Parle à ma thèse : journée type dédiée à la thèse pour doctorante en confinement

Pexels

Organiser son temps… enfin essayer

6h20. Je me lève. OK. Beaucoup plus tard, (et surtout, après que mes médicaments quotidiens aient fait leur effet) je me lève. Petit déjeuner. Pour prendre des forces. La matinée s’annonce radieuse en confinement. La pile de vaisselle est gigantesque. Le café va bientôt manquer… Mission du matin lorsque je dédie une journée entière à ma thèse : écrire ses objectifs. Vaguement.

☑ Analyser la bibliographie d’un article

☑ Faire une fiche de synthèse pour un article de revue

☑ Ordonner sa biblio dans Zotero

☑ Transcrire des passages d’un herbier

☐ Corriger des copies

Etc.

Une fois ces objectifs notés, je ne me dis pas qu’il faut absolument que je les réalise. Il y aura toujours des choses qui resteront inachevées ou irréalisables. J’organise mon espace de travail. En temps de confinement, c’est aussi savoir s’isoler, avec les écouteurs par exemple si le compagnon de confinement télé-travaille en conf’call à côté. Je prépare toujours une pile de livres en rapport avec les thèmes que je vais travailler dans la journée afin de ne pas me lever toutes les 36 secondes. Je me sers une bonne rasade de thé vert ou de café, je range un peu, j’aère, et je commence.

En règle générale, le matin, l’esprit étant plus clair, je lis les livres à ma disposition. Sortez les post-it, le crayon de bois et les surligneurs ! Je note sur la page blanche ou la page titre du livre en cours au crayon les numéros des pages qui m’intéressent.

pexels

Varier les tâches pour ne pas se lasser

En une journée, pour rester concentrée et motivée je varie les tâches. Après 1h de lecture d’un article et d’analyse d’une bibliographie, je passe facilement 2 à 3h à chercher sur Internet les ouvrages ou les travaux des chercheurs dont j’ai repéré les noms. Theses.fr, Academia, ResearchGate, HAL, ma bibliothèque universitaire, Google Scholar, Google Books, Gallica, BnF, tout y passe. C’est souvent infini et il faut savoir s’arrêter, car la toile est pleine de connexions et de pépites. Une fois la récolte terminée, je range et renomme les fichiers immédiatement pour ne rien oublier. Je les classe dans des fichiers spécifiques à la fois sur mon ordinateur et sur le “cloud“. Mes fichiers sont nommés très spécifiquement : “Fichiers de thèse bien écrits” pour les textes que j’ai proprement retranscrits ou les plans et idées de la thèse dont j’ai vraiment soigné le contenu et la présentation. A l’opposé du fichier “Projets de thèse et brouillons”… Il y a aussi “Articles de colloques et de revues”, “Livres numérisés pour la thèse”, “Autres livres numérisés”, “Communication papers”, voilà les noms pour mes fichiers…

pexels

Retranscrire immédiatement les citations et les photographies d’archives

14h. Sieste. Même si c’est plus facile à dire qu’à faire, il faut le faire un jour. J’utilise deux outils : un fichier Microsoft Word pour retranscrire un texte sur un deuxième écran (ou alors je partage mon écran en deux). Ou alors j’effectue une prise de notes rapides sur Zotero dans la partie bloc notes. Les citations que je recopie sont entre guillemets ou en italique avec la page exacte et une note qui décrit pourquoi j’ai recopié cette citation. Si jamais je n’ai pas le temps ou la foi de continuer je place le fichier à traiter dans un dossier “A CLASSER” ou “URGENT !!!”.

Mise à jour : j’ai découvert Tropy grâce à des doctorants sur Discord. Je trouve cela très ergonomique pour mes 426 photographies un peu mauvaises d’ouvrages issus de la Bibliothèque nationale de France ou de la Bibliothèque du Muséum d’histoire naturelle de Paris. Mais il me reste à gérer la bête malgré la simplicité de cet outil.

Autre mise à jour : pour Zotero, désormais j’utilise les marqueurs comme classement. Pour certains fichiers j’utilise les marqueurs qui les catégorisent ainsi “Urgent à lire”, “En cours de traitement”, “Pas urgent”, “Fichier fondamental pour la thèse”… (les marqueurs sont écrits ainsi _urgent_à_traiter ; _pas_urgent_; _publication_essentielle). Je mets des couleurs sur les tags (marqueurs).

Lire des résumés, des synthèses pour gagner du temps

16h. Lire en diagonal c’est tout un art ! Mais savoir lire des synthèses et des résumés rapidement ça l’est aussi. Pour juger si un article ou un ouvrage aura une valeur dans ma bibliographie de thèse voici mes trois méthodes, qui sont susceptibles d’évoluer au cours du temps.

Tout d’abord, sur les sites qui proposent ce type de catégorisation, je regarde les tags, les étiquettes attribuées au contenu. Ainsi, en un clin d’œil je vois les grands thèmes. Ensuite, je regarde la période et le résumé. Si l’article m’intéresse je le classe dans Zotero immédiatement. Je note dans une page de carnet ce que j’ai consulté avec la date et l’heure (quand j’y pense).

Ensuite, j’ai une autre méthode. Si j’ai devant moi un ouvrage assez général, lié à un thème de ma thèse, je fais une recherche rapide de termes dans Google Books, Google Scholar ou dans le fichier pdf directement avec les touches CTRL+F. Par exemple, ma thèse portant sur les “racines”, je peux chercher les mots “médicament”, “remède”, “aliment”, “racine”, etc. Je cherche assez longtemps jusqu’à ce que j’ai épuisé mes idées.

Dernière méthode, je lis des synthèses, des comptes rendus critiques des ouvrages ou des thèses que je cherche sur la toile. J’aime bien les garder sur mon disque dur ou sur Zotero, comme une trace d’un article potentiellement intéressant plus tard.

Faire une veille documentaire

20h. Fin de journée. Enfin, pour me détendre (oui, OUI, j’assume me détendre ainsi), tout en regardant des vidéos sur internet, je fais une veille sur les réseaux. C’est le moment un peu geek où tu traînes sur la toile à scruter les billets d’humeur et les saillis des collègues. Dès qu’une publication m’intéresse, je clique, j’ajoute un marque-page, j’enregistre sur Zotero ou dans un fichier word intitulé “liens à vérifier”.

Mes outils pour la veille documentaire seront répertoriés dans un prochain article. Brièvement j’utilise : Twitter, Facebook, Academia.edu, récemment ResearchGate, les flux des carnets hypothèses, les publications Openeditions et Cairn, les partages d’articles sur les groupes et forums de discussion de doctorants.

Enfin, si je suis sur mon téléphone, je m’envoie les liens des publications des réseaux sociaux qui me semblent pertinents via Pushbullet. Comme cela, j’aurai accès aux liens sur mon ordinateur en un clic.

A bientôt pour de prochaines aventures dans ce journal de bord…


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search