[Journée d’étude passée] « “L’odeur de ceste herbe bruslée fait uriner & purge la matrice”, L’Histoire des Plantes de Jacques Daléchamps, un instrument de la transmission de la matérialité végétale par les sens au XVIe siècle »

PDF disponible ici

Journée d’études Sens interdits : le goût, le toucher et l’odorat dans la littérature française des XVe et XVIe siècles, 2021

Titre : « L’odeur de ceste herbe bruslée fait uriner & purge la matrice », L’Histoire des Plantes de Jacques Daléchamps, un instrument de la transmission de la matérialité végétale par les sens au XVIe siècle

Copie d’écran du Powerpoint de présentation


« Les racines de ceste Plante ne sentent pas si bon » dit Jacques Daléchamps reprenant Matthioli, au sujet du meum (cerfeuil des Alpes). Malgré leur aspect velu, échauffant, piquant, âpre, aigre, vineux, amer, les « praticiens » de la botanique récoltent et examinent les végétaux en se risquant à les consommer. Ils cherchent à les décrire « sur le vif », par l’observation, l’odorat, le goût et le toucher. A l’époque moderne, les pratiques sont diverses, cherchant à transcrire une réalité/matérialité qui sort du cadre prescriptif médicinal que l’on prête aux herbiers et traités botaniques du XVIe siècle et introduisant un espace d’expérimentations. La plante devient un objet qui doit être éprouvé et le savoir passe d’une somme de connaissances issues des historiae à une somme de pratiques et de gestes faisant office de preuves. Les médecins botanistes convoquent un travail étymologique, des champs lexicaux anthropomorphiques ainsi que les fondements de la médecine humorale et galénique dans une vision plus sensible et organique des plantes. Ils leur attribuent une gamme de particularités physiques et des caractéristiques propres à l’être humain, en brossant le portrait d’une nature du détail, parfois de l’invisible. Par cette entrée dans la sphère du sensoriel, les naturalistes veulent corriger les erreurs du passé, mais les savoirs de la Renaissance côtoient de près les héritages des auctoritates médiévaux et antiques. C’est aussi un idéal du corps et ses modèles de vertus morales qui se dégagent de l’écriture des « herbaria » du XVIe siècle et cette communication proposera une mise en lumière de ce travail d’humaniste à l’aune de l’ « homme sentant » (Robert Mandrou), à travers ses échanges et la circulation des savoirs.

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-03128052


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.