Le printemps de Pieter Bruegel le Jeune : gestes et pratiques

Pieter Bruegel Le Jeune, Spring (Printemps), huile sur panneau, Wikicommons

Dans cette allégorie du printemps, Pieter Bruegel le Jeune nous livre un témoignage de la vie quotidienne, des gestes et des pratiques des XVIe et XVIIe siècles. Si l’on prend cette peinture dans une approche sérielle, elle appartient à la série des quatre saisons de Brueghel le Jeune. Lorsqu’on la regarde individuellement, cette allégorie semble nous dire “le printemps est un jardin”. Au premier regard, elle est composée d’une plus grande gamme de couleurs. Une trentaine de personnages figurent sur la toile, de l’arrière-plan à l’avant-plan.

détail

L’une des premières choses que l’on peut noter, c’est la présence des femmes dans le jardin. Ces dernières sont dans une position active, l’une sème des graines, l’autre semble cueillir des plantes, une autre porte un lourd panier rempli de graines. Ces travaux pénibles que l’on confierait plus facilement à des hommes se révèlent être exécutés par autant de femmes que d’hommes. Dans le jardin enclos visible sur le tableau, six femmes sont peintes contre cinq hommes, s’affairant autour des parterres. Les gestes sont fatigants, il s’agit de se pencher, de rester courbé, de bêcher, de pelleter, d’arracher, de semer, de ratisser, tout cela sous un soleil très certainement écrasant (de mars à juin), comme en témoigne le port de couvre-chefs.

En second lieu, le tableau interpelle celui ou celle qui le regarde. Le peintre scinde volontairement ses peintures en deux : d’un côté, au premier plan, le milieu rural, l’espace “champêtre”, le dur labeur, une société rurale bien organisée, besogneuse, et de l’autre, au loin, la ville, inaccessible. La représentation des ruraux est une problématique foisonnante en histoire de l’art qui prend des formes diverses même si la plupart du temps, les ruraux sont toujours peints de la même façon, avec les mêmes outils, attributs, gestes et pratiques; la même symbolique en quelque sorte. Il n’est pas étrange de se poser la question de ces représentations dès lors que le tableau est peint par un citadin, habitué à la ville. La ruralité agissait-elle comme un “exotisme” ? Existait-il un attrait rural ou au contraire, la campagne agissait-elle en repoussoir de la ville ? L’éloignement de la ville est accentué par le cours d’eau qui sépare les deux mondes. Mais la rivière est aussi le symbole de l’écoulement du temps…

Continuer la lecture de « Le printemps de Pieter Bruegel le Jeune : gestes et pratiques »