CFP / Appel à communication RVH Blois 2021 ADCESR

Table ronde de l’ADCESR :

Le geste au travail et le travail du geste (XVe – XVIIe siècles)

Rendez-Vous de l’Histoire 2021

Centre d’études supérieures de la Renaissance – UMR 7323

Argumentaire :

EDIT : L’appel à communication est terminé. La table ronde est constituée, le dossier en attente de validation.

Le geste

Pour cette table ronde, nous cherchons à ouvrir la discussion sur « Le geste au travail et le travail du geste ». Le geste est, selon une définition assez réduite, un mouvement du corps qui relève d’un état d’esprit et visant à agir, exécuter, ou à exprimer quelque chose.

s. m. Mouvement du corps qui se fait non pas pour changer de lieu, mais pour signifier quelque chose. Il consiste plus ordinairement dans l’action des mains, & ensuitte de la teste. Ce Prince tesmoigna par un geste approbatif, qu’il agreoit nostre present. le geste est la principale partie de l’Orateur. la sarabande a des postures & des gestes lascifs. Le Faucheur a fait un beau Traitté du geste, ou de l’action de l’Orateur. le Pere Lucas Jesuite en a escrit aussi deux livres. Dictionnaire universel de Furetière

Le geste désigne aussi, selon une approche efficiente et technique, la technè (τέχνη). Car le geste s’inscrit dans une dimension corporelle. Le geste répété, le geste minutieux et méticuleux jouent les rôles de médiateurs entre l’objet et l’individu. Dans ce cadre, l’on peut envisager le geste comme une performance ou bien relevant d’un rituel voire même d’une forme cérémoniale et symbolique. Le geste peut être mesuré, perfectionné par le travail. Ainsi l’expression du geste est à la fois la manière qu’il a de se réaliser et est en même temps représenté, retranscrit, symbolisé, illustré ou théorisé. Le geste met en lumière l’homme ou la femme en action, mus par une volonté de “produire” ou de “faire”. Nous pourrions aussi nous intéresser à la fonction du geste et aux conditions dans lesquelles celui-ci s’effectue, au sein d’une pratique médicale ou artistique, ou au sein d’un espace particulier comme l’atelier ou le foyer domestique par exemple, en nous penchant sur le contexte socio-historique du geste. Nous prendrons bien évidemment le point de vue de l’historien ou de l’historienne, par une approche diachronique, considérant une période large de Pétrarque à Descartes.

Le geste au travail

Au départ vu comme le tripalium, la souffrance, le travail doit aussi être vu comme une délivrance. Car le geste peut éventuellement essayer d’améliorer une situation de travail, par l’autonomisation des tâches et leur rationalisation, sans parler du geste qui permet à l’âme de s’élever. Les « petites mains », les techniciens, les apprentis, les ouvriers, les assistants, répondent à un ensemble de règles et de normes imposées au corps mais aussi à la morale, le geste étant soumis au regard critique du corps hiérarchique dans le cadre de leur travail, et aux jugements du corps social. La question du geste au travail interroge le métier, la profession et le dur labeur. Car le geste dans sa pénibilité dit quelque chose des mentalités de la société du Quattrocento, de la première modernité ou de l’Ancien Régime.

Le geste peut être étudié selon une catégorie sociale donnée, une approche genrée, voire postcoloniale (Subaltern Studies), le geste résultant parfois d’une dualité homme/femme par exemple. Les facteurs externes auxquels sont confrontés les gestes impliquent aussi de distinguer les acteurs du geste, ou les destinataires de ce que le geste produit. Car en effet, les gestes structurent nos réalités et participent de notre perception du monde (Maurice Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception, 1945), reliant cognition et gestes techniques (Joëlle Petit, Gestes techniques, techniques du geste, 2017 et Anne-Françoise Garçon, « Des modes d’existence du geste technique », e-Phaïstos, IV-2, 2015, 84-92).

Le travail du geste

La transmission du geste est aussi un moyen de vulgariser des pratiques. Nous étudierons donc également les savoir-faire, du domaine du « faire » et de l’application des savoirs, en passant par la matérialité du geste (outils, instruments) et son épistémologie (sa valeur et sa portée).

L’historiographie du geste et des pratiques est riche de questionnements pour ce qui se rapporte aux gestes et au corps. Déjà en 1934, Marcel Mauss développe une sociologie du corps en catégorisant les mouvements et leurs techniques (Les techniques du corps, 1934). Claude Lévi-Strauss décrit les rituels de cueillettes, les gestes autour de la confection des objets de la vie quotidienne, les gestes de la chasse et de la pêche, le geste du guérisseur et du sorcier ou la pratique de la peinture corporelle dans les tribus qu’il rencontre (Tristes tropiques, 1955). Georges Vigarello s’interroge quant à lui sur les modalités de la mise en pratique des savoirs médicaux (Le Sain et le Malsain : Santé et mieux-être depuis le Moyen Âge, 1993). Le lien entre le geste mécanique et sa réduction en art transforment profondément les constructions mentales et trouvent une application concrète dans notre monde (Pascal Dubourg Glatigny, Hélène Vérin, Réduire en art, 2008). Robert Muchembled avait proposé une réflexion sur l’histoire du geste  dans une approche culturelle (« Pour une histoire des gestes (XVe-XVIIIe siècles) », RHMC, 1987, p. 87-101). En histoire de l’art, le geste et le travail sont abordés dans des représentations iconographiques et démontrent une hyperspécialisation ainsi qu’une virtuosité du geste (cf. André Chastel ou “Les gestes, à voir et à pratiquer, à l’époque moderne“, Europa Moderna. Revue d’histoire et d’iconologie n°5 / 2015). Il n’est pas question de faire un bilan des perspectives historiographiques sur le geste mais plutôt d’offrir des regards croisés par des approches pluridisciplinaires.

Les sujets que nous pourrions envisager dans le cadre de cette table ronde sont, entre autres :

–        Histoire de la médecine

–        Histoire des sciences et des techniques

–        Histoire des techniques de guerre

–        Histoire des pratiques et rituels magiques

–        Histoire du geste et des postures du religieux

–        Histoire de l’art (sculpture, dessin, peinture, architecture, etc.)

–        Musicologie

–        Patrimoine culturel immatériel (danse, alimentation, pratiques culinaires, recettes, etc.)

–       Réduction en art (geste anatomique, pratiques “sportives”, hippiatrie, gymnastique, escrime, etc.)

–        Histoire de l’horticulture et histoire de l’agriculture

–        Techniques de l’imprimerie

–        Gestes d’écriture

–        Savoir-faire

–        Philosophie et sociologie du geste du XVe au XVIIe siècle

–        Éducation, apprentissage, transmission du geste

Axes de recherches :

–     Quels sont les enjeux et modalités de la transmission du geste ?

–     Comment le geste évolue-t-il dans le temps ? S’est-il spécialisé ? S’est-il généralisé ? S’est-il restreint à un certain groupe de personnes ? A-t-il disparu ?

–  Comment le geste s’incarne-t-il ? Quelle est sa matérialité ? Quels sont les outils, les instruments et les matières premières qui permettent la réalisation de ce geste ?

Modalités de soumission :

Cet appel à communication s’insère dans le cadre de l’appel à projets pour le Lab du Jeune Chercheur des Rendez-Vous de l’Histoire 2021 (“Le Travail”), proposé par l’ADCESR (Association des Doctorants du CESR). Nous invitons donc tous les docteurs ayant soutenu leur thèse depuis moins de 5 ans au CESR et les doctorant-es du CESR/Université de Tours à envoyer une proposition. Il s’agira d’une table ronde comprenant un panel de 4 à 5 personnes sur 90 minutes. Les interventions devront durer entre 10 et 15 min afin de pouvoir laisser un temps de discussion. Vos propositions de communication prendront la forme d’un résumé de 15 lignes maximum (300 mots max), accompagné d’un titre provisoire et d’une courte biobibliographie (nom, prénom, titre universitaire, titre la thèse, directeur/directrice, mail et téléphone). Votre proposition sera soumise par mail en format Word ou OpenOffice (.doc, .docx, .odt) aux adresses suivantes : tassanee.alleau@univ-tours.fr et marion.pellier@univ-tours.fr

Dates de soumission : du 26 janvier 2021 au 28 février 2021.

Comité de lecture :

Tassanee Alleau

tassanee.alleau@univ-tours.fr

Marion Pellier

marion.pellier@univ-tours.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.