Quelques racines à la Bibliothèque nationale de France [XVIe-XVIIIe siècles] Des bouts de racines? [1]

Me voici plongée dans l’exploration des représentations de racines à la Bibliothèque nationale de France. Pourquoi la racine fut-elle représentée ? Était-elle un indicateur pour l’observateur et l’observatrice ? Permettait-elle d’identifier la plante ? Ou bien était-ce purement par style (plus naturaliste) que la racine était illustrée en plus des fleurs et des feuilles ?

Un article que j’ai rédigé sur l’évolution du dessin de la racine à l’époque moderne est paru sur le carnet Hypothèses de la Bibliothèque nationale de France, bibliothèque pour laquelle je réalise une recherche impliquant les racines en tant que chercheuse associée.

Regardons d’abord la racine d’aloe (Aloe vera) dite de “Matthiole” dans Histoire des drogues, espiceries et de certains médicamens simples qui naissent es Indes tant Orientales que Occidentales [sic] (chez Jean Pillehotte Lyon, 1602) [Figure 1]. Singulièrement dans cette image, on remarque qu’un bout de radicelle et un bout de la feuille de l’aloe sont détachés et dessinés, posés à côté en bas à droite de l’image. Quelquefois, comme ici [Figure 2], la représentation des différentes parties de la plante, séparées de l’organe principal de cette dernière, est volontairement réalisée pour en proposer une description plus détaillée et souligner l’importance des organes tels que les racines, les graines ou les fleurs. Ici, peut-être que le graveur et le dessinateur ont eu sous les yeux ces morceaux de racine et de feuille à côté du plant d’aloe et ont voulu les illustrer tels quels, ou bien est-ce pour souligner l’importance de l’usage thérapeutique des feuilles, mise en avant dans le texte ?

Dans la figure 2, le bulbe et les racines du Narcissus Indicus flore rubro vulgo jacobeus ne rentraient même pas dans le cadre. La tige est coupée net, pour favoriser l’illustration de la fleur, et une plus grande attention est donnée aux deux insectes présents sur le dessin. Si le bulbe était dessiné ici, c’est que l’image avait une valeur scientifique dans l’ouvrage par Pierre Vallet et Joannes Robin. Cette approche scientifique tranchait avec les représentations plus esthétiques des fleurs depuis la fin du Moyen Âge. Pierre Vallet était alors premier peintre en botanique attaché à la cour du roi de France. En 1608, Le Jardin du très chrestien Henry IV fut justement pour lui l’occasion de mêler précision scientifique et attrait esthétique.

Figure 1 :

Figure 2 :

Bibliographie

Illustrations :

Aloès de Matthiole : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b2100043v

[Illustrations de Le Jardin du très chrestien Henry IV.] / [Non identifié] ; Pierre Valet, aut. du texte https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b21000678



Citer ce billet
Tassanee Alleau (2023, 9 mars). Quelques racines à la Bibliothèque nationale de France [XVIe-XVIIIe siècles] Des bouts de racines? [1]. Histoires Naturelles. Consulté le 5 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pnz5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search