Exemple de prise de notes d’une source par cartographie mentale [Mind Mapping]

Logiciel utilisé : XMIND

Un point méthodologie :

Voici quelques sites web qui indiquent comment faire des cartes mentales pour la recherche (mémoires, thèses, articles) :

Créer des cartes mentales est parfois utile pour mettre en ordre des notes prises rapidement sur un article, comme le chapitre de l’ouvrage suivant dont je vous montre la carte mentale ci-dessus :

CUVIER, Georges. 18. La botanique dans la seconde moitié du xviie siècle In : Cuvier’s History of the Natural Sciences : Nineteen lessons from the Sixteenth and Seventeenth Centuries [en ligne]. Paris : Publications scientifiques du Muséum, 2015 (généré le 22 mars 2021). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/mnhn/2929>. ISBN : 9782856538739. DOI : https://doi.org/10.4000/books.mnhn.2929.

Continuer la lecture de « Exemple de prise de notes d’une source par cartographie mentale [Mind Mapping] »

Le printemps de Pieter Bruegel le Jeune : gestes et pratiques

Pieter Bruegel Le Jeune, Spring (Printemps), huile sur panneau, Wikicommons

Dans cette allégorie du printemps, Pieter Bruegel le Jeune nous livre un témoignage de la vie quotidienne, des gestes et des pratiques des XVIe et XVIIe siècles. Si l’on prend cette peinture dans une approche sérielle, elle appartient à la série des quatre saisons de Brueghel le Jeune. Lorsqu’on la regarde individuellement, cette allégorie semble nous dire “le printemps est un jardin”. Au premier regard, elle est composée d’une plus grande gamme de couleurs. Une trentaine de personnages figurent sur la toile, de l’arrière-plan à l’avant-plan.

détail

L’une des premières choses que l’on peut noter, c’est la présence des femmes dans le jardin. Ces dernières sont dans une position active, l’une sème des graines, l’autre semble cueillir des plantes, une autre porte un lourd panier rempli de graines. Ces travaux pénibles que l’on confierait plus facilement à des hommes se révèlent être exécutés par autant de femmes que d’hommes. Dans le jardin enclos visible sur le tableau, six femmes sont peintes contre cinq hommes, s’affairant autour des parterres. Les gestes sont fatigants, il s’agit de se pencher, de rester courbé, de bêcher, de pelleter, d’arracher, de semer, de ratisser, tout cela sous un soleil très certainement écrasant (de mars à juin), comme en témoigne le port de couvre-chefs.

En second lieu, le tableau interpelle celui ou celle qui le regarde. Le peintre scinde volontairement ses peintures en deux : d’un côté, au premier plan, le milieu rural, l’espace “champêtre”, le dur labeur, une société rurale bien organisée, besogneuse, et de l’autre, au loin, la ville, inaccessible. La représentation des ruraux est une problématique foisonnante en histoire de l’art qui prend des formes diverses même si la plupart du temps, les ruraux sont toujours peints de la même façon, avec les mêmes outils, attributs, gestes et pratiques; la même symbolique en quelque sorte. Il n’est pas étrange de se poser la question de ces représentations dès lors que le tableau est peint par un citadin, habitué à la ville. La ruralité agissait-elle comme un “exotisme” ? Existait-il un attrait rural ou au contraire, la campagne agissait-elle en repoussoir de la ville ? L’éloignement de la ville est accentué par le cours d’eau qui sépare les deux mondes. Mais la rivière est aussi le symbole de l’écoulement du temps…

Continuer la lecture de « Le printemps de Pieter Bruegel le Jeune : gestes et pratiques »

Le LAB de l’enseignant et du chercheur Table Ronde : LE GOUVERNEMENT IDÉAL À LA RENAISSANCE : DE SOI AU COLLECTIF (Rendez-vous de l’Histoire de Blois, 2020)

Slide personnelle du Powerpoint de la communication (c) Tassanee Alleau

Cette année j’ai participé à la carte blanche du Lab jeunes chercheurs : “Le gouvernement idéal à la Renaissance; de soi au collectif”, carte blanche proposée par l’Association des doctorants du Centre d’études supérieures de la Renaissance. Nous étions nombreux pour cette table ronde, entre histoire des sciences et philosophie pour aborder un sujet qui rappelle les ambitions pour les corps individuels et collectifs de l’Utopie de Thomas More.

Ma communication personnelle s’intitulait: “Le gouvernement idéal de l’âme et du corps par les plantes dans les herbiers des médecins naturalistes de la Réforme au XVIe siècle (Leonhart Fuchs et William Turner)” . J’y ai vu l’occasion de pouvoir vous parler des végétaux dans leur signification symbolique et leurs propriétés médicinales appliquées à la médecine de la Renaissance par les médecins protestants du XVIe siècle. Cette approche permet de comprendre la théorie des signatures basée sur l’analogie mais aussi l’implication de la médecine dans le contrôle du corps individuel et du corps collectif, le contrôle de soi et de son âme, de sa sexualité à ses pensées.


Ma communication se trouve en enregistrement audio sur le lien suivant : http://rdv-histoire.com/programme/le-gouvernement-ideal-la-renaissance-de-soi-au-collectif

Et le texte de la communication est disponible sur HAL SHS: https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02963844

PDF DISPONIBLE ICI

Le LAB de l’enseignant et du chercheur Table RondeDimanche 11 oct. 2020 de 13:30 à 15:00  Site Chocolaterie de l’IUT, Salle 214

Continuer la lecture de « Le LAB de l’enseignant et du chercheur Table Ronde : LE GOUVERNEMENT IDÉAL À LA RENAISSANCE : DE SOI AU COLLECTIF (Rendez-vous de l’Histoire de Blois, 2020) »

Histoire naturelle du grillon (en France à l’époque moderne)

gryllus assimilis (Wikipédia)

Ce soir, j’ai regardé une vidéo de La Minute Nature sur la vie des grillons. (La vidéo est disponible ici et je vous conseille par ailleurs de regarder cette chaîne). Et cela m’a inspirée pour écrire un article sur son histoire, éparse, à travers l’époque moderne ( sans viser l’exhaustivité). Cette petite créature aux couleurs sombres, qui creuse des galeries telle une taupe, est un insecte magnifique, de l’espèce des orthoptères et de la famille des gryllidae, qui fait un bruit qu’on dirait sorti tout droit des entrailles alors qu’il s’agit d’une série de trilles effectuées sur ses organes externes.

《Il y avait de petites trilles et un tremolo indescriptible dans le cri le plus aigu du Grillon, lorsque, dans l’ excès de son enthousiasme il faisait des sauts et des bonds.》 – Le grillon du foyer, Charles Dickens

Continuer la lecture de « Histoire naturelle du grillon (en France à l’époque moderne) »

Quelques liens et ressources utiles sur les savoirs coloniaux en histoire / colonial knowledge / history

By es:Martín de la Cruz – https://www.academia.edu/2777939/Libellus_de_Medicinalibus_Indorum_Herbis_Digital_facsimile_, Public Domain, Link

Ces données ne visent pas l’exhaustivité, elles m’ont aidées dans mes recherches depuis le master, ainsi je vous partage mes lectures et les podcasts que j’ai écoutés ici.

Ouvrages et articles :

Continuer la lecture de « Quelques liens et ressources utiles sur les savoirs coloniaux en histoire / colonial knowledge / history »

Les balbutiements d’une première base de données iconographiques pour la thèse (Parle à ma thèse 4)

Depuis que j’ai donné un TD en classe de L2 d’histoire moderne ce dernier semestre, j’ai vu à quel point les étudiants manquaient d’images pour visualiser un passé souvent trop lointain et confus dans leur esprit. Sans image, les textes, lorsqu’ils ou elles les décrivent ont deux résonnances : ils sont soit décrits de manière très distante et semblent presque désuets et périmés, perdant tout leur sens, soit ils paraissent faire écho à nos situations actuelles contemporaines, parfois trop, entraînant d’énormes anachronismes ! Or, si l’on applique systématiquement une image à un texte, d’autres idées viennent pour s’exprimer sur une période donnée, un évènement du passé, l’image replace automatiquement l’histoire dans un contexte. Faire une base de données iconographiques pour ma thèse m’a donc paru inévitable. S’il faut parler d’objet végétal, d’objet-médicament, d’objet-savoir, de “matériau-savoir“, s’il faut raconter à la fois une histoire culturelle et une histoire matérielle d’un objet comme la racine, alors il faut des images : pour les imaginer, s’imprégner d’un style, d’une présence, peut-être un peu en bas à droite, à l’écart d’un grand tableau, peut-être sur un rebord de table, comme reste d’un repas dans une assiette, ou au pied d’un grand arbre, par terre… peu importe.

Depuis janvier, j’ai donc envisagé cette base de données avec une grande appréhension. Bien entendu, il faudra interpréter les images, quand celles-ci parlent d’elles-mêmes ou quand d’autres semblent plus complexes à décrypter. La première chose qui m’est venue à l’esprit est de définir quel type d’images je voulais récupérer. L’idée m’est venue aussi en visitant plusieurs musées dont celui de Valenciennes (Musée des Beaux-Arts) où l’on trouve la fameuse marchande de légumes peinte par Joachim Beuckelaer en 1564. Voici une autre version :

Huile sur toile de Joachim Beuckelaer (1564), Staatliche Museen, Kassel

Je n’ai pas encore établi de grille-type permettant de sélectionner mes images avec des critères propres à ma base de données iconographiques. Au départ, j’utilisais un simple fichier dans l’ordinateur pour les classer par “Illustrations de racines”, puis “Autres iconographies autour des racines” avec notamment des frontispices d’ouvrages. Et puis, il faut bien se rendre à l’évidence, la base de données qui va forcément évoluer, a besoin d’être pensée, réfléchie. Avec l’écriture, le métalangage du blog hypothèses, je me suis dit que c’était l’occasion.

Quelques critères pour la sélection des images (partiellement définis):

Continuer la lecture de « Les balbutiements d’une première base de données iconographiques pour la thèse (Parle à ma thèse 4) »

Compte rendu de lecture : Une histoire de la forêt de Martine Chalvet (Seuil)

photographie personnelle

Je reposte ici un compte rendu court d’une lecture que j’avais faite il y a quelques temps, publié sur un autre blog… enrichi de quelques remarques additionnelles et corrections.

En lisant cet essai pour mes recherches il y a un moment, je me suis plongée dans l’histoire des forêts. Martine Chalvet, historienne de l’environnement y parle naturellement des forêts françaises, mais pas que.

Continuer la lecture de « Compte rendu de lecture : Une histoire de la forêt de Martine Chalvet (Seuil) »

Notes de lecture : Histoire de la botanique en France, Ad. Davy de Virville, Société d’édition d’enseignement supérieur, 1954

L’ouvrage est orné de 100 portraits, de 60 figures dans le texte et de 16 planches hors-texte. Publié par le Comité Français du VIIIe Congrès International de Botanique, Paris-Nice, 1954. Je l’ai emprunté à la bibliothèque du CESR/UFR/UMR-CNRS 7323. Je me suis intéressée à ce livre par curiosité et aussi pour comprendre la manière dont on voyait les botanistes de la Renaissance en 1954…

A l’origine la SEDES, société d’éditions d’enseignement supérieur publie des manuels universitaires pour étudiants, chercheurs ou ceux qui préparent des concours et des diplômes. La société publiait au départ des travaux de la Sorbonne et s’est élargie ensuite. Elle est issue de la fusion CDU-SEDES. Le Centre de documentation universitaire existait depuis 1935.

Le Comité Français du VIIIe Congrès International de Botanique réunit des spécialistes qui abordent la mise à jour de la discipline, dans sa nomenclature et ses découvertes. Le premier congrès international portait sur l’horticulture et non la botanique, il eut lieu à Bruxelles en 1864. Les congrès qui suivent imposent des questionnements sur le nom des plantes, la théorie de l’évolution et des espèces, les explorations, la différenciation entre règne animal et règne végétal… Les congrès prennent de l’ampleur, parallèlement les expositions universelles mettent en-avant l’industrie et aussi des architectures nouvelles inspirées de la nature organique (Art déco, Art Nouveau…)

Les congrès internationaux suivants furent résolument centrés sur la botanique. Le premier se tient à Paris en 1900. La Seconde Guerre mondiale marque un point d’arrêt à ces rassemblements jusqu’en 1950, à leur reprise.

Le livre dans son introduction (par M. D. De Virville) commence par donner quelques traits sur l’intérêt de la botanique et d’une telle recension de l’histoire française:

Continuer la lecture de « Notes de lecture : Histoire de la botanique en France, Ad. Davy de Virville, Société d’édition d’enseignement supérieur, 1954 »

Lecture : Le commerce des plantes : Empires, réseaux marchands et consommation (XVIe-XXe siècle), Revue d’histoire moderne, 2019/3, n°66-3

https://www.cairn.info/revue-d-histoire-moderne-et-contemporaine-2019-3-page-24.htm
Description des usages et des propriétés écrits en langage nahuatl d’un plant de vanille, illustration issue du Codex florentin (vers 1580). (wikicommons)

Une histoire naturelle des plantes à travers leur commerce, notes de lecture :

Tabac, café, chocolat, huile de palme, arachides : les plantes ont connecté le monde tout en faisant la fortune des puissances coloniales. Le colonialisme européen à l’époque moderne a été, en partie, initié par la recherche d’épices. 

Hélène Blais et Rahul Markovits (Introduction. Le commerce des plantes, XVIe-XXe siècle, pages 7 à 23)

Dans cette revue, Hélène Blais et Rahul Markovits donnent les pistes de réflexions suivantes (cf. Introduction de la revue, Introduction. Le commerce des plantes, XVIe-XXe siècle, pages 7 à 23) :

Continuer la lecture de « Lecture : Le commerce des plantes : Empires, réseaux marchands et consommation (XVIe-XXe siècle), Revue d’histoire moderne, 2019/3, n°66-3 »