Réflexions autour de l’écriture d’un blog/carnet de thèse

@pexels

En ouvrant ce carnet de recherches, ou carnet de thèse, j’avais envie de pouvoir écrire la plupart de mes réflexions autour de la recherche académique, entre autres, tout en mêlant cela avec mes autres pratiques (notamment artistiques). Voici les 5 grands thèmes que je m’impose dans ma vie doctorale quotidienne :

  1. Améliorer son écriture

Quand il s’agit d’écrire une thèse, on pense à la qualité de son écriture. Même si j’écris beaucoup tous les jours, je sens toujours une tension lorsque je rédige quelque chose et l’écriture d’articles académiques n’aide pas vraiment à se libérer d’un fardeau… En effet, se relire mille fois pour corriger les fautes de syntaxe et les erreurs de mise en page casse fréquemment la sensibilité et la créativité qu’on a dans l’étape de rédaction. Bien souvent, je me retrouve à modifier une vingtaine de fois l’introduction et la conclusion, à réévaluer le plan, à intervertir des parties et réécrire des paragraphes entiers parce que les phrases ont le défaut d’être trop longues, etc. Le perfectionnisme n’est jamais loin surtout lorsqu’on sait que l’on va être noté, critiqué et qu’il faut respecter les normes. Néanmoins, l’exercice est salvateur, parce qu’on a la sensation de “produire” quelque chose et cet entraînement installe de meilleures habitudes pour la thèse. Le fait d’ouvrir un blog m’a autorisée à écrire plus, même si pour le moment, la plupart de mes billets de blog restent ici à l’état de brouillons… Je connaissais déjà cette pratique pour avoir tenu divers blogs, traitant de littérature, de cinéma et plus largement de mes découvertes culturelles, depuis ma terminale ! Pourtant, l’acte d’écrire sur un carnet hypothèses.org me semble bien différent à bien des égards.

Tout d’abord, l’on sait que les lecteurs de ces carnets ne sont pas les mêmes qu’un blog culturel. Il y a fondamentalement trois aspects qu’on recherche en lisant des carnets de thèse (enfin, en tout cas, c’est ceux que je recherche) : des conseils de méthodologie, des sources correctement identifiées, des réflexions originales et thématiques. S’égarer dans de vagues considérations philosophiques à base de gifs animés ne paraît donc pas adéquat dans ce type de blog. On a l’impression que pour écrire dans un carnet hypothèses.org, il faut absolument “faire avancer la recherche” ou tout du moins, faire avancer la “réflexivité sur la recherche académique”. Cela ne me paraît pas évident et je ne sais même pas si cela est véritablement utile à l’échelle d’un doctorant. Le simple fait de “partage” d’expériences m’apparaît comme plus intéressant.

Pour moi, améliorer son écriture passe par plusieurs objectifs quand je trouve le temps, bien sûr :

  • demander à des proches (dans le milieu et en dehors du milieu de la recherche) de relire mes textes
  • écrire des “faux articles” ou des fiches thématiques autour de grands thèmes ou d’idées pour la thèse
  • écrire des propositions de communication, même celles auxquelles vous ne participerez pas
  • trouver des accroches originales et de nouvelles perspectives de recherche
  • s’essayer à la construction de plans (plan de thèse, plan d’articles, plan de recherches pour la journée…)
  • écrire des synthèses autour des lectures d’ouvrages
  • s’autoriser une écriture libre dans un journal de bord de la thèse afin de laisser aller sa plume, un peu de créativité ne fait jamais de mal
  • écrire et réécrire son résumé de sujet de thèse en l’améliorant et en l’affinant toujours (vous savez, celui que vous avez envoyé à votre école doctorale ou pour la demande de bourse doctorale)
  • utiliser le mind mapping (la carte mentale) afin de trouver des liens entre vos idées et d’en faire éclore de nouvelles

2. Ecrire quotidiennement

Le problème de l’écriture quotidienne c’est qu’elle n’est pas toujours identique et équilibrée, que certains jours, seuls trois mots sortent de votre tête, d’autres fois, vous aurez seulement un plan et parfois vous serez tellement productif que vous écrirez un article entier en une journée. Le problème de l’écriture quotidienne c’est que la motivation est inégale, les situations le sont aussi, les tâches quotidiennes se suivent mais ne sont pas toujours identiques. Le travail intellectuel et le stress qu’il engendre ne permettent pas de produire en permanence des traces écrites.

Ecrire quotidiennement est tout de même l’objectif premier que je me donne et encore plus en état de confinement à cause du Covid19 (en quelque sorte, pour une bonne santé mentale). D’une part, j’ai vite remarqué que je ne me souvenais presque jamais de l’intégralité de mes lectures si je ne laissais pas de traces écrites et d’autre part, ne pas écrire ses idées fulgurantes sur un coin de table dès qu’elles surviennent est une très, très mauvaise idée. Mais cela, tous les écrivains et journalistes nous le disent.

Doit-on d’ailleurs écrire tous les jours sur le ton d’un chercheur ? D’un enseignant qui veut vulgariser ? D’une simple doctorante ? ou sur le ton d’un journaliste pointilleux ? ou d’un critique d’art érudit ? Il me semble qu’il faille mélanger tout cela, qu’il n’y a pas de bonne recette pour écrire sur un carnet hypothèses.org et que c’est le melting pot et le patchwork d’idées, bien organisées, la rencontre interdisciplinaire, la curiosité vers d’autres champs d’études qui peuvent inscrire le carnet de thèse dans une véritable continuité de la thèse et de la recherche. 

Astucepour s’aider à écrire, et d’une manière un peu “auto-centrée” comme dans l’égo-histoire je propose de faire une interview de vous-mêmes. C’est un outil réflexif comme un autre, en se posant des questions vous y répondez immédiatement comme si un journaliste était en face de vous.

Ecrire ici c’est donc poser de nouvelles hypothèses tous les jours et tenter d’y répondre.

3. Ouvrir des pistes de réflexion

Ouvrir des pistes de réflexion… voilà bien une tâche difficile dans sa réalisation. Je suis bien souvent tombée dans le piège de : 1) penser qu’il faut beaucoup lire pour avoir des idées. 2) penser qu’il faut jeter ses idées de manière aléatoire sans préparation…

En fait, la solution est entre les deux. Prendre un crayon et annoter sa lecture en cours (sur des post-it, ou à même le livre), créer une carte mentale pour jeter des idées, écrire au brouillon le début d’une hypothèse et des pistes de sources à exploiter pour y répondre… Les premières questions qui m’aident le plus à rédiger quelque chose sont :

  • Pourquoi et comment ce texte a-t-il été écrit ? Pourquoi et comment cet événement a-t-il eu lieu ? 
  • Après avoir créé un arbre d’idées ou une carte mentale : établir quelle idée est la plus originale ou la plus facile de compréhension pour aborder un sujet
  • Quel était l’état d’esprit de l’auteur d’une source ?
  • Peut-on relier des contextes culturels, politiques, religieux, scientifiques entre eux ?
  • Ce thème/ce sujet est-il abordé dans d’autres disciplines ? ou à travers le cinéma, la littérature, etc. ?
  • Après un court état de l’art sur ce qui a été publié autour de mon sujet du jour : sous quel axe d’étude ce sujet n’a-t-il pas encore été étudié ?

4. Faire des états de l’art et relire l’historiographie

Relire l’historiographie et faire un état de l’art sont deux choses qui me paraissent essentielles même dans l’écriture d’un carnet de recherches et de ce blog. C’est comme chercher des références pour son travail artistique. Cela peut conforter la pertinence du sujet que l’on décide d’aborder et cela permet également d’éviter les redondances.

Mais faire un état de l’art peut aussi consister, selon moi, à rechercher :

  • des occurrences, des mots clés pour trouver des pages web intéressantes ou des sources
  • faire une veille d’articles, de publications, de colloques, sur des fils RSS, des blogs, Twitter, Facebook ou d’autres sites académiques
  • d’autres articles de blogs d’hypothèses.org
  • des conférences qui parlent du numérique/des blogs/de la vulgarisation, etc.
  • lire des ouvrages de littérature qui gravitent ou non autour du sujet et tomber par hasard sur une citation qui nous éclaire 

5. S’ouvrir à d’autres champs de recherche et d’autres disciplines

Enfin, ce blog est pour moi l’opportunité d’utiliser au mieux le caractère pluridisciplinaire de la thèse grâce à toutes les ressources que l’on trouve sur la toile, mais aussi grâce à toutes les autres pratiques qui nous passionnent au quotidien, que ce soit le cinéma, le dessin, la cuisine, le jardinage. Tout peut devenir un lien dans vos explorations et pérégrinations. Le geste peut amener à l’écriture et pour ma part c’est souvent plutôt l’écriture qui m’amène à découvrir de nouvelles pratiques.

Bien entendu, si la thèse ne permet pas de s’éparpiller, il faut bien penser qu’un blog / carnet de thèse autorisera quelques billets plus “hors sujet” malgré la ligne éditoriale ou le fil rouge qu’il faut tenter de maintenir. Là où thèse cherche dans l’absolu une méthodologie imparable, le blog permet d’ouvrir son horizon aux limites de cette méthodologie et aux champs des possibles…

@pexels

Retrouvez les ressources qui m’ont aidée ici :

Dans le doute, et toujours armée du bon vieux syndrome de l’imposteur, ce blog peut certainement aider à exorciser ses démons…

Bien à vous.

 



Citer ce billet
Tassanee Alleau (2020, 30 mars). Réflexions autour de l’écriture d’un blog/carnet de thèse. Histoires Naturelles. Consulté le 5 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pnxl

2 réponses sur “Réflexions autour de l’écriture d’un blog/carnet de thèse”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search