et pages titres :

GREW, NEHEMIAH. An Idea of a Phytological History Propounded. Together with a Continuation of the Anatomy of Vegetables, Particularly prosecuted upon Roots. And an Account of the Vegetation of Roots Grounded chiefly thereupon. 7 folding engraved plates. London: J. M. for Richard Chiswell, 1673

Un texte n’est pas une “image” en soi, mais les frontispices ou les pages titres ont une qualité informative. Dans les ouvrages dits “scientifiques” sous l’Ancien Régime, traités et autres herbiers, les pages titres donnent un aperçu textuel de l’importance d’un tel objet d’étude par le sens même des mots utilisés à une époque donnée et par la qualité matérielle d’un ouvrage. Dans la sélection des images, je peux les choisir de façon à ce qu’elles apportent une illustration simple ou un apport “augmenté” de mes propos dans la thèse. Chaque image ne peut pas exister sans contexte, ainsi chaque image que je sélectionne s’accompagne de métadonnées moisonnées pour être répertoriées dans le logiciel Tropy et attribuées à chaque image, ensuite un petit texte suit pour décrire l’image, ce que l’on voit d’abord, puis ce qui vient à l’esprit après.

Mandragora (Mandrake) plant from 'De historia...' Wellcome L0051250

La mandragore issue du De Historia stirpium de Leonhart Fuchs (sur wikicommons, domaine public) https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Mandragora_(Mandrake)_plant_from_%27De_historia…%27_Wellcome_L0051250.jpg

La photographie des planches du De historia stirpium ci-dessus est purement illustrative. Elle vient ajouter un support iconographique à un paragraphe qui abordera la mandragore ou l’illustration botanique innovante chez les naturalistes comme Leonhart Fuchs. A terme, lorsque mon corpus sera assez grand (pour le moment, une centaine d’images), je définirai des “étiquettes” de classement plus précis : racine-herbe-médicament, racine-légume, racine-décorative, par exemple, etc.

Pieter Casteel, Birds And Rabbits, 18e siècle, collection privée

D’autres images comme le tableau de Pieter Casteel ci-dessus viennent fournir un apport supplémentaire à la simple illustration de l’usage des carottes. Oui, les carottes, tout le monde s’en moque, sauf moi ET le Muséum de la carotte. Ici, si j’ose une petite interprétation personnelle (et à force de côtoyer la carotte, on se comprend toutes les deux) : les animaux ci-contre sont tous considérés ici comme des denrées alimentaires (de luxe), faisans, faisannes, pigeons, lapins. La question de leur nourriture est un des aspects dans ma recherche doctorale, car j’essaye de me pencher sur les savoirs vétérinaires de l’Ancien régime. En effet, on donnait aux animaux des plantes vues comme “disgrâcieuses” et de basse qualité : plantes fourragères, légumes-racines, etc. Bref, ce tableau montre à la fois un usage alimentaire de l’Homme aisé et un usage alimentaire destiné aux animaux. Il y a également un double sens dans ce type de tableau, opposé à la nature morte puisque Pieter Casteel peint les animaux vivants “en train de se nourrir”. Ce sens est symbolique : les légumes racines (navets et carottes) sont fréquemment peints au plus bas, au ras du sol ou alors plus bas hiérarchiquement par rapport aux fruits et à des légumes plus valorisés. Les peintures de Pieter Casteel sont presque exclusivement décoratives (sur textiles, sur manteaux de cheminée, etc.). Enfin, il y a un rapport flagrant avec une nature ici domestiquée, (en opposition avec une nature sauvage) même l’arrière-plan, qui représente peut-être un lieu (château) vers lequel ces “denrées alimentaires” sont destinées.

Dans mon corpus, je m’autorise aussi des images où les racines ne sont pas le sujet central mais marquent définitivement une manière de voir les racines et de ne plus les invisibiliser, même si la partie souterraine d’une plante ne contient pas tout le temps un intérêt pour l’utilisateur. Ci-dessous, on voit deux plantes dessinées sans leurs racines mais seulement avec leur partie émergente. Seules deux racines de “cassava” sont représentées “Agouques“.

AGOUQUES ma3900_004v-005r, Histoire Naturelle des Indes, ca. 1586, Pierpont Morgan Library Dept. of Literary and Historical Manuscripts, https://www.themorgan.org/collection/Histoire-Naturelle-des-Indes/5

Alors que dans une autre illustration ci-dessous, les plantes sont dessinées avec leurs parties souterraines, parties racinaires et émergentes constituant un seul et unique corps végétal. Dans le texte des “Scabies“, la partie racinaire des plantes est utilisée comme remède médicinal.

libellus de medicinalibus indorum herbis Huitzquilitl, Juan Badiano y Martín de la Cruz, 1552.

Enfin, la totalité des images que je viens de vous montrer montre des usages, pratiques, gestes spécifiques liés aux racines. En “moissonnant” le web dans toutes les langues possibles (anglais, allemand, néerlandais, latin, espagnol, nahuatl, etc.), c’est le corpus pris dans son ensemble qui parle et qui dit quelque chose de l’objet racinaire sous l’Ancien Régime. Dépeint dans des tableaux représentant des marchés, dans des cuisines et des espaces domestiques, décrivant les différents ingrédients de la soupe, ou donnant l’illustration symbolique de la fertilité et de la sexualité, dépeint aussi dans des cabinets de curiosités ou des espaces horticoles, des jardins où la racine constitue un objet-savoir utile à l’acclimatation et à la plantation de plantes, l’objet-racine n’est pas écarté en tant que tel, il se déploie diversement selon une hiérarchie et une échelle de symboles caractérisant les rapports de l’être humain aux végétaux. Peut-être Giuseppe Arcimboldo peut-il en parler mieux que nous à travers son coup de pinceau satyrique : l’objet racinaire est à la charnière de la nourriture terrestre décrivant le caractère terrestre de l’humain et de la cornucopia, comme élément symbole d’un au-delà édénique qui dépasse l’Homme.

Giuseppe Arcimboldo, Vegetables The Greengrocer, 1587, wikicommons.
Citer cet article comme : Tassanee Alleau, "Les balbutiements d’une première base de données iconographiques pour la thèse (Parle à ma thèse 4)," in Histoires Naturelles, 24/06/2020, https://histoiresnat.hypotheses.org/1641.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.