Présentation de ma thèse à la Journée de rentrée des doctorants du CESR (Centre d’études supérieures de la Renaissance, Tours), 16 octobre 2020.

Comment écrire les histoires naturelles de la plante souterraine à l’époque moderne ?

https://adcesr.hypotheses.org/
Tassanee Alleau, doctorante contractuelle CESR (UMR 7323), Université de Tours tassanee.alleau@univ-tours.fr
Présentation de mes recherches pour la Journée de rentrée des doctorants du CESR (Centre d’études supérieures de la Renaissance, Tours), 16 octobre 2020.
Adam Lonicer (Lonitzer), Krauterbuch (XVIe siècle), wikicommons

Tout d’abord, je remercie l’ADCESR et les organisateurs de cette journée qui m’ont invitée à présenter mes recherches puisque je n’avais pas pu le faire en 2019, après une inscription tardive en première année de doctorat. Je m’appelle Tassanee Alleau, je suis actuellement inscrite en deuxième année de mon contrat doctoral au Centre d’études supérieures de la Renaissance. Auparavant j’ai fait ma maîtrise et mon master ici au CESR, et mes deux mémoires portaient sur les herbiers du XVIe siècle, le A New herball de William Turner et le Das Kreüterbuch de Leonhart Fuchs, avec une recherche centrée sur les liens entre histoire culturelle, symbolismes et écrits scientifiques et rationnels. J’ai également fait une licence en langue, lettres et civilisation anglaises et suis récemment diplômée des Beaux-Arts de Tours. Ma thèse s’intitule “À la Racine des pratiques et des savoirs : histoires naturelles de la plante souterraine (v. 1530-1740)”, sous la direction de Pascal Brioist et la codirection de Concetta Pennuto. J’étudie l’objet végétal à la fois dans ses dimensions symboliques et sensibles, matérielles et conceptuelles, sur un temps long, pour observer les changements et les continuités depuis la Renaissance. Ainsi je considère l’objet racinaire (bulbe, rhizome, tubercule…) à travers les sphères du domestique et de l’intime (utilisation médicinale, alimentaire, rapport au corps), et à travers des espaces d’échanges : commerce, transferts, transmissions de savoirs, voyages, etc. L’objet-racine me permet de considérer des territoires étendus, du rural à la ville, en France, en Angleterre, dans le Saint-empire, jusque dans la Nouvelle France, les Caraïbes et les Antilles, l’Amérique du Sud, etc. Le fil rouge dans tout cela reste une réception européenne des représentations et des usages de ces racines, dont les imaginaires nourrissent encore nos sociétés d’aujourd’hui.

Leonhart Fuchs, portrait dans le Das Kreüterbuch, wikicommons.

Cet élément du végétal, que j’utilise comme clé de lecture, m’aide à comprendre les relations entre les hommes, les femmes et la nature à l’époque moderne, tant dans les usages alimentaires, médicaux, artisanaux, scientifiques et techniques que commerciaux. Par le prisme de l’histoire culturelle, les inflexions de la religion, des politiques sanitaires ou commerciales, des objectifs scientifiques, ou des mentalités de la Renaissance et de l’Ancien Régime, je construis des histoires naturelles de plusieurs types de “racines”, qui influencent les gestes et les pratiques de leurs “utilisateurs”, “praticiens”, “consommateurs”. Ces différentes histoires naturelles se croisent. Les pratiques rituelles des Amérindiens ne sont certes pas les mêmes que celles des sociétés européennes autour de la racine. Pourtant, les rituels de récolte et de consommation qui concernent la mandragore semblent être le miroir du mythe de la racine de manioc, mère nourricière de certaines sociétés amérindiennes. Autre exemple, l’histoire « coloniale » du tubercule qu’on appelle « pomme de terre » aujourd’hui traverse les océans et transforme l’alimentation des marins européens puis des sociétés rurales à l’orée de la révolution industrielle. Dans les jardins médicinaux, les jardins botaniques et les jardins privés ou d’agrément, les plantes se croisent, et leurs usages également. Les échelles se brouillent, dans un même lieu on trouve des plantes du lointain que l’on considère comme « exotiques » tandis que les partisans du local viennent revendiquer une accessibilité aux ressources végétales à tous et à toutes » et herborisent dans les environs de leur espace domestique, bien avant les « locavores » et « circuits courts » qui nous sont contemporains. Les racines s’immiscent aussi dans l’intimité et les espaces domestiques, des rhizomes de l’iris pour son parfum, en passant par les épices, souvent des tubercules ou des rhizomes, jusqu’à la marqueterie pour certains mobiliers. La racine n’est néanmoins pas l’apanage des élites, la maîtrise techniques des gestes autour des racines peut concerner les pratiques agricoles, horticoles ou maraîchères par exemple.

Je me suis donné l’objectif de construire une base de données iconographiques des différentes racines de l’époque moderne. Elle n’a pas pour but de trouver une fin concrète, mais elle est pour moi un pilier de ma thèse, car c’est par l’aide de l’image que je souhaite apporter une dimension matérielle à la dimension déjà culturelle des écrits. L’importance de l’image, c’est qu’elle permet de décrire l’objet et les relations commensales autour de cet objet-racine, et de décrire aussi des histoires naturelles des objets appartenant à des sociétés où l’écrit n’est pas majoritaire.   

 Jean-Baptiste Labat, “Voyage du chevalier Des Marchais en Guinée, isles voisines, et la Cayenne, fait en 1725, 1726 et 1727”, Paris 1730 , t.II, p..70 (wikicommons)

J’accorde une importance primordiale aux systèmes de domination dans les rapports sociaux autour de l’objet-racine ainsi qu’aux savoirs hybrides, aux mélanges d’influences que certains nomment syncrétismes, mais je préfère parler de métissage culturel. Mes recherches récentes pour constituer mon corpus iconographique et textuel m’ont portée jusque vers des traités qui ne sont pas strictement botaniques. Par exemple, par la lecture des journaux Nouveau voyage aux isles de l’Amérique du missionnaire botaniste Jean-Baptiste Labat qui mêlent récits ethnographiques et naturalistes, en Guadeloupe et en Martinique entre XVIIe et XVIIIe siècles, j’étudie plus précisément des gestes et des coutumes autour de la plante souterraine, du manioc ou cassave en passant par l’acclimatation de légumes-racines européens, plantes qui finalement nous parlent des rapports entre colons et indigènes, colons et esclaves. A travers les gestes et les coutumes, ce sont des techniques qui s’inscrivent dans les vies quotidiennes.

D’autre part, je regarde comment se construisent les images et les représentations du végétal à l’époque moderne, et spécifiquement à travers les continuités entre les périodes du Moyen Âge et de la Renaissance. Les tableaux du XVIe au XVIIIe siècles, comme ceux de Pieter Aertsen, ou de Joachim Beuckelaer, de Louise Moillon ou de Joachim Wtewael, traduisent des symbolismes, des métaphores issus de la Bible, d’une certaine vision de l’ordre du monde et de l’échelle des êtres vivants. Ces mentalités révèlent à la fois des pratiques culturelles quotidiennes et des rapports sociaux, offrant en particulier un regard sur les femmes, les rapports de classe, le télescopage entre espace domestique et les espaces extérieurs de sociabilité, entre les campagnes et les villes. Ces tableaux représentent souvent des scènes de marché, des scènes de vie quotidienne, dans les cuisines, ou dans des rues.

Louise Moillon a peint cette scène de marché (première partie du 17e siècle), wikicommons

Mais je reste aussi sur mes premières amours, les herbiers et les traités sur les plantes, pour lesquelles j’apporte une attention particulière au développement d’une pensée critique et scientifique par les esprits « botanisants », de l’herbier d’Elizabeth Blackwell, aux dessins de Nicolas Robert, sans oublier les planches des graveurs et dessinateurs de Leonhart Fuchs. Je les regarde aussi sous l’angle descriptif, ce que l’herbier dit de la société, voire sous l’angle narratif, ce que l’herbier raconte du monde et de la présence du végétal. Car il n’y a pas que des images derrière un herbier mais quantité d’écrits, et quantité d’informations matérielles : de la manière dont sont traitées les images, comment elles sont dessinées, gravées, reproduites, diffusées, en passant par la perception et la réception du public, les usages des herbiers dans un contexte de pratiques horticoles ou agricoles, culinaires ou médicales, etc.

En ces temps de COVID19, les recherches sont plus compliquées. J’ai délaissé pour le moment les archives et les allées du Jardin des Plantes à Paris, pour me concentrer sur les données iconographiques, avec de précieux conseils de Daniela Bleichmar, spécialiste d’histoire des sciences, d’histoire de l’art et de culture visuelle. Mais cette pandémie a également ouvert de nouveaux horizons à la thèse. La multiplication des rencontres par visio-conférence m’a permis de découvrir la recherche de dizaine de chercheurs et chercheuses, au sujet plus ou moins proches du mien. La mise en relation de ces recherches favorise l’interdisciplinarité comme clé de compréhension d’objets historiques. La pandémie a aussi centré les réflexions autour de l’histoire de la médecine et des sciences. Les questions qui nous sont contemporaines viennent donc nourrir mes recherches quotidiennes et offrent de nouvelles perspectives et de nouvelles pistes d’enquêtes historiques.

John Gerard, The Herball, “Virgina Potato”, wikicommons

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.