Parle à ma thèse (2) : La thèse expliquée à mes proches, au 8ème mois (bilan)

Voici comment expliquer le déroulement de ma première année de thèse (j’en suis seulement à mon huitième mois !) à mes proches, personne n’explique jamais ce qu’est vraiment être en thèse. Alors voici ! Et bon courage à tous les thésard.e.s ! 🙂

pexels

“On peut saisir l’occasion de la thèse (…) pour retrouver un sens positif aux études et à leur progression, entendues non pas comme une accumulation de savoir, mais comme réflexion critique sur une expérience, comme l’acquisition d’une compétence, utile pour son avenir, à identifier les problèmes, à les aborder avec méthode et à les exposer suivant certaines techniques de communication.” Umberto Eco, Comment écrire sa thèse, Flammarion, 2016.

Officiellement inscrite au 1er novembre, mon travail de thèse a commencé pendant l’année de mon Master 2, année durant laquelle j’ai tracé les grandes lignes de mon projet doctoral. Il a d’abord fallu rédiger un dossier de plusieurs dizaines de pages incluant une large bibliographie, c’est-à-dire une liste d’ouvrages (anciens ou modernes) qui traitent des différents thèmes autour de mon sujet. On appelle cela faire “l’état de l’art”. Cette année-là, je n’y suis pas allée avec le dos de la cuiller puisque j’ai consulté plus d’une centaine d’ouvrages avant même d’être entrée en thèse. Ce n’était pas trop difficile étant donné que mon sujet de thèse est en continuité avec celui de mes deux années en master. Malgré tout, il fallait trouver un angle d’attaque original, une idée à développer autour d’un “objet d’étude” spécifique en histoire, et des ouvrages anciens (sources) intéressants. Tout cela devait ensuite tenir sur 2 pages. Puis, au final, 1 seule !

Au départ, j’ai voulu parler du “végétal”, plus largement de toutes les plantes et de notre relation avec elles au cours du temps. Petit à petit, après avoir éliminé les fleurs, les feuilles, les arbres, et généralement les fruits et légumes, j’ai décidé de porter mon regard sur les racines et le monde souterrain du végétal. Je me suis vite décidée, y trouvant quelque chose qui me touche personnellement, et une référence à Harry Potter avec la mandragore m’y ayant clairement poussée, j’ai enfin poursuivi mon vrai projet de thèse. Après avoir reçu l’accord de mes deux directeurs de thèse (pour et avec lesquels on travaille) mon sujet s’est intitulé : « À la racine » de la pratique et des savoirs : histoires naturelles de la plante souterraine à l’époque moderne (1530-1735) .

La fameuse Mandragore ! Mandrake (gr. ΜΑΝΔΡΑΓΟΡΑ, in capital letters). Folio 90 from the Naples Dioscurides, a 7th century manuscript of Dioscurides De Materia Medica (Naples, Biblioteca Nazionale, Cod. Gr. 1). Wikipedia

L’objectif de ma recherche est de m’interroger sur les usages, les savoirs, les gestes et les pratiques autour d’un objet végétal : les racines, cette partie invisible et souterraine des plantes, que cela soit dans un cadre médical, domestique, dans un jardin ou encore lors d’échanges commerciaux. Ma thèse examine une certaine vision du végétal émergente, à travers des sources variées et dans un espace géographique large de la circulation des savoirs, entre Angleterre, France, Provinces-Unies, Saint-Empire romain germanique, avec une ouverture sur les « Nouveaux Mondes », et invitant à considérer différentes situations sociales, politiques et religieuses dans lesquelles ces histoires naturelles s’écrivent.

Finalement, après avoir obtenu un contrat doctoral au dernier moment (un CDD en gros), je suis entrée en thèse dans une unité mixte de recherche : le Centre d’études supérieures de la Renaissance de Tours, qui possède une branche de l’université (pour les enseignements en master et en doctorat) ainsi qu’un laboratoire de recherches accueillant les chercheurs et jeunes chercheurs doctorants (CNRS UMR 7323). Ma discipline est l’histoire en général mais ma thèse plonge ses racines plus largement dans toute une gamme d’histoires : histoire des sciences, histoire de la médecine, histoire de la botanique, histoire de l’alimentation, histoire des mentalités, histoire sociale, histoire culturelle…

Voici une liste des choses que j’ai faites pendant les 8 premiers mois de mon doctorat.

pexels

1. D’abord, oui j’ai enseigné en TD (Travaux Dirigés en licence). C’est une “mission d’enseignement” en plus du contrat doctoral. Ce travail permet d’acquérir beaucoup plus de confiance en soi et une méthode pour rendre compréhensible la recherche en histoire (On dit “faire de la vulgarisation“). Le côté négatif ? Corriger des copies, c’est long. Mais préparer des cours et enseigner, c’est très stimulant même si très fastidieux (je n’ai pas compté le nombre d’heures passées à préparer…) J’ai aussi suivi des formations pour “apprendre à enseigner” organisées par mon école doctorale…

2. J’ai lu. J’ai compulsé plus de 700 références dans ma liste de livres/articles de référence pour ma thèse. La plupart du temps il s’agit de “sources”, des livres qui datent des XVIe/XVIIe/XVIIIe siècles. Certaines ont été consultées en ligne, d’autres en bibliothèque. L’autre partie des livres comporte les sources secondaires : des ouvrages d’histoire, des manuels théoriques, des essais académiques, publiés plus récemment, etc. Il faut aussi lire des articles scientifiques dans des revues, lire des thèses de plus de 500 pages quand elles sont pertinentes. Dans les thèses qui se rapprochent de mon sujet, il y a plus de 50-60 pages de bibliographie, soient quelques milliers d’ouvrages et archives lus/consultés pour une thèse.

3. Lire c’est bien, mais ensuite il faut analyser pour mieux éliminer et délimiter la recherche. J’ai donc analysé et fait des fiches de lecture pour certains ouvrages clés. Analyser c’est retirer la substantifique moelle de chaque livre intéressant et jeter à la corbeille (façon de parler) ceux qui, finalement, ne nous intéressent pas : on en retire les thèmes importants, les définitions fondamentales, les idées générales et spécifiques, les réponses aux hypothèses formulées. Analyser c’est : analyser les sommaires, les index, (ces choses que personne ne lit jamais!) et surtout la liste de livres références à la fin pour souligner ceux dont on aurait besoin pour la thèse.

4. Lire et analyser, c’est bien, mais ensuite il faut transcrire. Transcrire c’est deux choses pour moi : c’est d’abord recopier toutes les citations importantes que je pense réutiliser lors de la rédaction de ma thèse avec les références exactes (car s’il manque le nom de l’oeuvre ou la page, il est difficile de s’y retrouver). Transcrire, c’est aussi recopier des passages de textes anciens qui serviront d’illustrations/arguments pour la thèse. C’est souvent long et épuisant, surtout lorsque l’orthographe en ancien français est bizarre, que les textes sont en allemand, en latin, ou en anglais du XVIe siècle. Ce travail est source de grosses migraines et maux de dos.

5. Pendant ces 8 premiers mois, j’ai fréquemment passé des heures à consulter des sites internet d’archives en ligne, à compulser des pages et des pages d’ouvrages imprimés de l’Ancien Régime. Certains vieux herbiers ou traités médicaux font plus de 600 pages… On peut parfois passer plus de 8h sur une trentaine de pages d’un seul et unique vieil herbier car les textes y sont très denses et écrits très petits.

pexels

6. On passe beaucoup d’heures à taper des mots clés dans son navigateur de recherche sur internet et à chercher des livres en bibliothèque. Lorsque j’indique “légumes racines” en histoire et sciences humaines et sociales, j’ai plus de 4500 articles/ouvrages qui apparaissent à l’écran. Mon rôle est de tous les consulter un par un, pour savoir s’ils sont utiles ou pas dans mes recherches. Je ne lis pas tout en entier… Néanmoins, je lis environ cinq livres/revues d’histoire en entier par mois.

7. Il faut s’entraîner à écrire. J’ai commencé à rédiger des articles, des comptes rendus de lecture et des communications orales. Des ébauches. Un article scientifique a ses propres normes, ses propres codes. Il faut les assimiler. Je suis novice en la matière et je m’entraîne à écrire très souvent, d’où la création du carnet de recherches. Certains articles peuvent faire entre 5 et 25 pages. Sachant que je mets parfois 1h à rédiger un paragraphe, c’est donc presque 2 à 6h par page quand il y a de l’inspiration… j’espère m’habituer à un rythme plus soutenu un jour…

pexels

8. Il faut faire une veille constante de la recherche universitaire. C’est un travail qui prend du temps. Il faut pour cela, lire les dernières revues d’histoire, les récentes parutions de livres autour de son sujet de thèse, regarder sur le web les nouvelles publications dans les thématiques de nos recherches. Je fais aussi une veille (une surveillance, en gros), de tout ce qu’écrivent des chercheurs universitaires proches de mon sujet de thèse et dans ma discipline. Je ne lis pas que des livres qui portent sur l’Ancien Régime. Je m’intéresse également à l’histoire contemporaine par exemple et à la fiction en littérature.

9. Veiller permet aussi de mieux valoriser sa recherche. Pendant les années de doctorat on cherche à publier des articles ou à communiquer oralement (en colloque, en journée d’études, etc.). Il faut donc veiller à trouver des manifestations universitaires ou publiques, des appels à communiquer dans des séminaires ou des conférences pour y participer. Une fois qu’on a trouvé un “appel à communication” dont la thématique correspond peu ou prou à notre recherche, il faut y répondre en rédigeant un résumé d’un futur article ou de la future conférence et parfois y ajouter une liste d’ouvrages auxquels vous ferez référence. Ensuite, il faut attendre de longs mois avant d’être sélectionné.e. par le comité de lecture.

10. Il faut tout le temps s’évaluer, se réévaluer, se former et se “performer”. J’ai suivi quelques formations annexes pour m’améliorer sur certaines compétences utiles à l’écriture de la thèse et au métier de chercheur. Par exemple, j’ai suivi une formation qui nous disait comment organiser sa thèse. Je me suis formée toute seule, grâce à des outils disponibles sur internet et à des doctorants forts sympathiques, aux instruments de recherche et en informatique : apprendre à utiliser des logiciels spécifiques, apprendre des méthodes de recherche et des nouvelles méthodes d’analyses de données, comprendre et utiliser des technologies et des ressources numériques, bien pratiques. Il faut aussi aller vers les autres chercheurs ou des personnes aux champs de compétences liés à notre thèse. J’ai donc envoyé des mails avec des questions à certain.e.s historien.ne.s, etc. Et puis, je me forme aussi continuellement, en renforçant l’apprentissage de certaines langues (italien, latin, espagnol…)

13. Faire une thèse, c’est organiser des données. Par exemple, les citations, les passages transcrits des textes anciens, les données statistiques, les données trouvées et photographiées dans la réserve d’une bibliothèque ou aux archives, les données glanées sur internet… Là, il faut utiliser des logiciels de tableur spécifique, et là aussi, je me forme.

pexels

12. Faire de la recherche pour rédiger une thèse c’est partir d’une page blanche et écrire une ou des histoires avec un regard différent. On passe énormément de temps à rééquilibrer son sujet, à interroger ses hypothèses, à réécrire le sujet en ayant un plan de départ assez flou tout en étant assez clair pour nous. Mon projet de thèse a été réécrit 8 fois. Autant dire, que la thèse elle-même se réécrit aussi des dizaines de fois à force d’affiner les recherches, de resserrer les pistes d’enquêtes et de suivre un fil rouge salvateur. Une thèse, c’est entre 200 à 300 pages à rédiger et presque autant de transcriptions, d’annexes, d’informations diverses réunies en tableaux, schémas, statistiques. Les très excellentes thèses que j’ai lues partiellement étaient longues de 500 à 700 pages. Souvent, le travail dure 4 années.

13. Malgré tout, écrire une thèse et épuiser son sujet c’est faire l’effort de synthèse. Ce que je redoute. Si mon corpus de textes (l’ensemble de tout ce que j’ai amassé dans ma liste d’ouvrages) est de 730 livres et articles en ce moment, et qu’en 3ème année je me retrouve avec 2500 ouvrages, il faudra n’en retenir que moins de la moitié : l’essentiel.

14. Enfin, comme dans tous les métiers, et particulièrement les métiers universitaires, on ne parle pas assez souvent des démarches administratives longues et fatigantes, les “à-côté”, les “tâches officieuses” qui font quelques fois perdre du temps précieux dans la recherche mais qui nous construisent tout de même et forgent notre caractère (même si cela nous fait devenir des brutes épaisses!)

15. Pour conclure, la thèse en 1ère année pour moi c’est déjà collectionner plus de 6 cartes de bibliothèque dans différentes villes, une trentaine de livres empruntés à chaque passage, c’est visiter des lieux d’histoire, d’archives, des musées, des collections (même si le confinement a tout arrêté), c’est projeter des voyages, c’est aussi beaucoup de passion, d’ébullition, de nuits blanches à écrire, à fouiller, de litres de café consommés, des conversations merveilleuses avec d’autres, et des doutes, des incertitudes, déjà quelques crises de nerf et un immense plaisir à découvrir de nouvelles choses chaque jour !



Citer ce billet
Tassanee Alleau (2020, 23 avril). Parle à ma thèse (2) : La thèse expliquée à mes proches, au 8ème mois (bilan). Histoires Naturelles. Consulté le 5 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pnxt

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search