Quelques liens et ressources utiles sur les savoirs coloniaux en histoire / colonial knowledge / history

By es:Martín de la Cruz – https://www.academia.edu/2777939/Libellus_de_Medicinalibus_Indorum_Herbis_Digital_facsimile_, Public Domain, Link

Ces données ne visent pas l’exhaustivité, elles m’ont aidées dans mes recherches depuis le master, ainsi je vous partage mes lectures et les podcasts que j’ai écoutés ici.

Ouvrages et articles :

Continuer la lecture de « Quelques liens et ressources utiles sur les savoirs coloniaux en histoire / colonial knowledge / history »

Le comment de la thèse : écrire les histoires naturelles

American Turk’s cap Lily, Lilium superbumGeorg Dionysius Ehret (1708-70), About 1750-3, Watercolor and gouache on vellum V&A Museum no. D.589-1886

Mais que fait-on là, à “faire” une thèse, à la “produire”, la “fabriquer”, à l’écrire ? Avant de se demander pourquoi, je réalise que c’est par la question “comment?” que les réponses apparaissent çà et là.

La trace

“Il ne s’agit pas non plus de reproduire un réel, un vécu qui aurait échappé aux gens de savoir. Mais seulement de s’insinuer, comme par effraction, à l’aide de sources jusqu’ici peu utilisées, dans cet espace ouvert (…)” dit Arlette Farge au sujet des rues.1

Dans l’interminable flot des connaissances, il y a celles sur lesquelles nous ne nous sommes jamais penchés, et puis il y a les connaissances sur lesquelles nous nous sommes arrêtés mille fois. Dans les deux cas, on cherche, on tâtonne. On oriente le regard, on change d’optique, on pose d’autres questions. L’enquête se poursuit toujours sur de nouveaux terrains, poussiéreux ou plus fréquentés. La trace est souvent plus visible par les écrits des chercheurs, mais elle peut naître aussi de l’invisible. On s’interroge, on se demande s’il est possible d’interpréter tel ou tel fait. Nos réflexions se muent, se transforment. Quelques fois, nos pensées se heurtent à une incapacité, un mur, un vide, une obscurité. La trace sert de fil conducteur. Elle est la marque de la mémoire : mais laquelle ? Elle reste à être écrite par quelqu’un, quelque part. Mais pourquoi chercher dans les mots la nature ?

Continuer la lecture de « Le comment de la thèse : écrire les histoires naturelles »
  1. Farge, Arlette. Vivre dans la rue à Paris au XVIIIe siècle. Editions Gallimard, 2014. []

Histoire des sensibilités et histoire du sensible au temps du Covid19

Domenico Ghirlandaio, ritratto di nonno con nipote, An Old Man and His Grandson c. 1490, Tempera on wood, 62 x 46 cm Musée du Louvre, Paris

“Sens de l’histoire ? Disons-le tout de suite : Alain Corbin ne croit pas que l’Histoire ait un sens —  il n’est pas le seul —  , et sans doute parce qu’il n’a jamais cru qu’elle avait droit à une majuscule, ce qui change toute la perspective.”1

Émotions, perceptions… horreur, colère, dégoût, … vivre le confinement au temps du Covid19

Là où, aujourd’hui, nous subissons de plein fouet une pandémie de Covid19, l’historien.ne doit remettre en question les outils dont il ou elle a besoin pour évaluer une situation compliquée. Dans une réflexion continuelle, historiographique, méthodologique et épistémologique, les conditions de ce questionnement ne sont pas non plus dépourvues de difficultés. Faut-il prendre en compte tous les sentiments et toutes les émotions des individus ou des communautés dans l’écriture active de l’histoire ?

Continuer la lecture de « Histoire des sensibilités et histoire du sensible au temps du Covid19 »
  1. Citation de Pascal Ory, “Préface” in Une histoire des sens, Editions Robert Laffont, Paris, 2016. []