Episode 21 : Imaginaires sensoriels de la ruralité au moment de l’industrialisation (1865-1900) avec Manon Raffard

Bonjour et bienvenue dans le podcast Histoires naturelles. Dans cet épisode 21, nous accueillons Manon Raffard, doctorante en littérature française. Elle nous parle des imaginaires sensoriels de la ruralité au moment de l’industrialisation entre 1865 et 1900. Quand nous avons préparé le podcast, elle m’a dit que la ruralité représentait quelque chose de particulier pour elle et qu’elle essayait d’en parler à ses étudiants et ses étudiantes à travers des textes. Le ressenti de la ruralité en sciences humaines, c’est un outil qui a permis le tournant majeur de la Nouvelle histoire ou encore celui des material and sensory studies en littérature également. Dans un précédent podcast, nous avions parlé des lieux ruraux de l’enfance dans les romans avec Florine Lemarchand. Je vous invite à écouter cet épisode-là si vous aimez les beaux textes et les grands romans en complément de celui-ci.

Lire le podcast ici :

Télécharger l’exemplier de textes cités dans le podcast (merci à Manon Raffard pour ce document !) :

Les questions que j’ai posées : 

– Dans la littérature du XIXe siècle, y a-t-il des marqueurs précis de la pollution urbaine que l’écriture des romanciers met en exergue ?

Après ce vaste panorama du vocabulaire qui décrit la pollution, y a-t-il chez ces écrivains une manière particulière de dépeindre la « banlieue » ? Par extension, elle désigne le territoire urbanisé hors des limites, en périphérie d’une ville, suggérant une relation de dépendance, historique et fonctionnelle, à l’égard de la ville-centre. » ?

Tu parles de ruralité fantasmée, peux-tu nous parler de l’idéal bucolique ? Cette vision idyllique d’un espace champêtre idéalisé voire artificialisé si je puis dire par les urbains.

Ce caractère esthétisant comme l’artiste-écrivain s’en empare-t-il ? L’artiste est-il conscient de l’effet de l’industrialisation sur son environnement ?

L’écriture de la modernité industrielle utilise les descripteurs olfactifs pour mettre en scène un paysage ambigu, entre fascination artistique pour la machine et dénonciation des dommages environnementaux et sociaux de l’industrie. Le “croquis parisien” devient le lieu de représentation critique de l’industrialisation en amenant à la connaissance du lecteur les conséquences délétères de la modernité. Les odeurs s’inscrivent dans un processus de révélation d’une toxicité cachée. 

Merci Manon Raffard pour toutes ces explications et ces questions ouvertes ! Les sensory studies posent plus de questions qu’elles n’offrent de réponses, mais c’est aussi l’occasion de se mettre à la place des personnes concernées, de rentrer dans leurs chaussures avec une distance tout de même suffisante pour explorer le contexte historique et socio-économique et comprendre quelles étaient non pas seulement leur manière de penser les choses, mais de les vivre, et de traverser les événements, les époques et les grands bouleversements comme l’industrialisation.

Merci à tous et à toutes d’avoir écouté cet épisode du podcast Histoires naturelles. Comme d’habitude, toutes les informations seront en barre d’information et sur le blog histoiresnat.hypotheses.org. À bientôt pour le prochain épisode.

Textes cités :

Camille Lemonnier, Happe Chair, Monnier 1886.

Joris-Karl Huysmans, La Bièvre et le Saint-Séverin, Stock, 1898.

Joris-Karl Huysmans, Les Soeurs Vatard, Charpentier, 1879, p. 116.

Emile Verhaeren, « La Ville », Les Campagnes hallucinées, Deman, 1893, p. 8, 10.

Emile Verhaeren, «Vers le futur», Les Villes tentaculaires, Mercure de France, 1920, p. 211-212.

Jean Ajalbert, « Les Terrassiers », Les Types de Paris, Plon, 1889, p. 127-128.

Edmond et Jules de Goncourt, Germinie Lacerteux, Charpentier, 1889, p. 81.

Georges Sand, Monsieur Sylvestre, Lévy, 1866, p. 112-113.

Edmond et Jules de Goncourt, Manette Salomon, Librairie Internationale, 1868, vol. 2, p. 63-64.

Joris-Karl Huysmans, En rade, Plon, 1928, p. 162.

L’invitée :

  • Manon Raffard
  • Domaines de recherche : olfaction, histoire de la parfumerie, épistémocritique, gender studies, poétique, écocritique
  • Mémoire de recherche de Master 2 sous la direction de Marie-Ange Fougère. Titre du mémoire : Sens et sensation. La représentation de l’olfaction dans la littérature française du second XIXe siècle (soutenance le 17 juin 2017). Membres du jury : Marie-Ange Fougère, Jean-Marie Fritz.
  • Thèse en cours ‘Sens et sensation : poétique de l’olfaction en France (1857-1914)’ ici

——–

(c) Crédits

Copyright Tous droits réservés

Montage et enregistrement : Tassanee Alleau

Invitée : Manon Raffard

Musique du générique de début et de fin : Tassanee Alleau

Visuel de la vignette : Jules Breton, À travers champs (1887), New York, Brooklyn Museum.



Citer ce billet
Tassanee Alleau (2022, 5 juillet). Episode 21 : Imaginaires sensoriels de la ruralité au moment de l’industrialisation (1865-1900) avec Manon Raffard. Histoires Naturelles. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pnz1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search