Le geste au travail et le travail du geste du Moyen-Âge à la Renaissance (Rendez-vous de l’Histoire à Blois 2021)

Affiche (c) Tassanee Alleau

Cette année, l’Association des doctorants du Centre d’études supérieures de la Renaissance présente de nouveau une table ronde pour le Lab du Jeune Chercheur au Rendez-vous de l’Histoire de Blois, le dimanche 10 octobre 2021, à l’IUT – Amphi 2, site Chocolaterie (de 11h à 12h30). La table ronde est organisée par Marion Pellier et moi-même.

Lien vers le programme : site web du CESR

Le carnet de l’ADCESR : ici

Lien vers le site des RVH Blois 2021 : https://rdv-histoire.com/programme/edition-2021-le-travail/le-geste-au-travail-et-le-travail-du-geste-du-moyen-age-la-renaissance

Résumé | Lab du Jeune Chercheur | Table ronde proposée par l’A.D.C.E.S.R. :

« Le geste au travail et le travail du geste du Moyen-Âge à la Renaissance »

Continuer la lecture de « Le geste au travail et le travail du geste du Moyen-Âge à la Renaissance (Rendez-vous de l’Histoire à Blois 2021) »

Les Assemblées de Loire 2021 : l’attention aux non-humains (végétaux, minéraux, animaux non-humains)

CCCOD

Cette année, j’ai assisté aux assemblées de Loire 2021 à Tours. Elles font suite à la proposition d’un parlement de Loire par Bruno Latour et des auditions d’experts ou d’artistes par Camille de Toledo et le Pôle en arts et urbanisme POLAU de Tours. Organisées autour de nombreux évènements culturels et scientifiques, les assemblées de Loire étaient partout à Tours : sur les bords de Loire, sur la Loire, dans la Loire, en ville, au centre d’art contemporain CCCOD, sur le site Ere 21, etc.

Les anciennes auditions de 2019 sont disponibles sur le site ici. Elles ont la particularité d’avoir été retranscrites à l’écrit et de manière presque “scénarisée” par Camille de Toledo dans l’ouvrage magnifique Le Fleuve qui voulait écrire (ed. Les Liens qui libèrent). Ce recueil de plus de 380 pages reprend le déroulement des discussions aux assemblées de Loire et les principales interrogations, critiques ou propositions des intervenants comme Frédérique Aït Touati, Bruno Latour ou Bruno Marmiroli.

J’ai pu prendre énormément de notes sur ces assemblées lors de la soirée du vendredi 10 septembre et de la matinée du samedi 11 septembre. Je vous les restitue ici pour compte rendu. J’en tire des conclusions personnelles plus bas (voir ici).

Sommaire

Première partie : introduction & discussion

Deuxième partie de la soirée du 10 septembre 2021

Deuxième journée du samedi 11 septembre 2021 – Forum ouvert

Troisième session : Le droit est-il obsolète ?

Conclusion

Continuer la lecture de « Les Assemblées de Loire 2021 : l’attention aux non-humains (végétaux, minéraux, animaux non-humains) »

Compte rendu : “La doctrine humorale et les plantes de la Méditerranée” Quelques notes sur la conférence d’Alain Touwaide [27.04.2021]

Voici des notes éparses que j’ai prises lors de la conférence d’Alain Touwaide. Elles ne sont pas parfaites, la conférence étant en italien, mon oreille a encore du mal avec cet exercice particulier… Néanmoins, j’espère que cela sera utile pour d’autres !

Institut pour la préservation des traditions médicales. ( Institute for the Preservation of Medical Traditions) Lecture by Alain Touwaide on the 4-Humor Theory (lien)

La doctrine humorale et les plantes en Méditerranée :

But de cette conférence :

  • Comprendre la plante médicinale à travers les siècles.
  • L’origine de l’usage des plantes en médecine : la théorie humorale depuis l’Antiquité
Continuer la lecture de « Compte rendu : “La doctrine humorale et les plantes de la Méditerranée” Quelques notes sur la conférence d’Alain Touwaide [27.04.2021] »

« La racine comme outil épistémologique : histoires naturelles de la plante souterraine, XVIe – XVIIIe siècle », 22 avril – Congrès SFHST 2021

Tassanee Alleau

Je participe le 22 avril de 9h à 11h et le vendredi 23 au Congrès SFHST 2021 (Société française d’histoire des sciences et techniques) avec la communication suivante :

Dans cette communication, il s’agirait d’aborder l’un des enjeux de la thèse en cours « À la racine des pratiques et des savoirs: histoires naturelles de la plante souterraine à l’époque moderne ». En effet, une partie de la recherche envisage la partie souterraine des plantes comme un outil épistémologique. À travers la racine, nous cherchons à voir si celle-ci est déterminante dans la reconnaissance des végétaux et dans les diverses tentatives de catégorisations botaniques. L’examen des racines dans les traités naturalistes ou les traités médicaux permet aussi d’interroger les techniques d’observation des botanistes et d’apprécier leur expérience du sensible comme moyen d’étudier la plante. La partie souterraine est souvent copieusement décrite par ses différents aspects : poilue, velue, odoriférante, puante, lisse, blanche, noire,livide, sombre, grosse ou petite. Les naturalistes se demandent alors si la racine est ce qui permet au reste de la plante de se nourrir, ou si c’est par les radicelles que la plante respire et se meut. La racine est un objet de savoirs et de savoir-faire qui intéresse les botanistes dans leur compréhension de la physiologie de la plante et particulièrement avec l’apparition d’instruments optiques comme le microscope.

https://www.academia.edu/46839030/La_racine_comme_outil%C3%A9pist%C3%A9mologique_histoires_naturelles_de_la_plante_souterraine_XVIe_XVIIIe_si%C3%A8cle_22_avril

Programme complet du Congrès SFHST https://congres-sfhst.org/pdf/sfhst-programme-avril-2021.pdf

[A venir, 17 mai] Rencontres doctorales pluridisciplinaires de l’ADCESR

Affiche La Preuve (c) CESR

Je participerai à la journée des Rencontres doctorales de l’ADCESR avec une communication intitulée :

Titre :  « Odeur malplaisante, feuilles velues, tige rougissante et racine aigrette » : la preuve par les sens dans les herbiers du XVIe s. (Leonard Fuchs et William Turner)

Continuer la lecture de « [A venir, 17 mai] Rencontres doctorales pluridisciplinaires de l’ADCESR »

[Journée d’étude passée] « “L’odeur de ceste herbe bruslée fait uriner & purge la matrice”, L’Histoire des Plantes de Jacques Daléchamps, un instrument de la transmission de la matérialité végétale par les sens au XVIe siècle »

PDF disponible ici

Journée d’études Sens interdits : le goût, le toucher et l’odorat dans la littérature française des XVe et XVIe siècles, 2021

Titre : « L’odeur de ceste herbe bruslée fait uriner & purge la matrice », L’Histoire des Plantes de Jacques Daléchamps, un instrument de la transmission de la matérialité végétale par les sens au XVIe siècle

Copie d’écran du Powerpoint de présentation


« Les racines de ceste Plante ne sentent pas si bon » dit Jacques Daléchamps reprenant Matthioli, au sujet du meum (cerfeuil des Alpes). Malgré leur aspect velu, échauffant, piquant, âpre, aigre, vineux, amer, les « praticiens » de la botanique récoltent et examinent les végétaux en se risquant à les consommer. Ils cherchent à les décrire « sur le vif », par l’observation, l’odorat, le goût et le toucher. A l’époque moderne, les pratiques sont diverses, cherchant à transcrire une réalité/matérialité qui sort du cadre prescriptif médicinal que l’on prête aux herbiers et traités botaniques du XVIe siècle et introduisant un espace d’expérimentations. La plante devient un objet qui doit être éprouvé et le savoir passe d’une somme de connaissances issues des historiae à une somme de pratiques et de gestes faisant office de preuves. Les médecins botanistes convoquent un travail étymologique, des champs lexicaux anthropomorphiques ainsi que les fondements de la médecine humorale et galénique dans une vision plus sensible et organique des plantes. Ils leur attribuent une gamme de particularités physiques et des caractéristiques propres à l’être humain, en brossant le portrait d’une nature du détail, parfois de l’invisible. Par cette entrée dans la sphère du sensoriel, les naturalistes veulent corriger les erreurs du passé, mais les savoirs de la Renaissance côtoient de près les héritages des auctoritates médiévaux et antiques. C’est aussi un idéal du corps et ses modèles de vertus morales qui se dégagent de l’écriture des « herbaria » du XVIe siècle et cette communication proposera une mise en lumière de ce travail d’humaniste à l’aune de l’ « homme sentant » (Robert Mandrou), à travers ses échanges et la circulation des savoirs.

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-03128052

[Passed seminar] ‘At the root’ of practices and knowledge : natural histories of the underground plant-object in a visual iconographic database

Material and Visual Culture Seminar Series Fostering interdisciplinary discussion on approaches to material and visual culture, every wednesday, Semester 1, 17:00-18:00 BST. 28 OCTOBER: Scientific Knowledge

Session Chair: Peter Davidson

Tassanee Alleau (Université François Rabelais, Tours)

‘At the root’ of practices and knowledge : natural histories of the underground plant-object in a visual iconographic database

Copie d’écran du Powerpoint de la présentation (c) Tassanee Alleau

During my research I came across a variety of sources to explore specific material uses of the plants, how they are drawn and broadcasted, with “Roots” as a primary source : mainly texts, treatises, books of recipes, of secrets, and dictionaries. But what emerges from this research is the importance of a visual iconographic database of my Ph.D. subject: “‘At the root’ of practices and knowledges: natural histories of the underground plant in early modern times (1530-1735)”. Studying the invisible part of the plant, the “root part of the plant” (tubers, rhizomes, bulbs, roots of trees, root vegetables) in different ways (history, history of sciences and epistemology, horticulture, agriculture, cultural history, history of medicine, histoire des mentalités, environmental history, food history, etc.) can be delicate. Finding images of this underground vegetal world is often full of symbolic meanings, difficult to decipher, reflecting the thoughts and beliefs of the early modern society in Europe and the New World. Visual material of the “souterrain” reveals the underground network of roots, nourishing the world, inspired by biblical meanings and ancient medicinal values, and can help to visualize and investigate a wide range of skills, practices and gestures around the “feet of the plants” used as amulets, material for furniture, remedies, food, etc. This Ph.D. research questions the methodology of how a historian might interrogate images as historical proofs, in the social and historical contexts of medical and botanical knowledge, of trade, consumerism and exchanges, of colonial cultural transfers, and domestic uses as well.

https://www.eca.ed.ac.uk/event/material-and-visual-culture-seminar-series-scientific-knowledge

Le document est disponible sur Hal-Archives ouvertes

PDF disponible ici

Citer :

Tassanee Alleau. “‘At the root’ of practices and knowledge: natural histories of the underground plant-object in a visual iconographic database”. Material and Visual Culture Seminar Series: Scientific Knowledge, University of Edinburgh, Oct 2020, Edinburgh, United Kingdom. ffhalshs-02982760

[Communication passée] Explorer l’objet végétal en Amérique portugaise, anglaise et française : approches coloniales, environnementales et médicales (XVIe-XVIIIe). 18 février 2021

Explorer l’objet végétal en Amérique portugaise, anglaise et française : approches coloniales, environnementales et médicales (XVIe-XVIIIe) par Tassanee Alleau et Marion PellierSeminaire EHESS Histoire des sciences et de la medecine coloniales 2020 2021 (organisation Romain Tiquet et Christelle Rabier):

Copie d’écran de la session de présentation (c) Tassanee Alleau

Le séminaire vise à explorer l’état de l’historiographie de la médecine et des savoirs coloniaux et leurs prolongements postcoloniaux, dans une perspective comparatiste géographique et impériale. Après un premier séminaire Histoire de la médicalisation européenne : médecines en situation coloniale et post-coloniale puis de deux ans d’enquêtes Enquête collective : mémoires coloniales de Marseille (I et II), ce nouveau séminaire entend réunir,  en présence sur Marseille et à distance, les spécialistes et les étudiant-es intéressé-es par le renouvellement des études coloniales des sciences et de la médecine depuis une dizaine d’années, en particulier à partir de nouvelles questions, et de nouveaux terrains – collections muséales, bases de données génétiques, archives privées, archives hospitalières, etc.

Consulter la présentation PDF ici

A Bridge to the Underworld: Digging up Plant Roots in Renaissance Vernacular Medical “Fictions” for RSA Virtual 2021 – 13 AVRIL 2021 20h30

Abstract
https://rsa.confex.com/rsa/21virtual/meetingapp.cgi/Session/4789

Consulter le pdf de présentation ici

To fully understand the making and meaning of Early Modern botanical or medical theory concerning roots and plants, the historian must grasp their symbolic and folkloric stories. This cultural dimension of the underground plant serves as a comprehensive tool for writing a “natural history” of plants such as Mandrake or Deadly Nightshade. The description of their harvest is often a narrative “topos” used in herbals to foster devotion, faith, and morality, as remedies of the Renaissance pharmacopeia for some specific illnesses, particularly those related to sexuality, fertility, melancholy and social behaviors. Thus, the “underground” plant is linked to the “underworld”, through the axis mundi imagery, the root being the bridge with the mundus subterraneus, a reversed world. The act of digging in the soil is structured with magical rituals and gestures around the roots, rhizomes, or tubers which are dedicated to warding off threats related to death or evil spirits.

* RSA Virtual Registration Grant awarded by the RSA board committee

Continuer la lecture de « A Bridge to the Underworld: Digging up Plant Roots in Renaissance Vernacular Medical “Fictions” for RSA Virtual 2021 – 13 AVRIL 2021 20h30 »