Brève histoire naturelle du muguet et de ses usages (Lily of the valley)

La Convallaria majalis, ou muguet, en anglais Lily of the valley, est une plante à la senteur douce et printanière. Elle renferme dans toutes ses parties un poison très toxique. Cette dualité, cette dichotomie font d’elle une fleur mystérieusement séduisante, tout comme la fleur du Datura ou l’hellébore noire (dont seule la racine est sombre!). Impossible de ne pas songer au roman de Balzac.

Lily-of-the-valley (Convallaria species): entire flowering plant. Coloured etching by M. Bouchard, 1772. https://wellcomecollection.org/works/mn7t3bz8

Quand je m’assis sous mon noyer, le soleil de midi faisait pétiller les ardoises de son toit et les vitres de ses fenêtres. Sa robe de percale produisait le point blanc que je remarquai dans ses vignes ! sous un hallebergier. Elle était, comme vous le savez déjà, sans rien savoir encore, le lys de cette vallée où elle croissait pour le ciel, en la remplissant du parfum de ses vertus. L’amour infini, sans autre aliment qu’un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie, je le trouvais exprimé par ce long ruban d’eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d’amour, par les bois de chênes qui s’avancent entre les vignobles sur des coteaux que la rivière arrondit toujours différemment, et par ces horizons estompés qui fuient en se contrariant” Source1.

Histoire des plantes de Rembert Dodoens chez Jean Loe, 1557, conservée à la Bibliothèque nationale d’Autriche

Rembert Dodoens (1517-1585) décrit le grand Muguet comme une fleur à deux feuilles vertes, unies, semblables aux feuilles du Lys blanc, mais plus petites et plus tendres toutefois. La tige du muguet est de la hauteur d’une paume de main, et en haut de la tige pendent sept ou huit belles petites fleurs blanches, ou davantage. Son odeur est très forte mais “aimable”, à la manière du lys. Quand les fleurs tombent, des baies rouges apparaissent. Sa racine est fibreuse et “se traîne çà et là”. Le muguet a pour propriétés médicinales de redonner la parole à ceux qui sont “tombés en Apoplexie” et de redonner de la force aux paralytiques. L’eau de muguet fortifie la mémoire. Sa racine réduite en poudre (au poids d’une demi-drachme) est bonne contre la peste et tous les poisons. La racine peut aussi être appliquée sur les plaies fraîches et sur les yeux et zones inflammés.

Nicholas Culpeper (1616-1654) en fait une plante sous l’influence astrale de Mercure tandis que le lys blanc est gouverné par la Lune. L’influence de Mercure, en astrologie botanique/médicale, confère à la plante un singulier pouvoir sur le cerveau, renforçant l’esprit.

Le Dictionnaire d’Antoine Furetière (1708) conforte l’idée d’un muguet efficace contre les maladies qui immobilisent “l’esprit”. Parfois appelé “lis des vallées”, le muguet croît dans les lieux ombragés. Le lilium convallium album a des fleurs que l’on croit “apéritives”, bonnes contre la paralysie et particulièrement contre vertiges et épilepsie. La racine de muguet sert à faire éternuer, bien curieusement. On trouve des grands et petits muguets, des muguets blancs et d’autres rouge incarnat. Le muguet du Dictionnaire est également un adjectif. Il qualifie un homme “galant, coquet, qui fait l’amour aux Dames“, bien paré et bien mis “pour leur plaire“. En découle un verbe assez drôle : “muguetter” : faire le galant ou bien avoir des desseins “de se rendre maître de quelqu’autre chose”.

“Les Tuilleries sont les rendez-vous de tous les muguets”.2

De même, on appelle aussi communément “muguet” une sorte d’atteinte aphteuse, une mycose de la bouche, bien connue chez les nouveau-nés, tout comme chez les adultes.

BULLIARD. Planche 219. Plante médicinale de la France. Le muguet de mai – Herbier de la France, 1780. Cote : 08338×03. Source : https://www.biusante.parisdescartes.fr/blog/index.php/fermeture-1er-mai/

Le Jardinier fleuriste (tome 2) de Louis Liger (1708) apprend à ses lecteurs et lectrices comment semer du muguet :

“Le Lys des Vallées ne se multiplie que de plant enraciné, qu’on tire de ses racines, en les éclattant, & qu’il a tellement impliquées les unes dans les autres, qu’on est obligé de prendre un couteau pour les séparer”.3

Pour Samuel Collins (1619-1670), physician britannique, la folie (Of Madness, and its Cure) se guérit avec des sirops, des teintures, des électuaires, qui sont en fait des mélanges d’ingrédients refroidissants (cooling). Leurs effets sont efficaces contre les humeurs sanguines et les attitudes emportées voire extravagantes. Samuel Collins prescrit du jus de fleurs, fleurs de nénuphars, primevères officinales, muguet, toutes bouillies et sucrées pour en faire un sirop. De même, l’électuaire est une sorte de confit de fleurs (les mêmes que précédemment), ajoutez à cela des graines à vertu rafraîchissante réduites en poudre.

Le sirop sucré a une fonction : endormir. Car l’endormissement est la solution première pour éteindre et apaiser les emportements de l’âme. Le sirop, de l’ordre des remèdes “Hypnoticks” que Samuel Collins conseille à ses patientes et patients, est assez simple à composer, peu coûteux, accessible et abordable à toute une partie de la société.

En 1813, un tableau des tarifs de douanes révèle que le muguet est vendu au quintal (100kg) : 3 francs et 6 centimes. Par comparaison, le coquelicot (pavot) est vendu 2 francs 4 au quintal et l’iris, 6 francs 12 au quintal. Indice intéressant, aux XIXe et XXe siècles, des archives de Berthier de Wagram indiquent dans un tableau de la délinquance rurale que le vol de muguet, au même rang que le vol de fougère et d’herbes constitue 11% de actes illégaux en troisième position derrière le vol de bois et le braconnage4.

Noel Chomel au 18e siècle en fait déjà un remède du pauvre. Pour résoudre les douleurs de têtes (provenant de “l’intempérie du cerveau”), on prend des racines d’Angélique, les racines du souchet, de la valériane, des racines de pivoine, les feuilles de la Bétoine, de la sauge et de la primevère, de la mélisse aussi. On utilise les semences de l’anis, du fenouil, les baies de Laurier et de genièvre, les fleurs de tillot (tilia, tilleul), de petite centaurée et de muguet.

[…] Desquelles le Médecin des pauvres fait préparer diverses sortes de remèdes, & sur tout des décoctions à l’intention susdite”5.

Pulvérisation et macération en confiture sont des pratiques connues depuis l’Antiquité dans la médecine qui produit des pharmacopées. Les liants tels le miel, le vin, le vinaigre ou le sucre servent de base à de multiples traitements internes ou externes : des cataplasmes, des électuaires, des pessaires, emplâtres, pâtes, sirops et onguents. Le sirop, nom commun issu de la langue arabe, est une forme de médicaments typique de L’Antidotaire.

A la manière de l’angélique, le muguet a un goût sucré très prononcé. C’est un goût qui réconforte. Souvenez-vous du sirop de votre enfance, la chaleur qu’il dégage. “Car le sirop est un remède classique faisant partie des ordonnances habituelles contre les troubles atrabilaires”6. Les recettes de sirop varient assez peu, car les plantes ont à chaque fois des vertus “symboliques” (notamment par leur tempérament), par analogie, sympathie, antipathie, etc.

Leonhart Fuchs: Das Kräuterbuch von 1543, Abb 133 (Seite: 255): Meyenblümle (CXXXIII),http://www.waimann.de/abbild/255.html

La couleur blanche du muguet le plus répandu est certainement la raison de son surnom de “Lys”. La pureté du blanc appelle à une virginité florale symbolique que les têtes couronnées aiment arborer sur leurs armoiries, épinglés aux vêtements ou bien en bouquet de mariage. Le muguet vendu très cher aujourd’hui, fait l’affaire de petits fleuristes d’un jour aux abords des cimetières ou sur les marchés. L’emblème futur du 1er mai, Fête du Travail, d’abord brocardé de rouge vers 1913 puis de nouveau blanc en 1940 pour remplacer l’églantine écarlate, est une fleur à forte charge significative7. Le muguet accompagna les femmes dans leurs mutineries et leurs grèves au XXe siècle, dans ce que la presse appela “la crise des muguets”8.

Considérons alors le muguet comme une fleur aussi importante que le Lys. “En outre des armoiries à enquerre d’argent semé de fleurs de lis d’or, dans lesquelles le blanc constitue la couleur du champ, sont parfois attribuées au royaume de France ou à la France personnifiée par une allégorie féminine. Sous l’Ancien Régime, le blanc monarchique devient aussi et surtout la couleur du pouvoir régalien militaire. C’est la couleur du roi aux armées et celle des chefs militaires qui exercent le commandement en son nom”9. On trouve ainsi le blanc sous différentes formes : de panache blanc au-dessus du casque, de cheval blanc, d’écharpe blanche, de fleurs blanches, de cornette royale blanche, etc. Comment le muguet est-il passé de fleur de la Vierge à un symbole du pouvoir ?

“Rival de l’aimable Violette, le Muguet nous charme lorsque dans nos courses printanières dans les forêts ombreuses, nous apercevons ses jolies grappes blanches en même temps que nous savourons son odeur si fine. L’une et l’autre fleur nous plaisent. Seulement la Violette se cache et le Muguet se montre ; le parfum de l’une décèle des propriétés bienfaisantes, celui de l’autre trahit un principe irritant. L’une est le symbole de la modestie, l’autre de la prétention de séduire” Source10.

Revenons au blanc virginal et à la blanche volupté du muguet. Les petites clochettes du muguet sont les larmes de la Vierge tombées au pied de la Croix. Signe (pour les croyants) qu’elle est la plante compagne de Marie : les boutons sortent vers l’Annonciation. On trouve le muguet dès l’Antiquité comme fleurs des Dieux. Elles tapissaient les vallées de leur fragrance et de leur lumière blanche pour les Muses. On la dit “première fleur du printemps”, symbole d’humilité.

Pour avoir un aperçu du muguet représenté dans les tableaux les plus célèbres, rendez-vous sur le site de Connaissance des arts (Diaporama). On y aperçoit notamment l’illustration du “Jardin de paradis” ou “Mary garden” par le Maître du Haut Rhin (ci-dessous). Le muguet y est peint en compagnie de coucous, d’iris, de lys, de fraisiers et de roses.

Meister des Frankfurter Paradiesgärtleins (Jardin de Paradis, du Maître du Haut Rhin) vers 1410-1420. Conservé à Städel, Francfort-sur-le-Main en Allemagne.

Le muguet est entré dans des recettes “populaires”. Le Laboratoire de flore ou chimie champêtre végétale de 1773 dit :

“Cette plante est fort agréable. Dans quelques endroits de l’Allemagne, on fait dessécher des fleurs de Muguet, on les mêle avec le raisin, & on en prépare un vin qui est excellent dans l’apoplexie & les mouvements convulsifs ; on fait usage du Muguet dans les recettes” (infusions en alambic, dans un vaisseau avec du sureau, du genêt et autres millepertuis, ou en cucurbite de verre avec de l’écorce de citron et de la marjolaine ainsi que des fleurs de lavande).

Pour finir (mais est-il possible de couvrir complètement l’histoire du muguet par un si bref résumé ?), au XIXe siècle on a isolé plusieurs principes actifs dans les feuilles du muguet appelés “convallamarine”, “convallatoxine” et “convallarine”. A l’image de la belladone ou de la digitale, à la fois poisons et remèdes, le muguet lui aussi joue son rôle pour l’insuffisance cardiaque. On dit le muguet antispasmodique et tonique pour le coeur. Cependant, il n’est prescrit que sur l’odonnance d’un médecin.

Parfumeur de Marie-Antoinette, épouse de Louis XVI. Museo del Perfume Fundación Planas Giralt, Barcelona, España (Wikipedia)

Son utilisation en huile essentielle à l’odeur délicate est restreinte à un usage en parfumerie uniquement, elle est plus souvent à base de molécules synthétiques (car moins onéreuses à produire). Le parfum du muguet agrémente les savons et autres cosmétiques. Je vous laisse cliquer sur la recherche suivante pour avoir un aperçu des parfums qui utilisent le muguet comme fragrance principale : Recherche “muguet + parfum” sur DuckDuckGo11.

“La notion de parfum, un mot italien qui n’apparaît guère avant le XVIe siècle, débouche sur son application industrielle, sur la fabrication par des physiciens, des droguistes et des espiciers d’eaux parfumées, de baumes, de drogues, d’emplâtres, d’onguents et de pommades. La production et l’usage du parfum favorisent les cultures de lavande, des violettes, des iris, des fleurs d’oranger, du jasmin, des pivoines, du muguet. La future capitale mondiale de la parfumerie, Grasse, a dès le XIIe siècle passé des accords avec les Gênois pour la production de savons parfumés.”12

Le muguet s’est installé dans nos imaginaires occidentaux par sa blancheur éclatante. “La réalité est donc à la fois réelle et imaginaire et surtout symbolique. Le végétal, les plantes, les fleurs et surtout les arbres, font partie des structures symboliques les plus vitales de l’homme, celles de l’amour, de la mort et du pouvoir.13 Selon ce principe, le muguet remplit parfaitement un stéréotype simple de fleur blanche au doux parfum, paradoxalement poison et remède, synonyme de séduction et de pouvoir.



Citer ce billet
Tassanee Alleau (2020, 11 septembre). Brève histoire naturelle du muguet et de ses usages (Lily of the valley). Histoires Naturelles. Consulté le 5 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pny5

  1. Honoré de Balzac, Le Lys dans la Vallée, Edition Houssiaux, 1874, première édition 1836 []
  2. Dictionnaire d’Antoine Furetière, 1708 []
  3. Louis Liger, Le Jardinier fleuriste, tome 2, 1708, p.336-337 []
  4. LALLIARD, François. Justice, tensions et régulations sociales en Ile-de-France (XIXe siècle-début du XXe siècle) In : Justice et sociétés rurales : du XVIe siècle à nos jours – Approches pluridisciplinaires [en ligne]. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2011 (généré le 11 septembre 2020). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/pur/107712> []
  5. Noël Chomel, Dictionnaire oeconomique…, chez Jean Céveno et Corn. Mortier, 1732, p.301 []
  6. Radu Suciu, « La morale du sirop. Thérapies médico-morales pour la guérison de la mélancolie », Études Épistémè, 13, 2008, Online since 01 June 2008. URL: http://journals.openedition.org/episteme/898 []
  7. Lire l‘article du Monde et écouter le podcast suivant sur Les Rendez-Vous de l’Histoire : ici []
  8. cf. 1917, article READ, Peter. Mutineries et grèves de femmes In : Apollinaire et Les Mamelles de Tirésias : Le revanche d’Éros [en ligne]. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2000 (généré le 11 septembre 2020). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/pur/35297> []
  9. Michel Pastoureau, Bleu. Histoire d’une couleur, Points, Seuil, 2016 []
  10. Receuil des travaux, Mémoires, de la Société des sciences, de l’agriculture et des arts de Lille, 1854 []
  11. Sur les notes vertes et printanières, il y a un joli article de Johanne Courbatère de Gaudric ici dans Les Echos et un article utile sur la fabrication des parfums ici []
  12. LEGUAY, Jean-Pierre. Chapitre 4. « Herbes et racines » : régulateurs alimentaires, sources de revenus In : Terres urbaines : Places, jardins et terres incultes dans la ville au Moyen Âge [en ligne]. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2009 <http://books.openedition.org/pur/121050> []
  13. KUKUŁKA-WOJTASIK, Anna. Arbres, fleurs et autre végétal dans la symbolique médiévale. D’après l’exemple de la Chanson de Roland et de romans courtois du xiie siècle : Le Roman de Thèbes, Le Chevalier de la Charrette, Partenopeu de Blois et Le Roman d’Alexandre In : Traces du végétal [en ligne]. Angers : Presses universitaires de Rennes, 2015 <http://books.openedition.org/pur/42304>. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search