L’alimentation des Amérindiens selon Cabeza de Vaca

Dans les Relation de ses deux voyages aux Indes, Cabeza de Vaca, naufragé et réduit en esclavage par les Amérindiens, raconte les péripéties qu’il a vécues. Les Relations et commentaires du gouverneur Alvar Nunez Cabeza de Vaca sur les deux expéditions qu’il fit aux Indes ont été traduits par H. Ternaux Compans dans une édition présentée et annotée par Jean-Marie Saint-Lu, parue aux éditions Mercure de France. Bien qu’un peu datée, cette édition de 1980 est intéressante. Elle présente Cabeza de Vaca comme une sorte de figure héroïque et sacrificielle ultime, qui décida de protéger les “Indiens”.

Carte des costes de la Floride françoise suivant les premières découvertes / dressée par N. Bellin
Auteur  :  Bellin, Jacques-Nicolas (1703-1772). Gallica BnF

Álvar Núñez Cabeza de Vaca, est probablement né aux alentours de 1490 à Estrémadure, en Castille, aujourd’hui en Espagne, et il serait mort vers 1560, à Séville. On le considère aujourd’hui comme un explorateur espagnol ayant passé huit ans dans la région du golfe de l’actuel Texas. Son apport écrit est intéressant d’un point de vue ethnographique et anthropologique. Quelques articles ont été rédigés à son sujet :

  • Molloy, Sylvia. “Alteridad y Reconocimiento En Los Naufragios de Alvar Núñez Cabeza de Vaca.” Nueva Revista de Filología Hispánica, vol. 35, no. 2, 1987, pp. 425–49. JSTOR, http://www.jstor.org/stable/40298765. Accessed 10 Jan. 2023.
  • Spitta, Silvia. “Chamanismo y Cristiandad: Una Lectura de La Lógica Intercultural de Los ‘Naufragios’ de Cabeza de Vaca.” Revista de Crítica Literaria Latinoamericana, vol. 19, no. 38, 1993, pp. 317–30. JSTOR, https://doi.org/10.2307/4530696. Accessed 10 Jan. 2023.
  • Adorno, Rolena. “La Prole de Cabeza de Vaca: El Legado Multicentenario de Una de Las Primeras Jornadas Europeas En América Del Norte.” Revista de Crítica Literaria Latinoamericana, vol. 30, no. 60, 2004, pp. 251–68. JSTOR, https://doi.org/10.2307/4531347. Accessed 10 Jan. 2023.
  • Pupo-Walker, Enrique. “Notas Para La Caracterización de Un Texto Seminal: Los Naufragios de Alvar Núñez Cabeza de Vaca.” Nueva Revista de Filología Hispánica, vol. 38, no. 1, 1990, pp. 163–96. JSTOR, http://www.jstor.org/stable/40298990. Accessed 10 Jan. 2023.

Núñez était alors le trésorier de l’expédition espagnole dirigée par Pánfilo de Narváez, chargée d’atteindre la baie de Tampa, en Floride, en 1528. 60 des personnes survivantes à son expédition atteignirent la côte près de l’actuelle Galveston, Texas. Moins de la moitié survécut jusqu’au printemps d’après, puisque, comme il l’explique lui-même, les villages qu’ils réussirent à rejoindre avaient été détruits, les vivres manquaient, les “Indiens” étaient en guerre, et la famine régnait… Núñez fut fait plusieurs fois prisonnier et réduit en esclavage, il découvrit ce qu’il appela les “mœurs des Indiens”.

Par sa grande connaissance du territoire, il fut nommé gouverneur de la province du Río de la Plata, et marcha jusqu’au Brésil, puis jusqu’au Paraguay.

[Atlas nautique du Monde, dit atlas Miller] ; 2-5. [Atlas Miller : feuilles 2 à 5 ]. feuille 5
Auteur  :  Homem, Lopo. Cartographe présumé
Date d’édition :  1519 Gallica BnF

Ce récit est celui d’Espagnols choisissant de pacifier et de convertir en masse la population des natifs (“naturels” selon de Vaca) d’Amérique, “par la douceur” comme l’explique Cabeza de Vaca. Cette “douceur” est malgré tout une menace pour les Amérindiens qui se convertissent plus par peur des représailles des “Chrétiens” que par conviction personnelle, puisqu’une partie des colonisateurs espagnols font preuve de violence envers les “colonisés”.

Voici quelques-unes des remarques qu’il fit sur l’alimentation des “Indiens” qu’il rencontra. Les citations sont issues de l’ouvrage Cabeza de Vaca, Relation de ses deux voyages aux Indes, Le temps retrouvé, Mercure de France, 1980 [préface de Jean-Marie Saint-Lu, titre modernisé]. Nous utiliserons l’abbréviation CdV [Cabeza de Vaca] et Relation.

Chapitre premier : départ de la flotte. [… ] “Le 17 juin de l’année 1527, le gouverneur Panfilo de Narvaez partit de San Lucar de Barrameda, chargé de pouvoirs donnés par Votre Majesté, pour conquérir et gouverner les provines qui s’étendent depuis la rivière des Palmes jusqu’au cap de la Floride, et qui sont en terre ferme. La flotte se composait de cinq vaisseaux montés par environ six cents hommes. Les officiers qui les commendaient […] étaient les suivants : Cabeza de Vaca, trésorier et alguazil major, Alonso Enriquez, comptable, Alonso de Solis, facteur et contrôleur de Votre Majesté ; un religieux de l’ordre de Saint-François remplissait les fonctions de commissaire, on le nommait frère Juan Suarez […] [p. 39 CdV, Relation]

Chapitre XII : Les Indiens nous apportent des provisions. “Le lendemain, au lever du soleil, c’était l’heure que les Indiens nous avaient indiquée, ils arrivèrent en nous apportant beaucoup de poissons et des racines qui leur servent de nourriture : elles ressemblent à des noix, elles sont plus ou moins grosses ; on les retire de l’eau avec beaucoup de peine. Ils revinrent le soir, et nous apportèrent encore du poisson et des racines. […] Le lendemain, ils se présentèrent avec des vivres semblables à ceux de la veille. Voyant que nous avions une provision de poissons, de racines, d’eau et d’autres objets que nous avions demandés, nous prîmes le parti de continuer notre voyage.” [p. 81, CdV, Relation]

“C’était au mois de novembre, un froid des plus rigoureux se faisait sentir, et nous étions si maigres qu’on aurait très facilement compté nos os : nous ressemblions à des squelettes. Quant à moi, depuis le mois de mai, je n’avais vécu que de maïs rôti, souvent même j’avais été obligé de le manger cru et, bien que nous eussions tué des chevaux quand nous faisions les barques, jamais je ne pus en avoir : je ne mangeai pas dix fois du poisson.” [p. 82, CdV, Relation]

Chapitre XIV : Départ des quatre chrétiens. […] Nous donnâmes à cette île le nom de l’Île du Malheur (Malhado). […] [Les Indiens] habitent cette île depuis le mois d’octobre jusqu’à la fin de février. Ils vivent des racines dont j’ai parlé, et qu’ils retirent de l’eau pendant les mois de novembre et de décembre : ils mangent ensuite du poisson, qu’ils prennent dans des claies de roseaux, après quoi ils se nourrissent de racines. À la fin de février ils vont vivre dans un autre pays parce que c’est l’époque où les racines croissent et ne sont plus mangeables.” [p. 87-88, CdV, Relation]

Chapitre XVI : Les chrétiens quittent l’île de Malhado. […] Je fus obligé de rester plus d’un an chez les Indiens de l’île : enfin les mauvais traitements et le travail dont ils m’accablaient me forcèrent de prendre la fuite, et de me réfugier chez les Indiens de la nation Charruco, qui vivent au milieu des bois sur la terre ferme ; car mon existence chez les premiers Indiens était insupportable. Entre autres travaux auxquels ils m’employaient, ils m’envoyaient arracher les racines dont ils se nourrissent, sous l’eau et au milieu des roseaux où elles croissent ; j’en avais les doigts si abîmés, que pour les faire saigner, il suffisait de les toucher avec une paille. Les roseaux me coupaient de tous côtés ; car beaucoup étaient brisés, et il fallait entrer au milieu, vêtu comme on sait que j’étais.” [p. 94-95, CdV, Relation]

Chapitre XVII : Les Indiens arrivent et emmènent avec eux Andres Dorantes, Castillo et Estebanico. […] C’est l’époque où ces naturels allaient dans un autre pays pour vivre de tunas. Ce sont des fruits comme des œufs, rouges ou noirs et d’excellent goût.” [p.100, CdV, Relation]

[Illustrations de Histoire d’un voyage fait en la terre du Brésil autrement dite Amérique] / [Non identifié] ; Jean de Lery, aut. du texte
Auteur  :  Léry, Jean de (1536?-1613?). Auteur du texte. Gallica BnF

Chapitre XVIII : Relation donnée par Esquivel. […] leur nourriture consiste principalement en deux ou trois espèces de racines. Ils les recueillent dans tout le pays, elles sont très mauvaises, et font enfler ceux qui en mangent : il faut deux jours pour les faire cuire, elles sont amères et, outre cela, on ne se les procure qu’avec bien de la peine. Ces gens sont si affamés qu’ils ne peuvent pas se rassasier sans ces racines. Ils vont les chercher à deux ou trois lieues à la ronde. Quelquefois ils tuent du gibier, et ils prennent du poisson dans la saison; mais en très petite quantité : leur faim est si grande qu’ils mangent des araignées, des salamandres, des couleuvres, des vipères, dont la morsure est mortelle, de la terre, du bois, de la fiente de cerfs et bien d’autres choses dont je ne parlerai pas. Je crois en vérité que s’il y avait des pierres dans ce pays-là ils les mangeraient. Ils conservent les arêtes de poissons et des couleuvres qu’ils ont mangés ainsi que d’autres objets pour les réduire en poudre et s’en nourrir. […] Leurs maisons sont faites avec des nattes de joncs, fixées à quatre arcs. Ils les transportent sur leur dos tous les deux ou trois jours pour aller chercher de quoi vivre: ils ne cultivent aucune plante.” [p. 105-107, CdV, Relation]

Chapitre XXV : Les Indiens sont d’une vigilance extrême pendant la guerre. […] Souvent les flèches leur percent le corps d’outre en outre sans qu’ils meurent de leur blessure. À moins qu’ils ne soient frappés dans les intestins ou au cœur, ils guérissent très vite. Ils voient et ils entendent beaucoup mieux que toute autre nation : leur odorat est aussi plus parfait. Ils supportent très aisément la faim, la soif et le froid, aucun peuple n’étant plus qu’eux accoutumé à la misère. J’ai voulu rapporter cela, parce que non seulement les hommes désirent connaître par curiosité les mœurs des autres peuples et la manière de combattre, mais aussi parce que, dans certaines circonstances, il peut nous être utile d’être instruits des mœurs et des ruses de guerre des peuples chez lesquels nous nous trouvons”. [p. 131, CdV, Relation]

Chapitre XXVI : Des différentes nations et de leurs langues. […] Ils boivent une liqueur qu’ils fabriquent avec les feuilles d’un arbre qui ressemble à l’yeuse. Ils les font bouillir dans des pots qu’ils remplissent d’eau. Lorsqu’elles ont jeté deux bouillons, ils transvasent l’eau et la laissent refroidir dans une calebasse coupée par le milieu : quand elle est très écumeuse, ils la boivent aussi chaude que possible. Depuis le moment qu’ils la retirent du vase, ils poussent des cris continuels en disant : qui veut boire. Aussitôt que les femmes entendent ces cris, elles s’arrêtent sans oser bouger quand même elles seraient chargées d’un fardeau pesant, et si par hasard quelqu’une d’elles fait un mouvement, ils l’outragent, lui donnent des coups de bâton, et jettent avec chagrin la boisson qu’ils allaient boire […] [p. 133, CdV, Relation]

Chapitre XXIX : Comment les Indiens se volent entre eux. […] Ils se nourrissent de tunas et de pignons. Cette contrée abonde en petits pins, dont les fruits sont comme des petits oeufs ; mais les pignons sont meilleurs que ceux d’Espagne, parce que l’écorce en est plus tendre. Lorsqu’elles sont vertes, ils les pilent et en font des boules qu’ils mangent : si elles sont sèches, ils les broient et les réduisent en poudre pour s’en nourrir. […] [p. 144, CdV, Relation]

Bibliographie :

L’Atlas Miller : le monde avant Magellan par Cristina Ion (BnF)

Cabeza de Vaca, article Britannica

  • Pupo-Walker, Enrique. “Notas Para La Caracterización de Un Texto Seminal: Los Naufragios de Alvar Núñez Cabeza de Vaca.” Nueva Revista de Filología Hispánica, vol. 38, no. 1, 1990, pp. 163–96. JSTOR, http://www.jstor.org/stable/40298990. Accessed 10 Jan. 2023.
  • Molloy, Sylvia. “Alteridad y Reconocimiento En Los Naufragios de Alvar Núñez Cabeza de Vaca.” Nueva Revista de Filología Hispánica, vol. 35, no. 2, 1987, pp. 425–49. JSTOR, http://www.jstor.org/stable/40298765. Accessed 10 Jan. 2023.
  • Spitta, Silvia. “Chamanismo y Cristiandad: Una Lectura de La Lógica Intercultural de Los ‘Naufragios’ de Cabeza de Vaca.” Revista de Crítica Literaria Latinoamericana, vol. 19, no. 38, 1993, pp. 317–30. JSTOR, https://doi.org/10.2307/4530696. Accessed 10 Jan. 2023.
  • Adorno, Rolena. “La Prole de Cabeza de Vaca: El Legado Multicentenario de Una de Las Primeras Jornadas Europeas En América Del Norte.” Revista de Crítica Literaria Latinoamericana, vol. 30, no. 60, 2004, pp. 251–68. JSTOR, https://doi.org/10.2307/4531347. Accessed 10 Jan. 2023.

(à suivre)


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Tassanee Alleau (10 janvier 2023). L’alimentation des Amérindiens selon Cabeza de Vaca. Histoires Naturelles. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/pnz3


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search