Les Assemblées de Loire 2021 : l’attention aux non-humains (végétaux, minéraux, animaux non-humains)

CCCOD

Cette année, j’ai assisté aux assemblées de Loire 2021 à Tours. Elles font suite à la proposition d’un parlement de Loire par Bruno Latour et des auditions d’experts ou d’artistes par Camille de Toledo et le Pôle en arts et urbanisme POLAU de Tours. Organisées autour de nombreux évènements culturels et scientifiques, les assemblées de Loire étaient partout à Tours : sur les bords de Loire, sur la Loire, dans la Loire, en ville, au centre d’art contemporain CCCOD, sur le site Ere 21, etc.

Les anciennes auditions de 2019 sont disponibles sur le site ici. Elles ont la particularité d’avoir été retranscrites à l’écrit et de manière presque “scénarisée” par Camille de Toledo dans l’ouvrage magnifique Le Fleuve qui voulait écrire (ed. Les Liens qui libèrent). Ce recueil de plus de 380 pages reprend le déroulement des discussions aux assemblées de Loire et les principales interrogations, critiques ou propositions des intervenants comme Frédérique Aït Touati, Bruno Latour ou Bruno Marmiroli.

J’ai pu prendre énormément de notes sur ces assemblées lors de la soirée du vendredi 10 septembre et de la matinée du samedi 11 septembre. Je vous les restitue ici pour compte rendu. J’en tire des conclusions personnelles plus bas (voir ici).

Sommaire

Première partie : introduction & discussion

Deuxième partie de la soirée du 10 septembre 2021

Deuxième journée du samedi 11 septembre 2021 – Forum ouvert

Troisième session : Le droit est-il obsolète ?

Conclusion

Première partie : introduction & discussion

Pour cette session en début de soirée, le POLAU était représenté par Maud Le Floc’h et elle était accompagnée de l’eurodéputée écologiste Marie Toussaint.

Marie Toussaint a commencé par expliquer que les assemblées de Loire servaient d’abord à reconnaître les écocides et les problèmes climatiques que nous vivons aujourd’hui. La session de vendredi soir et celles du lendemain devaient mettre en avant les initiatives aux frontières de l’Europe, dont certaines qui ont échoué. Ainsi, Marie Toussaint a rappelé que les premiers mouvements pour reconnaître des droits à la nature nous sont venus d’Amérique latine (Equateur, Bolivie, Amazonie en général) mais aussi d’Inde et de Nouvelle-Zélande. Ces projets-là, leurs réussites et leurs échecs doivent servir d’exemples forts à la France. Le Parlement européen se positionne quant à lui pour protéger des zones comme les forêts primaires et a d’ores et déjà demandé la reconnaissance des droits de la nature. Des référendums d’initiative citoyenne aux Etats-Unis d’Amérique ont déjà beaucoup fait parler d’eux, comme avec le lac Erié, un des grands lacs d’Amérique du Nord. Les défenseurs du Lac Erié ont du faire face à de vives critiques venant des firmes agroalimentaire qui ont rejeté ces demandes en procès. Un autre exemple fort nous vient de la lagune dans la zone touristique de la Murcia en Espagne, dont la situation gravissime n’est pourtant pas défendu par les firmes agroalimentaires qui fabriquent et rejettent des produits polluants & toxiques. L’avantage des Etats-Unis d’Amérique c’est qu’ils ont les référendums citoyens et des questions prioritaires qui passent plus facilement. En Espagne les questions prioritaires des citoyens et citoyennes passent également plus vite puisqu’il ne faut que 500 000 signatures pour la faire passer en commission / assemblée. A ce jour, il leur manque quelques milliers de signatures avant octobre pour faire reconnaître les droits de la lagune.

Maud Le Floc’h et Marie Toussaint

Maud Le Floc’h ajoute que le POLAU encourage les démarches alternatives et créatives pour créer des projets urbains innovants. Les années précédentes, par exemple, avait été lancé un Jour Inondable, sur la sensibilisation aux risques d’inondation (mais pas que) et plus généralement sur le PPR (le plan de prévention de risques). Il y a aussi des projets artistiques originaux comme l’Opéra de la transition énergétique. Elle est persuadée que le changement et les idées peuvent venir de cet entrelacement entre Aménagement des territoires et art, raison d’être de son pôle art et urbanisme. Elle explique que Bruno Latour a été une inspiration majeure, surtout par son discours sur la prise de conscience du non humain. Le non-humain doit pouvoir être pleinement et prendre la parole (Minéral comme végétal et animal non-humain). Frédérique Aït Touati travaille également sur ce sujet.

Maud Le Floc’h a notamment rappelé que de nombreux projets avaient été mis en place dans le monde : la personnalité a été accordée à des rivières / fleuves comme en Nouvelle Zélande, des défenseurs ont été nommés parmi le peuple maori. Il est important aussi, plus encore que de donner la parole aux non-humains, d’inverser les perspectives, de faire entrer le non humain dans le dialogue et de s’éloigner du point de vue anthropocentré par le biais des évènements des Assemblées de Loire, sur le modèle que proposait Bruno Latour pour son Parlement des choses.

L’eurodéputée Marie Toussaint a souligné par ailleurs qu’il existait des exemples poussés d’ambassades comme l’ambassade de la mer du Nord dont la question principale est : Comment négocier avec la mer du Nord ? Mais ici, aux parlements de Loire, c’est la voie de la fiction qui a été choisie, grâce aux artistes, et puis aux idées de Camille de Toledo.

L’inspiration des Assemblées de Loire et de ces fictions juridiques, artistiques, politiques, a émergé lors des 500 ans de la Renaissance et de la mort de Léonard de Vinci : un artiste et un ingénieur. Maud Le Floc’h et le POLAU avaient alors mis en place l’idée d’un programme artistique et scientifique mettant en relation 1 ingénieur – 1 artiste. La rencontre avec Camille de Toledo fut elle aussi déterminante pour Maud Le Floc’h. Ce dernier pense qu’il y a matière à fictions et à fictions institutionnelles. Et donc, mener des auditions comme au parlement / mener des enquêtes et des réunions d’informations parlementaires en auditionnant des experts, écologues, juristes, spécialistes urbanistes, artistes, etc. pouvaient ouvrir la voie à de nouvelles perspectives, spécialement dans la construction d’un parlement et l’élaboration d’une convention ligérienne et citoyenne. Il était pour cela essentiel de lier les registres de connaissances et les données ainsi que les registres animistes, expérienciels, à l’écoute des bas bruits et des voix de la nature avec cette notion d’éco-psychologie.

L’importance des assemblées de Loire c’était aussi la possibilité de temps publics, pour donner la parole à toutes et tous (cf. ma conclusion). Le récit des auditions a donné lieu, pendant la période de COVID19, à un livre publié, un livre qui se veut non fini, car le “commencement” de quelque chose et socle de réflexions et d’initiatives.

Marie Toussaint nuance également les résultats que peuvent produire ces types de projets. En Inde, les droits du Gange avaient été reconnus et des Gardiens (autorités publiques) avaient été désignés pour représenter le Gange ainsi que ceux et celles qui vivent sur ses berges. Mais cette initiative fut un échec juridique. Au départ il y avait bien deux Gardiens pour défendre le fleuve devant la justice (mais pas de représentation politique). Cependant, le fleuve reste l’un des fleuves les plus pollués au monde, ingérable, et les questions se posent autour du statut des deux gardiens : sont-ils responsables si quelqu’un meurt dans et par le fleuve?… En Nouvelle-Zélande, il y a cette conscience de faire partie intégrante du vivant, mais les problèmes de reconnaissance envers les peuples premiers génèrent déjà de graves problèmes sociaux. Pour la forêt amazonienne, les droits ont aussi été reconnus. Cela a amené les pays à créer une nouvelle forme de gouvernance et un pacte intergénérationnel pour la protection de la forêt amazonienne avec des représentants (quatre au total : autorités publiques, autorités scientifiques, communautés locales, et les jeunes qui avaient porté plainte contre les autorités). Pour autant, cette reconnaissance est remise en question par des industries et des lobbys industriels puissants.

Pour Maud Le Floc’h, la suite du parlement de Loire devra naturellement mener à un changement d’échelle : passer au bassin versant, c’est-à-dire à l’ensemble de ses affluents, à l’ensemble d’un territoire de Loire et pas seulement ne considérer que le fleuve. Il faudra alerter sur les écocides et les risques autour du fleuve pour les habitants humains et non humains. Pour cela, deux directions sont envisagées :

  • 1ère direction : reconnaissance de la personnalité juridique de la Loire
  • 2ème direction : une voie anthropologique, la voie / voix des représentations des non-humains. Apprendre à connaître et savoir écouter (savoir traduire des voix ), cartographier, mettre en place des méthodologies, etc. Travailler les inversions de perspectives.

Elle et le POLAU ont choisi des registres plutôt culturels pour s’intéresser à la Loire. Ces projets sont soutenus par le ministère de la culture et de nombreux organismes et institutions. Cette voie est celle aussi de la culture des territoires et pour la transformation des territoires. Elle permet de s’interroger sur la question écologique et comment l’art et la culture peuvent être des éléments pour travailler des registres de retournement et d’inversion, et également des potentialités de mobilisations autour du parlement de Loire. De ce fait, les initiatives à venir seront portées par la mission val de Loire, la MSH, l’École de Loire, le Temps des territoires et l’Université Populaire de Tours (etc.). Un Projet de fresque de Loire et de fresque du Climat auront d’ailleurs des réalisations concrètes (Les fresques du climat auront lieu à l’université de Tours le 16 septembre 2021).

Cette session se termine sous les hospices de différentes figures politiques et sous la sentence affichée au dessus du public dans la salle de la nef au CCCOD : “Nul n’est censé ignorer la Loire”. Emmanuel Denis, maire écologiste de Tours a fait peser le rapport du GIEC sur les esprits et a insisté sur le rôle des politiques municipales pour améliorer les conditions de vie et d’existence des humains et non-humains. Pour lui, la Loire est d’abord un puits de biodiversité et source de vies. On y boit l’eau de la Loire directement au robinet, les territoires d’agricultures ligériens sont riches. La création récente du poste de conseillé délégué au maire en charge de la Loire a permis d’aborder ces questions écologiques, par exemple, celle de la pollution par les algues vertes ou bleues, liées à l’activité humaine (agricole spécifiquement). Pour Emmanuel Denis, la révolution de la société passera par la révolution du vivant, et par d’autres voies que le politique également : artistiques et scientifiques. D’autres élus ont ensuite discuter de la “biocratie” et de la démocratie ouverte par lesquelles passer pour cette révolution, notamment par l’apport des collectifs, mixant intérêts des humains et des non-humains. La transformation des politiques climatiques doit aussi être envisagée, par l’importance du décloisonnement et du décentrement. Un élu a rappelé que des gens luttaient encore pour protéger la nature même en zone protégée comme dans la zone Natura 2000 d’Orléans où un pont devait être construit. Un autre élu a aussi évoqué la légitimité de représentants qui parleront pour la Loire, un sujet délicat ! Quel pouvoir instaurer pour parler de l’influence et de l’impact humains sur la Loire? Car il faut aussi des mises en garde et se rappeler que l’idée d’assemblée et de pouvoir pour décentrer le regard reste toujours une idée bien humaine.

Sentence affichée en haut de la nef du CCCOD

Deuxième partie de la soirée du 10 septembre 2021

Il s’agissait d’une performance artistique par Camille de Toledo. Nous avons été invités à fermer les yeux pendant la lecture à plusieurs voix de quelques extraits des auditions présentes dans le livre Le fleuve qui voulait écrire. Cette lecture était agrémentée de sons et de bruits capturés/captés par Boris Jollivet, audio-naturaliste. J’ai personnellement été très touchée par cette performance, qui montre qu’on ne connaît pas bien les bruits de Loire, qu’on ne les entend plus, à cause des bruits et des activités de la ville et qu’il faut absolument tout revoir, de A à Z, sans essayer forcément de traduire ou de comprendre mais au moins de voir et d’entendre.

Performance de Camille de Toledo, de dos

Deuxième journée du samedi 11 septembre 2021 – Forum ouvert

Dans la session d’introduction, Camille de Toledo, Maud Le Floc’h ont discuté du livre et du projet, session modérée par Lolita Voisin.

Les notes qui suivent ne sont pas autant rédigées que celles du vendredi.

D’autres voix que les voix humaines

Le but des assemblées de Loire, c’est d’aller à l’encontre des instances déjà en charge de gérer la Loire (particulièrement les instances politiques ou juridiques existantes), même si celles-ci peuvent devenir complémentaires.

3 croisements disciplinaires semblent importants pour cela :
– Ingénierie territoriale
– Aménagement du territoire
– Création artistique

Cet appel de la fiction, des processus d’auditions et de la parole ouverte sont les conditions d’existence de ces assemblées ouvertes.

  • Camille de Toledo a présenté l’ouvrage Le fleuve qui voulait écrire, l’introduisant comme un récit documentaire, une perspective éco-poétique et un soulèvement collectif légal terrestre duquel dépend notre sort commun.
    • Le récit documentaire ? Ce sont les voix de témoins, auteurs, chercheurs, c’est 8 mois de travail et d’édition, de scriptage des auditions du parlement de Loire en créant une intertextualité avec un appareil critique et le regard d’experts. Chaque unité de paroles est une voix / une nouvelle/ un micro-récit.
    • C’est une perspective écologique et écopoétique. C’est un livre qui se traverse.
      • Premier niveau de de lecture : saisir l’énergie de cette transformation juridique institutionnelle et ontologique. Feuilletage du livre.
      • Deuxième niveau. Intense: c’est le corps des auditions qui constitue ce niveau. Ce corps est cadencé. Jour 1. Jour 2, puis 3, etc. Ce mode d’énoncé est celui du roman picaresque ou des livres d’institution.
  • Soulèvement légal terrestre ?…
    • Les scientifiques convergent et vont toujours vers la recherche des causes. Ils sont dans un monde d’actants. On travaille toujours dans l’agir. Donc étudier la “puissance d’agir ” des non humains (un arbre, une rivière) est quelque chose de fondamental.

“Notre sort collectif se joue parfois dans une note de bas de page” – Camille de Toledo

Le livre est un objet photographique également. On y voit des photographies en noir et blanc. On y voit que ce que l’on perçoit comme nature est en fait entièrement travaillé par la main humaine, et que cette nature est beaucoup plus complexe. Élément de complexité : il n’y a pas de nature finalement. Elle est entrelacée par le travail humain. L’état de nature sauvage n’existe pas, il est fantasmé/ rêvé ou halluciné (la wilderness) par l’Anthropos (ou sapiens). La personnalité juridique conférée à des systèmes terrestres a ses avantages pour améliorer ces visions : comment définir les contours de ce système ? Comment redéfinir les paysages, les silhouettes et les logiques du vivant / logiques découpantes ? Les éléments de nature sont d’ailleurs qualifiables en tant qu’esclaves en terme juridique (selon le droit du travail). Avec un droit de la nature, ces éléments pourraient obtenir des dommages et intérêts et même un salaire pour le travail que la Loire aurait effectué.
Ainsi, les Assemblées inquiètent sur le sort du vivant: elles sont des formes d’expression des entités terrestres. Les fictions juridiques des sociétés modernes industrielles à la fin du XIXe ont donné des personnalités juridiques et des droits et devoirs à des entreprises et ont accéléré l’emprise du capitale sur le monde. C’est certes une vision marxiste, mais peut-on alors conférer une personnalité juridique aussi à la nature ? Si une cannette de Coca Cola a des droits, alors un fleuve devrait en avoir. Focaliser depuis des intérêts autres qu’humains pourrait permettre une opposabilité: pour transformer les fictions juridiques, avec l’Anthropos comme agent de maintenance (nous) dans cette Nature-cyborg, c’est-à-dire cette nature très technique, rendue complexe pour sortir de l’idée de nature sauvage mais d’ores et déjà une nature technologisée.

Le parlement de Loire vu par l’anthropologie et la philosophie postcoloniale

Dans cette session de la matinée, il était question de décentrer le regard pour de nouvelles relations au fleuve (avec Barbara Glowczewski et Sacha Bourgeois Gironde) ; modération Camille de Toledo et Lolita Voisin.

Question : Comment requalifier les animismes et proposer un tournant légal terrestre : a-t-on dans nos cultures un fond suffisant pour ça ?

En Australie, il existe déjà des choses selon Barbara Glowczewski. Elle a longtemps étudié les peuples premiers aborigènes qui utilisaient les ressources apportées par les fourmis pour faire des galettes et dont la seule forme de rétribution (envers les fourmis), était des chants et des danses. On peut donc sortir du capitalisme, ne pas forcément donner un salaire et un droit du travail à la Loire, ne pas rendre tout corvéable comme les lois du capitalisme le veulent. On peut sortir de ce modèle en réactivant les animismes. Les points de vue coloniaux ont profondément divisé les communautés aborigènes et les ont obligés à s’incorporer en association s’opposant les unes aux autres pour faire valoir leurs droits et demander la propriété de terres, alors même que la notion de propriété n’existe pas chez eux. Les lois sont à la fois des outils et des armes. La France est par ailleurs fautive et ne prend pas soin des directives de la charte pour les peuples autochtones et l’Amazonie, les reconnaissant au niveau de la planète mais pas du tout ceux qui vivent sur le territoire français.

Sacha Bourgeois Gironde expose un parallèle intéressant avec les Maoris de Nouvelle-Zélande. Et particulièrement l’histoire d’un traité élaboré par les puissances coloniales européennes et traduit en langue maorie avec des termes maladroits qui n’existent pas chez eux non plus, dont la propriété. Les Maoris disent : “je ne veux pas que la loi me dise ce que pense la rivière même si c’est ce que je pense”.

Il y a donc nécessité de cette articulation entre luttes et droits, question sociale et postcoloniale : quelle personnalité juridique pour la rivière ? Serait-ce une solution de compromis qui serait insuffisante ?

Lors de cette session, il est rappelé que si le concept de propriété est inconnu et combattu par certaines sociétés, le concept de terra nullus l’est d’autant plus, notamment dans la constitution française qu’ont combattu les Aborigènes. En effet, les Européens et Occidentaux en général, aiment à mettre sous cloche des espaces de nature, à procéder à la création de Terra nullus, de lieux où plus personne ne doit vivre, de zones protégées, alors même que des peuples premiers y vivaient sans poser véritablement de problèmes écologiques.1

Enfin, cette session a permis de mettre en avant la puissance des rêves et des animismes et la force créative de ces derniers, tant dans leur interprétation que dans leur puissance d’action.

Intervention de Michel Lussault

Lors de cette intervention, que mon compagnon (géographe), et moi-même avons trouvé trop courte, Michel Lussault, directeur de l’Ecole urbaine de Lyon a proposé des mises en garde ou points de vigilance et a également donné des définitions importantes et un recadrage géographique bienvenu.

  • Sur l’anthropocène : c’est l’action d’anthropisation qui est déterminante. L’anthropocène est la volonté de comprendre les processus humains de production / les conséquences positives ou indésirables
  • Sur la crise de l’habitabilité :
    De vastes zones de la terre ne sont plus habitables aujourd’hui. C’est-à-dire une gande majorité de lieux sur Terre. Par exemple : en Californie, on assiste à des méga feux qui perturbent tous les fonctionnements de la ville. Plus d’1 million d’acres sont brûlés (300 000 hectares ++ à opposer aux 10 000 hectares que nous perdont chaque année en France). Les feux créent leur propre condition et on ne peut absolument plus rien faire pour les arrêter. Après eux, plus rien n’existe. Il n’y a donc même plus de vertu ancienne du brûlis pour réanimer la vie. Pourquoi ces feux ? Ils sont dus à la sururbanisation californienne, à la surexploitation des sols et des ressources. Ils engendrent des injustices environnementales sociales et systématiques. Ce type de feux ne devrait pas être une conjoncture mais une crise majeure à discuter maintenant !

Rappelant la philosophie de Günther Anders, Michel Lussault indique que la pensée actuelle n’est plus allée au-delà de notre capacité à imaginer (comme cela a pu l’être un temps avec la science fiction, NDLA). Il y a une dissociation. La crise de l’habitabilité est une crise de l’imagination. On n’arrive plus à imaginer ce qui va être. Le refus d’aborder cela est liée à la crise de l’imagination. Il faut inventer pour affronter et inventer ce qui pourrait être. L’imagination du droit ou de la fiction et celle de la créativité scientifique.

Points de vigilance qu’il a évoqués :

  • Laurent de Sutter (philosophe) a écrit APRÈS LA LOI . Avec la loi pas d’invention ou de droit au désordre. Il n’y a pas ou plus de place pour la magie, l’anarchie, … Le droit ne connaît que le devenir tandis que la loi ne connaît que l’être. Substance figée de la loi. Le droit est possiblement le langage du devenir (référence à Deleuze). Le droit impose la Loire comme un sujet en devenir relationnel. Il faut redéfinir les modalités relationnelles possibles. Et le Nomos c’est aussi parler le langage de l’ennemi. Est-il possible avec la loi de transformer une politique de la relation entre humains et non humains ?
  • Se souvenant ensuite de Ludwig Wittgenstein : ce dernier disait qu’il n’y a pas de sens des mots. Un exemple, Ludwig s’insurgeait lorsqu’un ami disait “je suis malade comme un chien” car pour Wittgenstein, comment peut-on comprendre le langage d’un chien, comment souffre-t-il ? Idem pour la Loire. Impossible dirait-il. Nous sommes arrogants car nous ne pouvons prétendre en connaître la langue. Question travaillée par Catherine Larrère. Mais Michel Lussault alerte : Faut-il toujours vouloir que les non humais parlent ? On parle de manifestations des agences non humaines (agencies) plutôt que d’agir ou de parler qui sont des actions définies autour de l’humain. Il faut mobiliser un ensemble de savoirs empiriques anciens à réhabiliter. Ce seraient des manifestations sans parole. Comment traduire tout ça en politique et en ménagement ? Le ménagement des territoires. Comment organiser nos espaces et temps de vie de cohabitation : la réponse ? par une politique qui tend vers la justice. Là réside cette traduction.

Ce serait une Politique de l’attention dont nous aurions besoin. De la considération. Du soin. Transposer la philosophie du care en politique. Pour tous et toutes et tous les non humains. Il faut lire la philosophe et féministe Joan Tronto. Nous sommes tous vulnérables et interdépendants. Cela créerait des sociétés plus justes.

Troisième session : Le droit est-il obsolète ?

Cette session met en relation les points de vue critiques de Valérie Cabanes / Judith Rochfeld / Sarah Vanuxem, modérée par Sylvia Lasfargeas, juriste militante auprès de Notre Affaire à Tous.

Quelques notes éparses :
Nous reconnaissons en droit la valeur intrinsèque de la nature. On considère aujourd’hui que Total est responsable d’un préjudice écologique sur les fonds marins et reconsidérant les pertes économiques locales (tourisme / nettoyage …) engendrées par cette catastrophe (marée noire).
Mais sera-t-il possible un jour de réparer un préjudice commis à une entité vivante sans faire le lien à l’être humain ?
Ici on parle d’un dommage qui a déjà eu lieu dans cette crise. La terre bascule dans un état inhospitalier. Il faut demander au juge de poser des mesures dites conservatoires afin de prévoir.
Conférer une personnalité juridique c’est donner des droits d’aller en justice. Une forêt est une entité vivante comme le fleuve. L’eau y est indivisible. Or la gestion des eaux est fragmentée / divisée en chaque territoire / et puis par des activités indépendantes et des intérêts industriels forts. Il faut un droit d’ester en justice => droits reconnus à des éléments de la nature.

Le vivant pré-existe aux humains. Il existe déjà des choses comme la Déclaration des droits des rivières aux Etats-Unis. Il faut aussi un droit de ne pas être OGM / de ne pas être pollué
et un droit à la diversité biologique. Ces droits fondamentaux devraient être inaliénables et intangibles et non assortis de devoirs et d’obligation.
Il y a eu des erreurs commise par un juge inspiré par une loi néo-zélandaise pour donner une personnalité juridique au Gange avec des droits et devoirs. Mais la nomination des représentants du Gange a porté préjudice à cette décision : si quelqu’un se noie dans le fleuve les tuteurs légaux du Gange sont- ils responsables ? Il n’y a pas eu encore jurisprudence pour tout cela. Il faudra bien comprendre, cerner ce que l’on défend et reconsidérer notre place et nos liens d’interdépendance.

Il faut avoir une vision systémique du droit et ne plus spécier (ex. Protection des animaux selon la liste des espèces menacées et non parce que chaque être est un être particulier, spécifique, dans son individualité et sa propre personnalité…). C’est la même chose pour un parc ou une zone protégée versus des lieux de nature en ville qui ne seront pas protégés devant la justice.

Sarah V. précise :
Il y a déjà des outils qui existent et sur lesquels on peut se baser : la charte de l’environnement de 2005 et le code de l’environnement dont le 1er article L110 – 1 d’obligation de prévention. Il y a dedans un certain nombre de dispositions environnementales.
Les mécanismes de la représentation : personnes morales agissant au nom d’éléments de la nature. Les outils juridiques déjà existants autorisent à bricoler tous ces articles ensemble.

De plus, il y a une crise de la démocratie- alors pourquoi vouloir plus de représentants ?
Idée de la personnalité juridique : c’est tout sauf hétérodoxe ou originale (car déjà mentionnée au XIXe siècle ). Elle est à la base du droit des sociétés pourtant. L’essor des sociétés industrielles est fondée là-dessus. Il existe un patrimoine personnel et un patrimoine des sociétés. Les personnes morales peuvent être des sociétés.
Tout semble donc paradoxal. Et finalement on permet à la puissance humaine de se déployer, de penser croissance, développement, plutôt que de penser en terme de déprise (de décélération, NDLA).
Le sujet de droit et la personnalité juridique sont des objets de droit et des choses juridiques : catégorisations qui opposent les choses et objets entre eux, donc arbitraires. On ne modifie pas cette pensée qui divise choses et sujets en droit : opposition entre êtres de libre volonté et ceux qui ne semblent pas en avoir. Il faudrait donc repenser cela.

Judith R. ajoute, sur les communs :
Elle est sceptique sur la personnification. Les institutions sociales peuvent permettre un débat sur nos problèmes de la pérennité de nos vies. Comment traduire une entité naturelle ? Faut-il des Gardiens ? des représentants ? des tuteurs légaux (ça existe en France, mais c’est par exemple l’ADEME, ce qui ne correspond pas vraiment aux attentes de ces Assemblées de Loire, puisque l’ADEME est aux mains du gouvernement…) ? Faut-il du Care et ou de la conservation ? Les délibérations autour de institutions politiques sont importantes pour repenser celles-ci et aller vers les intérêts écosystèmiques plutôt que spécifiques.

Pour conclure, cette session s’interroge : Qui va être admis à parler pour la nature ? Faut-il une Communauté partie prenante/ ou délibérative/ etc. Judith Rochfeld dit : attention, on ne va pas redevenir des Maoris. Nous sommes ici, dans des sociétés différentes, technologisées, avec une empreinte et un fort impact, avec une culture spécifique, nous ne sommes plus vraiment des sociétés animistes. Donc que mettre en droit ? Il ne faudrait pas que cela passe par l’opposition mais par l’interrelation. Faut-il défendre ? Faut-il un attachement ou une attention ? On parle d’animisme/ d’indigénisme / d’entités représentées comme une ancêtre, une aïeule, on parle d’animismes scientifiques ou religieux, il faut donc tout repenser, ensemble car tout est plus complexe qu’on ne le pense.

Ma conclusion

Dans ces Assemblées de Loire de 2021, j’ai apprécié la diversité des intervenants : des artistes, des juristes, des urbanistes, géographes, spécalistes du droit de l’environnement, des politiciens et des acteurs militants. La parole est très attentive à la critique, ainsi Michel Lussault a pu mettre en garde et appeler à la vigilance, afin de ne pas verser dans ce que l’être humain sait faire : déployer sa puissance et son pouvoir, Marie Toussaint a rappelé qu’il y a encore beaucoup d’efforts politiques à faire, car les échecs au niveau national et international sont nombreux, les juristes de la session du samedi ont souligné que s’il existait des outils juridiques, il y a encore peu de jurisprudences et le droit n’est pas encore adapté à une pensée écosystémique, intégrative. Si la pensée a atteint ses capacités d’imagination, il reste encore des pistes de “gouvernance” ou des perspectives légales qui n’ont pas été explorées mais qui commencent à être théorisées, par exemple, les théories du care, qui prônent une attention à tous et toutes, humains et non humains, afin de résoudre des problèmes sociaux et économiques systémiques liés à l’écro-crise que nous vivons.2

Il y a bien une chose que l’on peut retenir par ailleurs de ces journées : la question de l’écologie est puissamment anti-spéciste et décoloniale, même si ces mots n’ont pas été prononcés souvent, c’est le sentiment que l’on ressent. L’attention aux animismes, aux peuples premiers, à la parole des peuples quels qu’ils soient, l’attention aux injustices, aux inégalités sociales, l’attention aux minorités, au décloisonnement, au décentrement du regard, à la non spéciation (comme à la non catégorisation des individus) est un appel aux grands questionnements post-coloniaux, féministes et anticapitalistes de notre temps.

Néanmoins, si j’avais à objecter quelque chose à ses assemblées c’est qu’elles se veulent ouvertes, d’où le nom de Forum ouvert à tous et toutes. Or, bien que tous les évènements à l’extérieur étaient tous publics, les Assemblées de Loire au CCCOD ne l’étaient pas. Elles sont des discussions assez élitistes, qui ne peuvent pas atteindre tous les publics. Michel Lussault a peut-être été le seul lors des interventions à se donner la peine de définir les termes, de donner des exemples imagés qui illustrent ses arguments, tandis que les autres interventions ont été très théoriques, peu illustratives. Il y a bien eu des exemples d’initiatives mondiales ou nationales, mais il y a eu peu de mots sur la Loire en question. Les activités, évènements et propositions à l’extérieur, en bord de Loire, sur la Loire et dans la ville paraissent expliquer bien mieux les enjeux de ces Assemblées. Les artistes et scientifiques sont invités à déposer leurs projets auprès du POLAU s’ils / elles le veulent. Malgré tout, le Forum ouvert permet de développer ce socle d’idées que les universitaires ont la capacité de mettre en oeuvre. Le côté positif de tout cela, c’est que le politique est mis à l’écart dans cette première étape pour laisser parler ce dont c’est le métier d’étudier la nature, de la penser, de la théoriser, de l’interroger, de l’interpréter. Le contraire de ce que nous voyons à la télévision par exemple !

L’action vient dans un second temps. Parce que justement, il a été question de ne pas commettre les erreurs que l’on connaît dans d’autres pays ou même en France, il est fondamental de faire des propositions construites et argumentées et qui serviront de bases à, je l’espère, une concertation publique et véritablement plus accessible. Pour le moment, j’ai eu cette vague impression que les Assemblées de Loire n’allaient probablement pas assez loin dans la réflexion de cette révolution terrestre. La question des non-humains n’a pas été non plus centrale aux discussions. C’est la question de la théorisation des non-humains qui était en jeu. Michel Lussault et d’autres se sont demandé s’il fallait vraiment donner la parole ou traduire les non-humains, mais très peu se sont interrogés sur le fait que théoriser les non-humains reste encore trop anthropocentré, notamment dans les sciences. Il est donc bien vrai que l’art mis en dialogues avec les sciences, permet de donner de nouvelles définitions, de nouveaux possibles, de nouvelles bornes à l’imagination. Mais l’art comme les sciences ne sont pas toujours compris du grand public. Il faudra aussi investir le champ de la vulgarisation et du dialogue ouvert à tous et à toutes et à la convergence des luttes plutôt que de sectariser cela en réservant les assemblées aux experts, spécialistes et aux artistes. Reste que ces assemblées de Loire sont une pierre à l’édifice et je suis bouleversée par les crises que nous vivons tout en étant admirative des avancées écologiques, intellectuelles, ontologiques et philosophiques que nous vivons aujourd’hui.

La Loire ne nous appartient pas et nous n’appartenons pas à la Loire. Fondamentalement, ce sont les questions de propriété et de domination qui dérangent dans notre pensée occidentale et contemporaine. Il faut donc plus d’empathie et d’éthique, une remise à plat de nos valeurs, dans cette société qui oublie autant ses humains que ses non-humains.

Tassanee Alleau

  1. Lire L’invention du colonialisme vert de Guillaume Blanc et Une écologie décoloniale de Malcolm Ferdinand []
  2. Lire Tassanee Alleau, « Amélie Bescont, Lucile Richard (dir.), « Judith Butler : Une politique du sensible », Raisons politiques (revue de théorie politique), n°76, novembre 2019 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 20 octobre 2020, consulté le 13 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/44863 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.44863 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.