Quelques notes sur la conception de l’espace naturel chez Samuel de Champlain

Détail de la carte de Samuel de Champlain. “Cette carte sur vélin de style portulan a été établie par Champlain lui-même en 1607, afin de la présenter au roi de France. La carte de Nouvelle-France établit la première délimitation approfondie de ce qui deviendra la Nouvelle-Angleterre et les côtes atlantiques du Canada, de Cap-Sable à Cap Blanc (Cap Cod). On y indique Port-Royal, la Baye Blanche (baie de Cap Cod), la Baye Françoise, les fleuves Saint-JeanSainte-Croix et Penobscot, ainsi que la baie de la rivière Kennebec et l’île des Monts Déserts“. Champlain, Samuel de (1567-1635) — http://dl.wdl.org/280.png Gallery: http://www.wdl.org/en/item/280/ Domaine public, source : wikipedia

Aujourd’hui , je me suis intéressée brièvement sur la conception de l’espace naturel chez Samuel de Champlain. Je ne suis absolument pas géographe/cartographe et mon apprentissage de cette matière se résume à des notions fondamentales apprises pendant ma préparation du CAPES d’histoire géographie et à des lectures plus poussées pendant la préparation de l’agrégation l’année suivante. Pendant mes années d’écriture des mémoires de maîtrise et de master, j’ai tout de même dû me pencher sur un certain type de géographie : la topographie et la toponymie. C’est en suivant les traces des naturalistes William Turner et Leonhart Fuchs, qui ont tous les deux beaucoup voyagé et ont connu l’exil religieux en Europe, au XVIe siècle, que j’ai compris à quel point la géographie n’est pas accessoire à leur profession, elle en est parfois l’essence même. Dans leur travail respectif, on voit qu’ils ont vu la nécessité de créer une “botanique” de proximité, plus locale, citant les lieux des plantes qu’ils ont vraiment croisées, et les lieux des plantes plus exotiques. Les lieux à travers l’histoire… voilà un enjeu fascinant de la recherche.

Continuer la lecture de « Quelques notes sur la conception de l’espace naturel chez Samuel de Champlain »