Compte rendu : « La doctrine humorale et les plantes de la Méditerranée » Quelques notes sur la conférence d’Alain Touwaide [27.04.2021]

Voici des notes éparses que j’ai prises lors de la conférence d’Alain Touwaide. Elles ne sont pas parfaites, la conférence étant en italien, mon oreille a encore du mal avec cet exercice particulier… Néanmoins, j’espère que cela sera utile pour d’autres !

Institut pour la préservation des traditions médicales. ( Institute for the Preservation of Medical Traditions) Lecture by Alain Touwaide on the 4-Humor Theory (lien)

La doctrine humorale et les plantes en Méditerranée :

But de cette conférence :

  • Comprendre la plante médicinale à travers les siècles.
  • L’origine de l’usage des plantes en médecine : la théorie humorale depuis l’Antiquité

Ces théories ont été beaucoup étudiées auparavant (cf. Noga Arikha, Erich Schöner…). Le De Materia Medica, On the natural substances to be used to prepare medicines de Dioscoride, a été traduit, édité, annoté maintes fois (cf. Max Wellmann, Lily Y. Beck, Manuela Garcia Valdès…). Les écrits de Galien sont aussi riches en détails sur les plantes. Mais de nombreux travaux de Galien ont été perdus. Certains de ses travaux sont connus seulement par leur traduction en syriaque, en arabe ou en latin. Les éditions de Galien ont été réimprimées en 20 volumes, soient 22 tomes, par Karl G. Kühn, 1821-33. La traduction complète anglaise des écrits de Galien est en cours.

On apprend aussi sur les plantes de l’Antiquité dans De simplicium medicamentorum temperamentis et facultatibus (…). Le titre original de cette oeuvre était probablement plus court, se référant à l’époque uniquement aux propriétés des simples médecines (les plantes). Constituée de 11 livres, cette oeuvre est en deux parties :

  • L’une BOOK I-V : théorie de Galien sur comment déterminer la propriété des plantes
  • L’autre BOOK VI-XI : est un catalogue de la materia medica divisé par « nature » : végétale -(VI-VIII), minérale (IX), animale (X-XI)

Sur la physiologie

Il y a plusieurs physiologies. Elles se rapportent aux propriétés élémentaires (air, eau, feu, terre). Ce sont des éléments dits stables (Empédocle). Pour Anaxagore, « everything is in everything (division up to the infinite)« .

Sur le corps humain, la santé et les maladies:

On passe d’une nosographie (définition : Description et classification méthodique des maladies.) à la nosologie (définition : La nosologie (du grec nosos qui signifie maladie) est une branche de la médecine qui étudie les principes généraux de classification des maladies, alors que la nosographie concerne leur application, notamment les descriptions qui permettent de ranger les maladies dans un système particulier de classification (wikipedia)).

Tout est déterminé (les propriétés des plantes) selon un schéma bien connu de la théorie des humeurs. Sec / Chaud / Humide / Froid. Les combinaisons chaud / sec, etc. se combinent elles-mêmes avec des attributions diverses : des saisons (hiver = mélancolie par exemple), des humeurs (phlegmatique, mélancolique, cholérique ou sanguin et bilieux), des organes du corps (foie, cerveau, etc.). Se combinent aussi des « âges » : vieillesse, jeunesse, etc.

C’est dans la collection Hippocratique que l’on peut lire les explications de cette doctrine sur la « complexion » du corps , c’est-à-dire sur la nature du corps humain. On le retrouve aussi dans un commentaire de Galien (De elementis…, cap 10). Ce sont donc des théories bien installées et largement diffusées. On peut y lire dans De La nature de l’homme, que le flegme augmente en hiver chez l’homme. Ce genre de considérations oriente les choix de remèdes médicinaux. Le schéma humorale se construit autour de la question des « degrés » mais aussi de la période de prise du médicament (2e semaine, 3e semaine, etc.). Ces informations décrivent la pathologie selon les humeurs et les éléments, les saisons, etc. Il y a donc une certaine compréhension de l’environnement.

Sur les plantes, dans les manuscrits anciens, on trouve des informations dans les annotations, les marges, les illustrations manuscrites. On trouve aussi des choses dans la mythologie grecque et plus largement la mythologie antique. Exemples : Esculape, L’Illiade, … Aglae, Hygeia, Panakeia, etc.

Les principes thérapeutiques dans De natura hominis sont décrits précisément. « Le médecin doit opérer et faire avec les traits spécifiques des maladies, les saisons, les âges, etc. » « Une fois que le remède est entré dans le corps, il attire d’abord ce qui lui est similaire à sa nature, et ensuite, il attire et élimine ce qui lui est contraire« . C’est pourquoi l’élimination du contraire est la base de cette médecine. Les émétiques (vomitifs), les purgatifs, sont à utiliser pendant les mois d’hiver à cause de l’aspect bilieux du corps, cette accumulation devant être éliminée.

On Regimen of Health

Sur le régime de santé… l’alimentation c’est le remède. Il n’y a pas de distinction aliment versus remède médicinal. Ainsi le boeuf est difficile à digérer, la viande carnée alourdit le corps, la viande de chèvre est plus légère, celle des bêtes sauvages plus sèches que celle des espèces domestiquées. Le miel est chaud et assèche, l’ail réchaffe, est bon pour le corps, le radis dissout le flegme par sa dureté, la sauge est sèche et astringente, le thym est chaud, les baies sont chaudes et astringentes, les pommes sauvages astringentes… les amandes sont brûlantes mais nourrissantes, les figues vertes sont humides et juteuses, les figues sèches sont brûlantes, le raisin est chaud, doux et sucré/…

=> Les choses acides, « sharp« , « harsh« , (aigres), astringentes, ouvrent les pores.

Les règles de médecine ne sont pas « régulières » et les qualités et propriétés des plantes ne sont pas tout le temps les mêmes, car cela n’était pas fixé dans un système, un schéma bien réglé. Chacun se réappropriant ces théories et doctrines du corps humoral.

La Materia Medica est plus pratique que d’autres traités car elle propose une vraie systématique. Les listes de maladies ou de remèdes permettent de se référer directement au bon livre.

Ecballium elaterium

Un exemple de propriétés de plante : Ecballium elaterium, ou concombre d’âne (photo ci-desus), une plante décrite par Dioscoride comme : « le jus de cette racine, au moins trois moitiés d’oboles, et son écorce, d’un quart d’oxybaphon, purgent le flegme et la bile, spécifiquement pour les patients hydropiques, sans agresser leur estomac »… in De materia Medica

Finalement, les plantes sont très nombreuses depuis l’Antiquité dans les traités des médecins antiques. Des photographies montrées lors de la conférence, viennent souligner une réalité botanique : la diversité des plantes de la Méditerranée (Elme, quince, walnuts, betony, mandrake, fumitory, bastard rocket, centaury, castor oil tree, hellebore, spurge, scammony, spurge olive, bryony, mercury, => sont parmi les plantes les plus utilisées et communes).

Les actions des substances

Tous les produits médicinaux ont des propriétés. Les actions des substances, ces propriétés se combinent parfois, favorisant des processus corporels, comme la digestion. Combiner les plantes c’est donc combiner des propriétés et des actions médicamenteuses. Les multiples paramètres mis en relation permettent d’arriver à de justes combinaisons.

Exemples de combinaisons :

Ce qui est bon pour l’estomac => et/ou astringent, et/ou favorisant la digestio; et/ou diurétique // et/ou astringent ET réchauffant // réchauffant et émoliant // réchauffant, astringent, asséchant, etc.

La circulation des savoirs sur la théorie des humeurs et les plantes

Cette circulation se fait par les traductions, les parutions, les rééditions de traités hippocratiques, galéniques, etc. Du monde byzantin à l’Ouest, le nombre de manuscrits relevés du corpus hippocratique est très élevé : 9 manuscrits des « Wounds in the head », 24 manuscrits des « Epidemics 1 & 3« , 24 manuscrits de « Regimen ac. diseases« , et 111 manuscrits des Aphorismes. Cela montre l’étendue de la diffusion de ces savoirs. De même, il existe près de 74 manuscrits du De natura hominis dans le même espace géographique entre XIe et XVIIIe siècle.

Le livre On Simple Medicines de Galien a aussi sa postérité. Près de 40 manuscrits circulent depuis le Xe siècle.

Manuscrit grec de Galien, Du pouls.

Conclusion :

=> Système complexe. Théorie sur les plantes inspirée du corps, des maladies, par rapport au corps. Cela rend compte de la variété des plantes de l’Antiquité à l’époque moderne, en Italie, en Europe. Un monde riche, des médecins arabes ayant enrichi ce système hippocrato-galénique par des apports, des traductions critiques.

N.B. : Toutes les images de cet article viennent de Wikipedia.

[quote]


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.