La thèse en confinement #1

@pexels

S’il m’avait été permis d’imaginer ma première année de thèse et de charge d’enseignement, je n’aurais pas pu rêver qu’elle se déroule dans le confinement d’un appartement de ville. Ce scénario sonnait bien trop SFFF. Se posent différents problèmes logistiques :

  1. Avoir tous ses livres avec soi mais manquer tout de même de ressources et devoir “faire avec”, réécrire les plans des articles commencés il y a 1 mois ou 2, réorienter ses recherches et trouver d’autres moyens de créer des cours pour les étudiants avec des ressources différentes.
  2. Avoir trop de ressources en ligne disponibles et se perdre, même se noyer dans le flot de l’internet et du numérique. Comme en ces temps de confinement, les maisons d’éditions, les universités, les bibliothèques et les revues en ligne ont ouvert leur contenu gratuitement, il y a de quoi devenir fou (de joie, certes, mais aussi de simple folie). Pour ne pas trop m’éparpiller, tout ce que je “lis”, “consomme”, “écoute”, “regarde” dans le champ des sciences humaines se retrouve soit sur mon fil twitter, soit sur mon journal de bord. Pour garder une trace.
  3. La panique et l’angoisse annihilent toute envie d’écrire et de lire. C’est le fait de manquer d’horizon qui nous empêche sûrement d’avancer sereinement. Pour pallier à cela, j’essaye d’exprimer mes peurs à des proches et immédiatement, je me sens un peu libérée d’un poids. Avec l’aide des compagnons de route, des autres “thésards”, nous nous motivons à rédiger des petites choses, à réaliser des petits objectifs quotidiens. Je sens que je vais beaucoup poster ici pour partager ces moments-là.
  4. Les visites des bibliothèques, des archives, des muséums d’histoire naturelle, des expositions sont annulées ou reportées dans mon calendrier… En décembre, elles m’avaient permis de trouver des nouveaux questionnements, de réfléchir à des tas de choses nouvelles, d’envisager l’étude de sources dont je n’imaginais pas encore l’existence… mais il faudra bien attendre quelques mois encore avant d’espérer prendre son carnet, son appareil photo et son ordinateur dans les salles obscures de notre patrimoine…
  5. Le manque de motivation est encore plus flagrant en confinement, lorsqu’on a moins de consignes, de directives, qu’on ne peut plus aller travailler en groupes, au bureau, en bibliothèque, qu’il n’y a plus de formations ni de réunions… Il existe des ressources en ligne pour ne pas se laisser abattre et ne pas se laisser envahir par la solitude du confinement sans solution. Il y a des Mooc (Fun Mooc) reconnus parfois par l’école doctorale, il y a des vidéos Youtube sur la “productivité” et la “motivation“, il y a des groupes de travail sur Discord, Microsoft Teams, il y a des plateformes de cours en ligne comme Skillshare.com, des carnets hypothèses de chercheurs confinés qui partagent leur expérience, reussirsathese.com et scriptoria.org/fr ; Ciel mon doctorat ! (ici) pour être accompagné…
  6. Je vais essayer de faire une liste des outils en ligne et des applications dont je me sers, et qui sera continuellement mise à jour.

Bonne continuation…

Portez-vous bien.

Citer cet article comme : Tassanee Alleau, "La thèse en confinement #1," in Histoires Naturelles, 30/03/2020, https://histoiresnat.hypotheses.org/173.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.