Histoire des sensibilités et histoire du sensible au temps du Covid19

Domenico Ghirlandaio, ritratto di nonno con nipote, An Old Man and His Grandson c. 1490, Tempera on wood, 62 x 46 cm Musée du Louvre, Paris

“Sens de l’histoire ? Disons-le tout de suite : Alain Corbin ne croit pas que l’Histoire ait un sens —  il n’est pas le seul —  , et sans doute parce qu’il n’a jamais cru qu’elle avait droit à une majuscule, ce qui change toute la perspective.”1

Émotions, perceptions… horreur, colère, dégoût, … vivre le confinement au temps du Covid19

Là où, aujourd’hui, nous subissons de plein fouet une pandémie de Covid19, l’historien.ne doit remettre en question les outils dont il ou elle a besoin pour évaluer une situation compliquée. Dans une réflexion continuelle, historiographique, méthodologique et épistémologique, les conditions de ce questionnement ne sont pas non plus dépourvues de difficultés. Faut-il prendre en compte tous les sentiments et toutes les émotions des individus ou des communautés dans l’écriture active de l’histoire ?

C’est avec le déploiement de la continuité pédagogique et des outils du numérique que les émotions opèrent deux mouvements : soit, elles s’estompent et disparaissent dans la masse, soit, elles s’exacerbent et s’expriment sur les réseaux sociaux, par exemple. Confiné.e.s derrière nos ordinateurs et nos écrans, nous envisageons le monde différemment et nous révélons des gammes d’émotions diverses allant de l’anxiété à la peur et jusqu’au soulagement. La sensibilité n’est pas en reste : les sens sont sollicités de toute part à travers la propagation invisible d’un virus. La peur du virus est multiforme et sensorielle : peur du toucher / mise à distance, symptôme de perte d’odorat et de saveur, etc. Les sens s’invitent dans nos quotidiens plus encore qu’avant. On s’étonne à la vue des étoiles dans un ciel dégagé. On s’émeut devant une rue déserte et le retour des petits animaux. Les sens font naître les sentiments et les émotions.

Les émotions sont-elles trop largement subjectives pour raconter de manière “rationnelle” l’histoire qui se déroule sous nos yeux ? Il faut regarder de près ce que les historiens et historiennes du passé ont pu inventer d’ “histoire sans nom” pour comprendre toutes les strates de notre existence. Élaborée par Lucien Febvre dans les années 40, l’histoire des affects ou “la vie affective d’autrefois” parvient à dresser autrement le portrait d’une société. S’extirper des chiffres, des statistiques et des données ? Il n’en est pas exactement question. Il faudrait plutôt garder les chiffres et les étudier du point de vue de la violence et de la cruauté qui s’en dégagent. La littérature s’est chargée depuis longtemps d’élargir le champ des sentiments et des émotions. L’histoire s’empare de ces instruments dans les études textuelles comme Arlette Farge et sa manière si délicate d’interpréter les sources et les archives :

“Etre toujours proche du ‘murmure du combat’ et des bruits singuliers ; aimer côtoyer les profondeurs de l’individu pour que jaillissent le mystère, la beauté et la folie de la vie ; ainsi ce serait, pour l’historienne, ne pas seulement se résigner aux hypothèses, aux preuves et aux résultats que la recherche exige, mais au contraire pousser l’enquête au-delà des limites académiques, afin de s’attacher à l’ ‘unique’ comme l’écrivait Marcel Schwob. Certes, l’ ‘unique’ ne fait pas l’histoire, mais il lui appartient, et, par moments, la constitue ou l’infléchit, y compris dans ses extravagances.”2

Dans cette citation, on retiendra la notion de proximité (avec la source), puis celle de l’objet “unique” d’une histoire qui ne dit pas son nom, qui décrit un fait restreint, non universel, qualifié de “non événement”, d’insignifiant ou de “détail” et enfin la notion d’attachement. Cette dernière notion est difficile à mettre en place : l’historien.ne n’essaierait-il/elle pas plutôt de se détacher de la source pour éviter tout manque d’objectivité ? C’est pourtant ça l’histoire, elle n’est pas la philosophie ni la science. L’histoire est l’héritière de tous les points de vue, elle est l’histoire de celui qui l’émet, l’écrit, l’élabore. Et de cette diversité des points de vue, elle fait jaillir ce qu’Arlette Farge décrit comme le “mystère” de la vie, s’écartant de toute matérialité pour rejoindre le domaine de l’impalpable, de l’intangible.

L’histoire du sensible ou des sensibilités, ce n’est certes pas vraiment la même chose. Alain Corbin, lui, parle volontiers d’histoire des perceptions, notamment dans Le miasme et la jonquille. Mais il sait aussi le danger de l’interprétation qui peut mener à l’anachronisme. Malgré tout il s’emploie à utiliser les outils de l’historien mêlés à ceux de l’anthropologue, du psychologue et du penseur littéraire dans sa tentative de décrypter les systèmes de symboles. Il souligne à quel point l’histoire de la perception et du sensible explique les “tensions et affrontements” des structures sociales de notre monde. Alain Corbin décrit la “négligence savante” du sensible dans le discours des scientifiques3. Cela ne fait que rappeler notre situation actuelle : scientifiques et politiques nous exhortent à rester chez nous et à pratiquer les gestes “barrière” ainsi que les mesures d’hygiène (que nous avons trop tendance à oublier). Mais dans ces gestes de repli, d’éloignement, de confinement collectif, ils négligent la part sensible et individuelle qui nous caractérise. Les disparités sociales et les fractures apparaissent au grand jour : handicap, accessibilité, violences domestiques, pauvreté, marginalité, …

Réorienter son regard d’historien.ne par le biais de l’histoire sensorielle est peut-être ce qui permettra de décrire au mieux l’actualité avec quelques jours, quelques semaines, quelques mois de recul. A coup de sondages, les institutions et les établissements s’inquiètent et envoient des courriers électroniques collectifs agrémentés de “Comment allez-vous ? Comment vivez-vous la situation ? Avez-vous l’internet ?” sans percevoir l’absurdité de cette dernière question. Néanmoins, les sondages autorisent les individus à noter leur état d’angoisse sur une échelle allant de 1 à 5 ou leur état de confinement allant de “Peu confiné.e” à “Très bien confiné.e”. L’histoire doit utiliser ces ressources pour parler de ce que les gens ont éprouvé, vécu. Comment ont-ils été affectés ?Comment ont-ils réagi ? Tant de questions qui peuvent devenir complémentaires du récit chronologique des faits et des actes. Cependant, il est nécessaire de s’interroger sur un objet tel que l’émotion, cet “objet mouvant” :

” Une telle multiplicité de discours et d’environnement pose la question fondamentale : à quelle condition est-il légitime d’entreprendre sur la longue durée l’histoire d’un objet si mouvant ? Le risque n’est-il pas de le figer dans un état, nécessairement arbitraire et anachronique, et dès lors d’en produire un grand récit ? À l’inverse, si l’on ne voit partout que de la singularité, on renonce à penser l’histoire. “4

En faisant dialoguer les disciplines, en tenant compte de la “morphologie des émotions”5, sans tomber ni dans le discours de scientificité, ni dans l’interprétation anachronique voire le jugement de valeur, l’historien.ne doit se doter des éléments historiographiques à sa disposition pour se réinventer. De l’histoire psychologique de Robert Mandrou, à la description affective de Lucien Febvre, sans oublier l’histoire des perceptions et des sensibilités chez Alain Corbin ou Arlette Farge, les historien.nes doivent continuer d’écrire d’autres versions de l’Histoire : fécondes, multiples, originales, uniques, ouvertes et toujours relatives.

Citer cet article comme : Tassanee Alleau, "Histoire des sensibilités et histoire du sensible au temps du Covid19," in Histoires Naturelles, 10/04/2020, https://histoiresnat.hypotheses.org/695.
  1. Citation de Pascal Ory, “Préface” in Une histoire des sens, Editions Robert Laffont, Paris, 2016. []
  2. Arlette Farge, Vies oubliéesAu coeur du XVIIIe siècle, Editions La Découverte, Paris, 2019. []
  3. Alain, Corbin, Le miasme et la jonquille dans Une histoire des sens, Editions Robert Laffont, Paris, 2016. []
  4. Damien Boquet et Piroska Nagy, « Pour une histoire intellectuelle des émotions », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 16 | 2016, mis en ligne le 23 mai 2016, consulté le 10 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/acrh/7290 ; DOI : https://doi.org/10.4000/acrh.7290 []
  5. Norbert Elias : « Toute recherche qui ne vise que la conscience des hommes, leur “ratio” ou leurs “idées”, sans tenir compte aussi des structures pulsionnelles, de l’orientation et de la morphologie des émotions et des passions, s’enferme d’emblée dans un champ de fécondité médiocre  », Mazurel Hervé, « De la psychologie des profondeurs à l’histoire des sensibilités. Une généalogie intellectuelle », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 2014/3 (N° 123), p. 22-38. DOI : 10.3917/vin.123.0022. URL : https://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2014-3-page-22.htm []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.