Lecture : Le commerce des plantes : Empires, réseaux marchands et consommation (XVIe-XXe siècle), Revue d’histoire moderne, 2019/3, n°66-3

https://www.cairn.info/revue-d-histoire-moderne-et-contemporaine-2019-3-page-24.htm
Description des usages et des propriétés écrits en langage nahuatl d’un plant de vanille, illustration issue du Codex florentin (vers 1580). (wikicommons)

Une histoire naturelle des plantes à travers leur commerce, notes de lecture :

Tabac, café, chocolat, huile de palme, arachides : les plantes ont connecté le monde tout en faisant la fortune des puissances coloniales. Le colonialisme européen à l’époque moderne a été, en partie, initié par la recherche d’épices. 

Hélène Blais et Rahul Markovits (Introduction. Le commerce des plantes, XVIe-XXe siècle, pages 7 à 23)

Dans cette revue, Hélène Blais et Rahul Markovits donnent les pistes de réflexions suivantes (cf. Introduction de la revue, Introduction. Le commerce des plantes, XVIe-XXe siècle, pages 7 à 23) :

Le postulat de départ est celui-ci : mêler histoire du commerce et histoire des sciences, histoire économique et histoires culturelles, savoirs commerciaux et savoirs scientifiques (botaniques). Par le prisme du commerce des plantes, il est possible de reconstituer la géographie impériale que ce commerce fait naître, il est également possible de penser les réseaux marchands comme des moyens de développer l’histoire des sciences et du commerce autour de ses acteurs, de ses intermédiaires et de ses consommateurs. Cette “nouvelle” façon de voir les choses offre des possibilités de recherche élargies et enrichissantes dans une historiographie récente qui donne la part belle aux études sur la colonialisation et le postcolonialisme et au décentrement du regard occidental vers le reste du monde. Un “nouveau monde” émergent jaillit de l’écriture de l’histoire dans laquelle la négation de l’Autre, dans toutes ses formes, n’est plus permise.

Il est rappelé dans cette revue que des paradigmes d’historiographie ancienne sous-tendent l’histoire actuelle : dans l’idée que les conflits impériaux reposeraient toujours sur les “rivalités liées au commerce”, et ici, celui des plantes ; l’idée que les plantes et végétaux exotiques devraient être étudiés comme les “instruments ou les livres” en tant qu’objets de valeur constituant la richesse et le pouvoir d’influence d’un Etat. Il y a aussi cette idée persistante de la géographie impériale qui serait toujours orientée à une échelle globale, dans sa tension “centre-périphérie”. Or, les auteurs de cette revue ont voulu montrer qu’il existait d’autres moyens d’explorer le commerce des plantes du XVIe siècle jusqu’à notre monde contemporain, notamment par la prise en compte de l’ “économie politique végétale à l’échelle globale” et par les techniques de recherche comme le bioprospecting (bioprospection ou identification et inventaire des espèces utiles dans les espaces impériaux). Tous les articles de cette revue nous rappellent la nécessité d’une nouvelle historiographie dans la prise en compte d’un certain rapport à la nature dans ces périodes du commerce impérial.

Tout d’abord, la revue se penche sur une problématique d’ “échanges” mais au sens très large du terme : commerce, dans tous ses mécanismes et ses ressorts, tant dans la nature “concrète des trafics” que dans les échanges entre acteurs (du marchand à l’Etat) et dans les “processus de valorisation” mis en oeuvre. Ainsi, les historiens se proposent d’étudier cette valorisation de différentes manières : par les modes de consommation, par les détournements et les caractères informels que prennent les échanges (contrebande par exemple), par la transculturation, l’appropriation et le “branding” qui accolent des valeurs nouvelles (et occidentales) aux produits végétaux dits “exotiques”, ou encore par la fragilité et l’état de la marchandise végétale après un long voyage et la perte de valeur qui en découle malgré cette volonté toujours grandissante chez les acteurs du commerce de faire profit.

De plus, de belles perspectives d’étude des histoires naturelles des plantes sont décrites dans ces pages, et historiens et historiennes y traitent de tout ce qui concerne les “invisibles”, le manque de sources, d’archives sur certains sujets ou tout simplement, la négation d’un certain savoir originel non occidental : du “non-transfert” de certaines connaissances sur les végétaux du “Nouveau-Monde” vers l’Europe, l’oubli de l’expertise vernaculaire et locale et l’émergence d’une culture de l’ignorance (Londa Schiebinger), en passant par la “co-production” des savoirs via les intermédiaires, du savant botaniste ou médecin au jésuite qui fait la description de la nature dans sa flore tout en évangélisant les peuples américains, sans oublier la négation du savoir indigène, l’effacement des savoirs “bruts” (Kathleen Murphy) au profit des savoirs européens, qui s’accaparent l’ “auctorialité”.

Qui plus est, la revue aborde la remise en cause de la notion géographique de “centre-périphérie” dans la description des “empires”. Les îles comme Sainte Hélène deviennent des lieux dont les enjeux oscillent entre échanges commerciaux et savoirs, et développement des nouveaux centres nodaux (dits centres “de toute chose” selon Lissa Roberts). Les échelles d’observation doivent ainsi nécessairement bouger, changer, varier dans les histoires naturelles des plantes. Passer du local (consommation indigène du territoire d’origine de la plante) au global (dont par exemple, la puissance des biota barons, ces hommes influents dans les transferts des plantes selon les termes de Paul Star), est fondamental pour comprendre la nature même du commerce des plantes entre XVIe et XXe siècle et la vision qu’on se faisait de la nature.

Au sujet de la valorisation des marchandises végétales, deux modèles/théories sont considérés :

  • le modèle de l’écoumène de la marchandise d’Arjun Appadurai pour lequel un réseau “transculturel de liens reliant producteurs, distributeurs et consommateurs” d’une même marchandise offre ainsi une approche intégrée et une réflexion sur “la vie sociale des choses”. La production est vue comme hybride, entre champs et usines, et la fin de la chaîne de l’écoumène est représentée par le consommateur.
  • le modèle de la commodity chain : qui se développe autour de l’idée de connexion entre les acteurs à travers l’espace et le temps. L’accent est mis plus fortement sur la production, “au détriment de l’échange et de la consommation”. C’est souvent d’un point de vue “marxiste” qu’on étudie ce modèle : il n’est de marchandise qu’en vue d’un échange.

Enfin, la revue suggère des pistes autour des “opérations complexes” de la valorisation des végétaux et les processus de marchandisation qui créent de la valeur ou non (à travers notamment, le ginseng, le quinquina et la vanille dans les dossiers proposés). Le curseur est placé sur l’intéressement, à la fois du marchand, de la compagnie commerciale voire même de l’Etat et en même temps sur l’intéressement du consommateur, qui sous des arguments divers comme l’efficacité du produit, sa provenance, son histoire (“son récit voire un éthos“) crée à travers lui, de nouvelles valeurs à la marchandise qu’il consomme.

En conclusion, la présente revue permet de ne plus ignorer ni le geste du colon, ni le geste de l’indigène, ni celui du consommateur en fin de circuit. Aucun acteur, principal ou intermédiaire n’est oublié et le moindre détail, qui paraissait superflu auparavant, est étudié. La plante n’est plus seulement, comme dans les histoires naturelles des botanistes, simple objet d’étude, objet-médicament, objet de science et de savoirs, ni simple marchandise aux yeux des marchands et des négociants : la plante devient l’objet central d’un champ d’étude étendu sur une certaine vision de la nature. Dans toute cette richesse et toute cette objectivité, il manquerait peut-être un article qui ouvrirait sur l’appropriation et la portée symbolique des plantes dans les processus de leur commercialisation à l’intérieur d’espaces plus domestiques, dans les cas spécifiques de plantes d’ornement et d’agrément.

Voici la liste des dossiers proposés et les grandes idées des deux premiers articles :

Boumediene Samir, Pugliano Valentina, « La route des succédanés. Les remèdes exotiques, l’innovation médicale et le marché des substituts au XVIe siècle », Revue d’histoire moderne & contemporaine, 2019/3 (n° 66-3), p. 24-54. URL : https://www.cairn.info/revue-d-histoire-moderne-et-contemporaine-2019-3-page-24.htm :

  • rôle structurant dans le marché de la médecine et dans la production de textes sur la pharmacopée
  • revalorisation des savoirs sur des substances venues de très loin
  • la notion de succédané dans l’histoire et la littérature (materia medica) et raison de la substitution : saisonnalité, conservation, localisation et difficultés de récoltes
  • la validité des succédanés, leurs valeurs, l’insatisfaction face à la contrefaçon, l’ignorance, l’erreur, les coûts, l’indisponibilité, l’authenticité remise en question ou oubliée… la fiabilité.
  • la route des succédanés : les réseaux
  • les innovations, l’intégration des remèdes anciens et indigènes dans un ensemble de connaissances occidentales, l’utilisation de succédanés pour autre chose que l’emploi originel du remède américain par exemple
  • le succédané comme produit de second choix et la manière de les faire devenir des produits de premier choix et l’ouverture par la comparaison aux médicaments génériques aujourd’hui

– Markovits Rahul, « Vendre le ginseng nord-américain en Chine : une bulle spéculative globale au milieu du XVIIIe siècle », Revue d’histoire moderne & contemporaine, 2019/3 (n° 66-3), p. 55-80. URL : https://www.cairn.info/revue-d-histoire-moderne-et-contemporaine-2019-3-page-55.htm

  • les débuts de la mondialisation au XVIe siècle (Flynn & Giraldez) : argent, tabac, ginseng…
  • étude à l’échelle globale du ginseng (racine chinoise) autour de 1750 “ensemble des contextes liés dans l’oekoumène du ginseng)
  • chronologie de la spéculation autour du ginseng, reconstitution de la chaîne d’approvisionnement, des réseaux atlantiques
  • identification des acteurs, rythmes de transmissions et de l’information commerciale, apparition du ginseng dans l’ensemble des sources diverses
  • les jésuites et la marchandisation du ginseng canadien : passage sous silence par pudeur de l’aspect aphrodisiaque
  • le rapport entre l’établissement d’une dynastie et le ginseng
  • remède de luxe : prix, valeur…

– Blais Hélène, « Pépinières coloniales : de la valeur des plantes des jardins botaniques au XIXe siècle », Revue d’histoire moderne & contemporaine, 2019/3 (n° 66-3), p. 81-102. URL : https://www.cairn.info/revue-d-histoire-moderne-et-contemporaine-2019-3-page-81.htm

– Fredj Claire, « Pour l’officine et pour l’usine. La France et le commerce du quinquina au XIXe siècle », Revue d’histoire moderne & contemporaine, 2019/3 (n° 66-3), p. 103-127. URL : https://www.cairn.info/revue-d-histoire-moderne-et-contemporaine-2019-3-page-103.htm

– Jennings Eric T, « Cartels et lobbies de la vraie vanille : marketing, genre, nostalgie et réseaux postcoloniaux », Revue d’histoire moderne & contemporaine, 2019/3 (n° 66-3), p. 128-155. URL : https://www.cairn.info/revue-d-histoire-moderne-et-contemporaine-2019-3-page-128.htm

Sommaire disponible ici : https://www.cairn.info/revue-d-histoire-moderne-et-contemporaine-2019-3.htm

Citer cet article comme : Tassanee Alleau, "Lecture : Le commerce des plantes : Empires, réseaux marchands et consommation (XVIe-XXe siècle), Revue d’histoire moderne, 2019/3, n°66-3," in Histoires Naturelles, 02/04/2020, https://histoiresnat.hypotheses.org/277.

Une réponse sur “Lecture : Le commerce des plantes : Empires, réseaux marchands et consommation (XVIe-XXe siècle), Revue d’histoire moderne, 2019/3, n°66-3”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.