Bilan de la thèse – fin de deuxième année (#Parle à ma thèse 5)

visuel : Tassanee Alleau, Parle à ma thèse #5

Aujourd’hui, ce 15 novembre 2021, je finalise mon inscription en troisième année de doctorat. La troisième année c’est le moment pour moi de dresser un bilan succinct puisque la fin de la thèse approche. J’espère soutenir à la fin de 2023 (croisons les doigts !). La troisième année sonne aussi bizarrement : beaucoup de (nouveaux) questionnements, de doutes aussi mais plus d’assurance également.

Si j’espère finir mon doctorat au bout de quatre années, c’est que ma troisième année me permet de concrétiser des projets, des voyages et des communications empêchés par l’état des confinements dus au COVID19 entre 2019 et 2021. Lorsque je pense à la rédaction finale de trop près, j’ai comme un sentiment de vertiges à cause de toutes les données et les sources amassées ces derniers temps. Néanmoins, j’ai aussi l’impression que la rédaction sera joyeuse et cathartique.

Depuis le début de mon doctorat (novembre 2019), j’ai quelques conseils pour les doctorants et les doctorantes qui entrent dans la grande aventure koh-lantesque de la thèse. Les voici…

  • Depuis 2019, je rédige beaucoup. J’ai déjà commencé à écrire des parties de chapitres, des transitions, des mini-conclusions et j’ai beaucoup rédigé autour des sources que je découvrais afin de ne pas oublier pourquoi je les avais consultées. Mon document écrit fait presque 350 pages. Bien entendu je ne vais pas tout garder. Si j’avais dû ne regarder que ma bibliographie et mes notes sur Zotero je serais complètement perdue. Je n’imaginais pas que j’oublierais tant de choses en deux années. C’est en relisant mes notes et mes ébauches de chapitres que je me remémore tout cela.
  • Rédiger par article pour une thèse d’histoire ou de sciences humaines et sociales ne me semble pas stupide. J’ai vu beaucoup de chercheurs ou chercheuses se positionner contre cela sur les réseaux sociaux notamment. Pourtant, je n’avais personnellement jamais rédigé d’article avant mon doctorat sauf pour des blogs culturels ou personnels. J’avais donc peu d’expérience. En envoyant des articles à des revues, j’ai vite compris que j’avais beaucoup d’habitudes et de traits étranges à corriger dans mon écriture. Le fait d’être relue par des pairs anonymes en double aveugle m’a beaucoup apporté même si les critiques étaient vives (et le sont toujours). Le regard extérieur, c’est le fondement de la recherche pour rester objectif. A force de retravailler mes articles, j’ai pris de nouvelles habitudes que je trouve très utiles pour l’écriture de la thèse. Les articles peuvent servir à développer une idée que vous aborderez brièvement dans votre thèse, ou bien à présenter des points de votre recherche afin de connaître les retours de pairs chercheurs qui travaillent dans le même domaine scientifique.
  • Faire des rencontres. De 2019 à début 2021 (en gros jusqu’à avril 2021), j’ai cru que j’avais réussi à comprendre ce que c’était que créer un réseau social de chercheurs ou jeunes chercheurs autour de moi. Mais j’avais fait tout cela à distance, via zoom, Skype et Teams. En septembre 2021, les activités scientifiques ont repris en présentiel et j’ai senti qu’en vérité j’avais touché de très loin à la réalité du monde académique. En allant à des colloques, à des journées d’études en personne, j’ai rencontré des profils et des gens passionnants, inspirants. Les échanges sociaux par messageries ou par visio-conférence n’ont strictement rien à voir avec des échanges en chair et en os. En me rendant à des colloques et à des séminaires « pour de vrai », j’ai eu comme un regain de motivation. Ce qui m’a fait comprendre la raison fondamentale pour laquelle j’avais signé pour un doctorat. Cependant, il faut aussi avouer que les échanges par visio ont eu du bon aussi. C’est en discutant à distance avec des chercheurs et des chercheuses que j’ai pu trouver des pistes nouvelles pour ma thèse. Merci à ceux et celles qui répondent présent.es pour nous aider.
  • Je n’ai pas lu assez. Pendant les deux premières années de doctorat, on nous dit souvent que c’est le moment où l’on va lire le plus et engranger un maximum d’informations écrites. Sauf que pour moi, cela a été l’inverse. De fin 2019 à 2021, j’ai beaucoup rassemblé d’informations, de sources, de citations, d’images, des articles, de choses “à lire”, de références bibliographiques, sans me donner la peine de vraiment lire des essais et des manuels pour approfondir. Me voici donc en novembre 2021 avec un déficit certain et un retard dans mes lectures. Mon immense “pile à lire” me semblait infranchissable mais finalement, j’ai fait une liste, et je les lis un par un en fichant et en annotant au besoin. Il ne faut certes pas négliger la lecture d’ouvrages en dehors des articles, mais il ne faut pas oublier que parfois, l’on fonctionne par “compartiments” et qu’il est bien d’avoir des périodes de lectures d’ouvrages complets sans mélanger les torchons et les serviettes. Depuis quelques jours, j’ai repris la lecture de livres entiers et j’avance à bon rythme.
  • J’ai trop travaillé. Le mauvais côté des confinements c’est que nous n’avions pas d’emploi du temps ni d’horaires. De fait, du lundi au dimanche je travaillais sans relâche. Nous faisions même des réunions en visio les samedis et les dimanches. Nous faisions des groupes de travail le matin dès 8h, comme pour ne pas perdre la face et nous prouver que nous travaillions. Or, en faisant cela, j’ai oublié de prendre du temps pour moi et le manque de repos n’améliore ni le stress ni la santé. En septembre 2021, avec le retour complet en présentiel, les choses ont changé. Les horaires de bureau ressemblent plus à des horaires de bureau. Cet été donc, j’ai vraiment pris des vacances, ce que je n’avais pas fait en 2020 (notamment à cause de la rédaction du manuel Sciences et société). Toutefois, il y a eu quelques contradictions à ce que je raconte ici. Puisque le retour en présentiel a fait que j’ai dû enchaîner avec mes collègues doctorants une bonne dizaine de manifestations et d’évènements reportés ou enfin proposés en présence dès le début du mois de septembre. Ainsi j’ai accumulé les évènements de la rentrée, les réunions, les conseils, la Fête de la science, deux colloques, les Rendez-vous de l’histoire, un séminaire, une journée d’étude, la journée de rentrée des doctorants et des rencontres en quelques semaines de fin septembre à début novembre. Pourtant, je peux dire que cela a servi dans mes réflexions autour de la thèse. Ces évènements ont compté et ont nourri mon raisonnement.
  • J’ai parlé de ma thèse à mes proches. S’il y a bien une chose qui est étrange dans le monde universitaire, c’est que mon sujet de thèse parlant de la “racine” des plantes, il est souvent décrit comme “intéressant” ou “passionnant” par les chercheurs et jeunes chercheurs qui le découvrent. Pourtant, en parlant de mon sujet de thèse à d’autres en dehors de cette sphère précieuse qui m’entoure, j’ai compris qu’il fallait faire un effort d’explication et de vulgarisation. En discutant avec mes proches de mon sujet de thèse, j’ai tourné et retourné certains éléments du puzzle pour le rendre plus compréhensible et moins opaque, j’ai aussi décidé d’oser aller dans des zones complexes et troubles parce que certains proches m’avaient envoyé des réflexions sur les racines, des articles non scientifiques, des images, et cela m’a permis de construire des parties qui n’avaient au départ pas une grande importance dans ma recherche. J’ai aussi découvert la vulgarisation scientifique très rapidement, d’abord pour des étudiants de prépa en rédigeant le manuel sur l’histoire des sciences aux éditions Atlande grâce à mon directeur de thèse. J’ai aussi forcé un peu le destin en m’inscrivant à la Fête de la science pour partager nos recherches avec Marion Pellier auprès des enfants. J’ai enregistré une émission de radio, participé à des conférences de vulgarisation comme les Rendez-vous de l’histoire et cela m’a ouvert l’esprit à de nouveaux horizons que le monde de la recherche : celui de la valorisation de la recherche.
  • J’ai abandonné ce qui m’oppressait et me stressait. Depuis 2020, j’ai créé le Podcast Histoires naturelles, en parallèle, je souhaitais continuer mes activités artistiques (diplômée des Beaux-Arts en 2020) et mes activités de blogueuse culturelle. Finalement, je n’ai pas réussi à faire tout cela. La thèse est une priorité puisque j’ai obtenu un contrat doctoral et que je suis financée. Alors, au fur et à mesure, j’ai arrêté de m’occuper du podcast pendant six mois au moins, car cela entraînait des problèmes d’organisation, ensuite j’ai arrêté mes recherches plastiques et enfin j’ai arrêté de poster des billets de blog sur mes lectures. En cette fin 2021, je reprends petit à petit certaines de ces activités, avec bientôt une exposition collective, et le retour du podcast et du blog culturel, mais j’y vais à mon rythme et je ne réponds plus au standard de productivité (productivisme ^^) que l’Internet nous renvoie.
  • J’ai peut-être beaucoup trop communiqué. En deux ans, j’ai fait plus d’une dizaine de communications autour de mon travail de recherche, en français et en anglais. Personnellement, je ne trouve pas que c’est trop même si mes proches me disent toujours d’arrêter d’en faire trop pour du travail “gratuit” entre guillemets. Mais je peux vous conseiller de communiquer pendant votre thèse auprès de divers publics et diverses disciplines tout simplement parce que vous rencontrerez des auditeurs et auditrices ou des enseignants-chercheurs qui auront des questions ou des remarques et ces questions et remarques auront toujours une certaine pertinence. Me confronter à des chercheurs et chercheuses en littérature, en sciences, en sociologie, en art, m’a permis de corriger certaines choses ou bien tout simplement de comprendre que les points de vue et les perspectives sont multiples et que mon approche est spécifique et légitime et me confortant sur certains éléments de ma thèse. Sans les regards extérieurs sur mon travail, je pense qu’il me manquerait des repères que la pluridisciplinarité autorise. Se confronter à des spécialistes de votre discipline reste tout de même fondamental.
  • J’ai participé à la vie d’une association et à des conseils. Ce sont deux activités annexes au doctorat qui ne sont absolument pas obligatoires. En participant à ces activités, déjà vous pourriez obtenir des crédits doctoraux (bon 5 c’est peu…) mais vous pourrez aussi découvrir le monde universitaire d’un autre œil que celui d’étudiant-e doctorant-e. Pour ma part, je suis devenue membre de mon association (l’ADCESR) de laboratoire, j’ai été élue un an secrétaire, j’ai eu beaucoup de chance d’avoir une équipe géniale avec moi et de faire des activités revigorantes (« Ça s’anime au campus » pour les étudiants isolés pendant le COVID19, les rencontres pluridisciplinaires, la journée de rentrée, etc.). J’ai aussi été élue membre du Conseil culturel de l’université et j’ai pu ainsi voir comment se construisaient des projets culturels, des résidences d’artistes, des financements et des collaborations entre universités et artistes. J’ai également été élue représentante suppléante des étudiants de mon UFR et j’ai pu découvrir les arcanes des conseils UFR où se décident les maquettes de cours / formations, etc. Bref, j’ai bien aimé, même si, peut-être, on ne m’y reprendra pas une deuxième fois. Je pense qu’il est utile de participer à la vie administrative, associative et académique de votre université.
  • J’ai fait du feu avec un silex. Non je blague, c’était pour voir si vous lisiez toujours.
  • J’ai donné une centaine d’heures de cours. Je suis devenue chargée de cours en 2020 et j’ai donné des heures de travaux dirigés auprès d’étudiants de L2 et de L3 ainsi que de Master 1 et 2. Cette expérience a été mitigée. D’abord, j’adore faire cours, transmettre, enseigner, discuter avec les étudiants. Je pense que c’est la raison principale de mon entrée en doctorat : la transmission. Cependant, j’ai détesté les confinements et la visio-conférence permanente. En ayant vécu ces deux expériences, j’ai pu me faire une idée réaliste de ce que je me voyais faire plus tard : je voulais faire du temps partiel et du distanciel. Eh bien… finalement, même avec un handicap et des problèmes de santé, le présentiel reste le plus rassurant et le moins stressant, le plus gratifiant aussi. En devenant chargée de cours, je croyais que je passerais mon temps à relire des manuels généralistes pour faire des rappels de cours parce que j’ai zéro confiance en moi, mais finalement, il n’en est rien. Très certainement, donner cours m’a aidée à améliorer ma confiance en moi (que certains de mes mentors m’ont dit ne pas avoir du tout même après cinquante ans !). Quelques désavantages de l’enseignement PENDANT LA THÈSE : les corrections, en TD de licence il y en a beaucoup ; l’invasion des mails étudiants inquiets dans vos vies (et l’impossiblité hiérarchique pour moi de leur envoyer des gifs de chatons mignons…).
  • J’ai pris de la distance avec la Twittosphère. Eh oui, ben c’est vrai, avec les confinements et le COVID je m’étais inscrite sur Twitter et j’avais déniché un monde dans un monde dans un monde où vivaient des centaines de chercheurs qui communiquaient sur leur passion. Galvanisée, impressionnée un peu aussi, je me suis pas mal investie sur les réseaux. J’y ai fait des rencontres géniales (du tonnerre de Zeus!). Malgré tout, et malgré des filtres et des précautions, Twitter reste un bon outil de veille parasité par des choses assez négatives sur le monde de la recherche (et le monde en général). Il y a beaucoup de polémiques stériles qui reviennent chaque année (même si je n’ai que 2 ans d’expérience twittoresque). Je ne peux m’empêcher de penser que Twitter m’a été d’une grande utilité pendant les confinements pour garder du lien, un contact avec le monde académique. Mais d’un autre côté, pour ceux et celles qui comme moi sont facilement bouleversé.es par les tristes vicissitudes de la vie, suivez mon conseil : ne restez pas sur les réseaux. J’y vais désormais de « temps en temps ». Je remercie le #TwitterESR qui partage avec passion des choses qu’on n’ose pas dire tous les jours face à des collègues parfois. Je remercie aussi les jeunes chercheurs et chercheuses qui partagent leur quotidien et témoignent un peu chaque jour de ce que c’est que la recherche en train de se faire.

Voilà c’est tout pour aujourd’hui. Je reviendrai sur le reste dans un autre billet du carnet. Merci de votre attention magnifique.

Tassanee A.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.