Un Podcast pour parler d’Histoires naturelles, d’enseignements et de recherche

Le podcast Histoires naturelles parle de recherche et de l’être humain dans son rapport à la Nature. Il embrasse un grand nombre de sujets, dans une vision multidisciplinaire et interroge les constructions culturelles, mentales et scientifiques de la Nature, du passé et de la pensée contemporaine. Ma volonté de croiser les regards, les époques et les approches pour comprendre les enjeux de la recherche autour de ces processus permettra, je l’espère, de faire dialoguer arts, sciences humaines, philosophie, sociologie, littérature et sciences, à travers des perspectives diverses, allant des études postcoloniales, en passant par les études de genre (gender studies) ou bien les études culturelles et visuelles (visual and cultural studies).

Sous la forme de récit, d’histoires narrées, ou d’entretiens, ce podcast sera diffusé sur ce carnet de recherche hypothèses.org et sur les plateformes habituelles de podcast (Anchor.fm / Flux RSS / Spotify / Google Podcast / Breaker / Radio Publique / Pocket Casts)

Introduction : https://anchor.fm/histoires-naturelles

Disponible sur Apple Podcasts : https://podcasts.apple.com/fr/podcast/histoires-naturelles/id1541062891 et sur Spotify : https://open.spotify.com/show/4vxJC7dwihP766ks1XK9xY

La programmation à venir :

histoiresnaturellespodcast@gmail.com

Génériques :

Si vous désirez participer à un des podcasts, contactez Tassanee Alleau à l’adresse email suivante : tassanee.alleau@univ-tours.fr

Podcast n°2 :

Pour ce podcast, j’ai décidé de parler de villes et de nature. Portée par l’enthousiasme de la communauté universitaire, non universitaire, et la communauté de lecteurs et de lectrices qui m’entourent, le projet a pris une nouvelle tournure. Il s’agira de parler de villes et de nature à travers plusieurs épisodes, plusieurs capsules où chacun prendra la parole pour discuter de problématiques contemporaines. J’ai souhaité recueillir la parole de ceux qui ont une pratique sur le terrain, ainsi que ceux qui fabriquent du savoir dans les domaines de la géographie et de l’histoire. J’interrogerai ensuite la littérature et le cinéma, pour former une sorte de cycle de la ville et de la nature, dans une perspective multidisciplinaire. La question de la construction écologique d’une ville et la protection de la biodiversité urbaine introduit d’un côté des espaces naturels non maîtrisés présents dans les franges urbaines à proximité des marges routières comme les bordures d’autoroute ou les alentours ferroviaires, par exemple, et de l’autre côté, une nature paradoxalement domestiquée et esthétisante, comme nous le rappellent Jean-Pierre Lévy et Isabelle Hajek (https://journals.openedition.org/lectures/22254) dans leur questionnement au sujet de la ville durable.
Aujourd’hui, je me suis entretenu avec Arnaud, géographe de formation, spécialisé dans les transports en commun. Récemment, il s’est intéressé aux problématiques de l’étalement urbain. Sa vision est celle d’un évaluateur chargé de donner son expertise en matière d’insertion des transports dans les espaces urbains. Nous avons parlé de cela, mais aussi d’écoquartiers, de zones commerciales et industrielles. Les problèmes écologiques auxquels nous faisons face dans nos vies quotidiennes semblent difficilement remis en question dans les politiques publiques malgré un discours écologique permanent. Sur le terrain, comment cela se passe-t-il ?
Dans cet épisode, nous avons livré des pistes de réflexions assez générales avec des notions basiques d’aménagement des villes. Ce qui structure une ville n’est pas fixe, et à travers l’histoire, la ville a toujours été mouvante, changeante, tour à tour vue en opposition avec les espaces ruraux puis complément idéal et attractif, entre exode rurale puis néo-ruralité. La vision de chacun permet d’aborder la ville comme une réalité concrète. La nature est devenue en quelque sorte la colonne vertébrale des politiques urbanistiques. La ville est à la fois une réalité naturelle mais aussi une réalité paysagère et une réalité environnementale, dont Yves Chalas, sociologue et urbaniste nous rappelle la structure dans la revue L’Observatoire (https://www.cairn.info/revue-l-observatoire-2010-2-page-3.htm). La ville-nature serait faite de vides, d’espaces non bâtis, végétalisés, qui façonnent le paysage, structurent la ville et guident le regard d’un endroit à un autre, et tout reste à faire.
Merci de votre écoute.
A bientôt pour un prochain épisode d’Histoires naturelles.
________________
(c) Crédits :
________________
Montage audio, enregistrement : Tassanee Alleau
Invité : Arnaud Dietrich
Musiques :
Scattered in the Wind – Dayon (Epidemic Sound)
Rue Lepic – Tomas Skyldeberg (générique, Epidemic Sound)

______

Podcast n°3 :

Bonjour à tous et à toutes,  pour ce podcast, j’ai décidé de m’entretenir avec Morgane Andry, pour la présenter un peu:   

___________

Morgane est réunionnaise vivant à Paris, 26 ans, doctorante de troisième année en sciences du langage au sein du LCF (laboratoire sur les espaces créolophones et francophones) à l’Ile de La Réunion. Sa thèse est dirigée par Mylène Lebon-Eyquem. Elle porte sur la représentation de La Réunion dans les discours touristiques. Il s’agit d’une analyse comparative et synchronique. C’est aussi une thèse pluridisciplinaire qui fait appelle à la géographie, la sociologie et l’anthropologie.  Pour la dimension comparative de sa thèse, elle s’est également intéressée à d’autres îles comme Maurice, les Seychelles ou les Maldives mais aussi à des régions hexagonales.  Elle travaille sur d’autres thèmes comme le post-colonialisme, les identités ou encore la diglossie (et sa présence sur les réseaux sociaux).  

____________

Publication :  Andry, M. (2019). Représentation de l’exotisme au sein des vidéos promotionnelles de l’IRT. In : Carnets de Recherches de l’océan Indien. Varia. pp.44-59 : https://hal.archives-ouvertes.fr/ hal-02474955   Emojis, affects et identités (à paraître)   Les discours touristiques au temps de la Covid-19 : le cas de la France (à paraître) 

Communication :  Andry, M. (2020). L’océan Indien dans les guides touristiques. Communication présentée au nom du séminaire l’océan Indien : Territorialisation et conceptualisation organisé par le LCF et le CREGUR. Saint-Denis. Ile de La Réunion  Podcast, Réseau social : Au Propre comme au Figuré : https://www.instagram.com/auproprecommeaufigure/?hl=fr 

_______________

Dans mon introduction, je lis un texte du Routard : https://www.routard.com/guide/code_dest/reunion.htm

_______________

(c) Crédits : 

Montage audio, enregistrement : Tassanee Alleau  Invitée & photo du visuel : Morgane Andry

Musiques : Scattered in the Wind – Dayon (Epidemic Sound), Rue Lepic – Tomas Skyldeberg (générique, Epidemic Sound)

_______________

Podcast n°4 :

Bonjour à tous et à toutes! Bienvenue dans l’épisode 4 du podcast Histoires naturelles. Aujourd’hui nous partons au Brésil. En compagnie de Marie. Elle est doctorante en Allemagne et s’occupe d’agriculture et particulièrement de la question du traitement des sols et de la question du feu. Vous la connaissez peut-être par son instagram https://www.instagram.com/antitesie/?hl=fr et par sa chaîne Youtube dont voici les liens :

Nous avons parlé de son background d’ingénieur hydraulique de son terrain de recherche et de ses outils méthodologiques, de sa conception de la thèse et de sa vision de la nature ainsi que de la façon dont  a évolué sa recherche à la fois personnellement et professionnellement. Nous voyons toujours le Brésil dans son traitement médiatique comme un pays qui ne fait guère attention à ses écosystèmes si précieux aujourd’hui. Toujours au bord de la catastrophe écologique, de notre point de vue européanocentré. L’agriculture est pourtant bien différente d’un pays à un autre. La nécessité du feu parfois obligatoire pour certaines graines qui en ont besoin pour se développer. Pourquoi vouloir adopter un modèle absolument calqué sur l’Occident ? Mais qu’en est-il vraiment ? C’est par une étude sur le terrain que nous pouvons véritablement connaître l’impact des pratiques agricoles sur les sols et les milieux. Ce type d’analyse peut permetre “de représenter le secteur agricole national comme étant composé de deux sous-secteurs distincts. Un secteur traditionnel d’une part, aux rendements faibles et instables, voué à la production de cultures vivrières destinées à l’autoconsommation ou au commerce local (haricot, manioc et riz).” Et de l’autre côté, “un secteur moderne, à hauts rendements, tourné vers la production de biens d’exportation (café, soja et canne à sucre) et bénéficiant d’un accès facilité à certaines ressources rares, comme le crédit, ainsi que d’un appui étatique.” (https://www.cairn.info/revue-mondes-en-developpement-2013-1-page-107.htm) L’exploitation des sols, par les produits chimiques ou bien par la continuelle et incessante ronde des machines qui en modifie la composition et déforeste à grande échelle posent de nombreuses questions. Y a-t-il un moyen de mesurer l’impact et les conséquences ? Mais d’abord il faut voir, constater en construisant des outils qui permettent de visualiser des ensembles. Marie nous en parle. Je vous souhaite une très bonne écoute. _______________ (c) Crédits :

  • Montage audio, enregistrement : Tassanee Alleau 
  • Invitée & photo du visuel : Marie @Antitesie Musiques : Scattered in the Wind – Dayon (Epidemic Sound), Rue Lepic – Tomas Skyldeberg (générique, Epidemic Sound)

_______________

Si vous entendez quelques  bruits parasites dans ce podcast, je m’excuse par avance, n’étant pas seule là où j’enregistre, c’est difficile de faire taire le monde 😉 Bonne écoute! 


Une réponse sur “Un Podcast pour parler d’Histoires naturelles, d’enseignements et de recherche”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.