Les Assemblées de Loire 2021 : l’attention aux non-humains (végétaux, minéraux, animaux non-humains)

CCCOD

Cette année, j’ai assisté aux assemblées de Loire 2021 à Tours. Elles font suite à la proposition d’un parlement de Loire par Bruno Latour et des auditions d’experts ou d’artistes par Camille de Toledo et le Pôle en arts et urbanisme POLAU de Tours. Organisées autour de nombreux évènements culturels et scientifiques, les assemblées de Loire étaient partout à Tours : sur les bords de Loire, sur la Loire, dans la Loire, en ville, au centre d’art contemporain CCCOD, sur le site Ere 21, etc.

Les anciennes auditions de 2019 sont disponibles sur le site ici. Elles ont la particularité d’avoir été retranscrites à l’écrit et de manière presque “scénarisée” par Camille de Toledo dans l’ouvrage magnifique Le Fleuve qui voulait écrire (ed. Les Liens qui libèrent). Ce recueil de plus de 380 pages reprend le déroulement des discussions aux assemblées de Loire et les principales interrogations, critiques ou propositions des intervenants comme Frédérique Aït Touati, Bruno Latour ou Bruno Marmiroli.

J’ai pu prendre énormément de notes sur ces assemblées lors de la soirée du vendredi 10 septembre et de la matinée du samedi 11 septembre. Je vous les restitue ici pour compte rendu. J’en tire des conclusions personnelles plus bas (voir ici).

Sommaire

Première partie : introduction & discussion

Deuxième partie de la soirée du 10 septembre 2021

Deuxième journée du samedi 11 septembre 2021 – Forum ouvert

Troisième session : Le droit est-il obsolète ?

Conclusion

Continuer la lecture de « Les Assemblées de Loire 2021 : l’attention aux non-humains (végétaux, minéraux, animaux non-humains) »

Compte rendu : “La doctrine humorale et les plantes de la Méditerranée” Quelques notes sur la conférence d’Alain Touwaide [27.04.2021]

Voici des notes éparses que j’ai prises lors de la conférence d’Alain Touwaide. Elles ne sont pas parfaites, la conférence étant en italien, mon oreille a encore du mal avec cet exercice particulier… Néanmoins, j’espère que cela sera utile pour d’autres !

Institut pour la préservation des traditions médicales. ( Institute for the Preservation of Medical Traditions) Lecture by Alain Touwaide on the 4-Humor Theory (lien)

La doctrine humorale et les plantes en Méditerranée :

But de cette conférence :

  • Comprendre la plante médicinale à travers les siècles.
  • L’origine de l’usage des plantes en médecine : la théorie humorale depuis l’Antiquité
Continuer la lecture de « Compte rendu : “La doctrine humorale et les plantes de la Méditerranée” Quelques notes sur la conférence d’Alain Touwaide [27.04.2021] »

Exemple de prise de notes d’une source par cartographie mentale [Mind Mapping]

Logiciel utilisé : XMIND

Un point méthodologie :

Voici quelques sites web qui indiquent comment faire des cartes mentales pour la recherche (mémoires, thèses, articles) :

Créer des cartes mentales est parfois utile pour mettre en ordre des notes prises rapidement sur un article, comme le chapitre de l’ouvrage suivant dont je vous montre la carte mentale ci-dessus :

CUVIER, Georges. 18. La botanique dans la seconde moitié du xviie siècle In : Cuvier’s History of the Natural Sciences : Nineteen lessons from the Sixteenth and Seventeenth Centuries [en ligne]. Paris : Publications scientifiques du Muséum, 2015 (généré le 22 mars 2021). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/mnhn/2929>. ISBN : 9782856538739. DOI : https://doi.org/10.4000/books.mnhn.2929.

Continuer la lecture de « Exemple de prise de notes d’une source par cartographie mentale [Mind Mapping] »

Podcasts Histoires naturelles : Littérature et Science Fiction (n°7-10)

Le Podcast Histoires Naturelles sur Apple Podcast et Spotify

Dans ce billet, j’ai souhaité rassembler les liens et références bibliographiques, filmographiques recueillis lors des entretiens que j’ai eus avec Maxime (Apcalipticart) pour les épisodes 7 1/2 – 7 2/2/ et le Hors série n°10. Ces podcasts ont été l’occasion de discuter de façon plus informelle que dans les autres épisodes, de sujets qui me tiennent particulièrement à cœur : l’environnement, l’écologie, les divers futurismes, la vision du monde de demain, etc. Bien évidemment, il est difficile de parler de science fiction sans être une spécialiste du domaine dans le monde académique. Dans ces entretiens pourtant, nous avons essayé tout simplement d’en parler comme des lecteurs férus de SF, SFFFF et autres littératures de l’imaginaire. Cette littérature de genre et le genre au cinéma ou à la TV ne vont pas sans poser de problèmes sérieux, c’est pourquoi nous avons choisi d’aborder les thèmes qui fâchent, surtout en ce moment. Nous pourrions dire que nous faisons partie de cette génération (dans deux jours j’ai 30 ans!) de ce qu’à la télévision et dans les médias on appelle “woke”. Tout particulièrement car nous portons une attention très fine à la diversité des personnages, à la reconnaissance de ce que l’anthropocène a pu modifier dans notre environnement direct et indirect, aux questions de genre et aux interrogations sur le décolonialisme. Ces discours ne plaisant apparemment pas à tout le monde, pourtant ils sont bien présents, sous-jacents, tacites, dans les films, dans les livres de science fiction. Nous décryptons tout cela dans les épisodes disponibles ici :

Retrouvez également d’autres infos avec l’épisode du Podcast sur Soleil Vert en compagnie de Yohann Chanoir ici et ici.

Continuer la lecture de « Podcasts Histoires naturelles : Littérature et Science Fiction (n°7-10) »

Le printemps de Pieter Bruegel le Jeune : gestes et pratiques

Pieter Bruegel Le Jeune, Spring (Printemps), huile sur panneau, Wikicommons

Dans cette allégorie du printemps, Pieter Bruegel le Jeune nous livre un témoignage de la vie quotidienne, des gestes et des pratiques des XVIe et XVIIe siècles. Si l’on prend cette peinture dans une approche sérielle, elle appartient à la série des quatre saisons de Brueghel le Jeune. Lorsqu’on la regarde individuellement, cette allégorie semble nous dire “le printemps est un jardin”. Au premier regard, elle est composée d’une plus grande gamme de couleurs. Une trentaine de personnages figurent sur la toile, de l’arrière-plan à l’avant-plan.

détail

L’une des premières choses que l’on peut noter, c’est la présence des femmes dans le jardin. Ces dernières sont dans une position active, l’une sème des graines, l’autre semble cueillir des plantes, une autre porte un lourd panier rempli de graines. Ces travaux pénibles que l’on confierait plus facilement à des hommes se révèlent être exécutés par autant de femmes que d’hommes. Dans le jardin enclos visible sur le tableau, six femmes sont peintes contre cinq hommes, s’affairant autour des parterres. Les gestes sont fatigants, il s’agit de se pencher, de rester courbé, de bêcher, de pelleter, d’arracher, de semer, de ratisser, tout cela sous un soleil très certainement écrasant (de mars à juin), comme en témoigne le port de couvre-chefs.

En second lieu, le tableau interpelle celui ou celle qui le regarde. Le peintre scinde volontairement ses peintures en deux : d’un côté, au premier plan, le milieu rural, l’espace “champêtre”, le dur labeur, une société rurale bien organisée, besogneuse, et de l’autre, au loin, la ville, inaccessible. La représentation des ruraux est une problématique foisonnante en histoire de l’art qui prend des formes diverses même si la plupart du temps, les ruraux sont toujours peints de la même façon, avec les mêmes outils, attributs, gestes et pratiques; la même symbolique en quelque sorte. Il n’est pas étrange de se poser la question de ces représentations dès lors que le tableau est peint par un citadin, habitué à la ville. La ruralité agissait-elle comme un “exotisme” ? Existait-il un attrait rural ou au contraire, la campagne agissait-elle en repoussoir de la ville ? L’éloignement de la ville est accentué par le cours d’eau qui sépare les deux mondes. Mais la rivière est aussi le symbole de l’écoulement du temps…

Continuer la lecture de « Le printemps de Pieter Bruegel le Jeune : gestes et pratiques »

Le LAB de l’enseignant et du chercheur Table Ronde : LE GOUVERNEMENT IDÉAL À LA RENAISSANCE : DE SOI AU COLLECTIF (Rendez-vous de l’Histoire de Blois, 2020)

Slide personnelle du Powerpoint de la communication (c) Tassanee Alleau

Cette année j’ai participé à la carte blanche du Lab jeunes chercheurs : “Le gouvernement idéal à la Renaissance; de soi au collectif”, carte blanche proposée par l’Association des doctorants du Centre d’études supérieures de la Renaissance. Nous étions nombreux pour cette table ronde, entre histoire des sciences et philosophie pour aborder un sujet qui rappelle les ambitions pour les corps individuels et collectifs de l’Utopie de Thomas More.

Ma communication personnelle s’intitulait: “Le gouvernement idéal de l’âme et du corps par les plantes dans les herbiers des médecins naturalistes de la Réforme au XVIe siècle (Leonhart Fuchs et William Turner)” . J’y ai vu l’occasion de pouvoir vous parler des végétaux dans leur signification symbolique et leurs propriétés médicinales appliquées à la médecine de la Renaissance par les médecins protestants du XVIe siècle. Cette approche permet de comprendre la théorie des signatures basée sur l’analogie mais aussi l’implication de la médecine dans le contrôle du corps individuel et du corps collectif, le contrôle de soi et de son âme, de sa sexualité à ses pensées.


Ma communication se trouve en enregistrement audio sur le lien suivant : http://rdv-histoire.com/programme/le-gouvernement-ideal-la-renaissance-de-soi-au-collectif

Et le texte de la communication est disponible sur HAL SHS: https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02963844

PDF DISPONIBLE ICI

Le LAB de l’enseignant et du chercheur Table RondeDimanche 11 oct. 2020 de 13:30 à 15:00  Site Chocolaterie de l’IUT, Salle 214

Continuer la lecture de « Le LAB de l’enseignant et du chercheur Table Ronde : LE GOUVERNEMENT IDÉAL À LA RENAISSANCE : DE SOI AU COLLECTIF (Rendez-vous de l’Histoire de Blois, 2020) »

Un Podcast pour parler d’Histoires naturelles, d’enseignements et de recherche

Le podcast Histoires naturelles parle de recherche et de l’être humain dans son rapport à la Nature. Il embrasse un grand nombre de sujets, dans une vision multidisciplinaire et interroge les constructions culturelles, mentales et scientifiques de la Nature, du passé et de la pensée contemporaine. Ma volonté de croiser les regards, les époques et les approches pour comprendre les enjeux de la recherche autour de ces processus permettra, je l’espère, de faire dialoguer arts, sciences humaines, philosophie, sociologie, littérature et sciences, à travers des perspectives diverses, allant des études postcoloniales, en passant par les études de genre (gender studies) ou bien les études culturelles et visuelles (visual and cultural studies).

Sous la forme de récit, d’histoires narrées, ou d’entretiens, ce podcast sera diffusé sur ce carnet de recherche hypothèses.org et sur les plateformes habituelles de podcast (Anchor.fm / Flux RSS / Spotify / Google Podcast / Breaker / Radio Publique / Pocket Casts)

Introduction : https://anchor.fm/histoires-naturelles

Disponible sur Apple Podcasts : https://podcasts.apple.com/fr/podcast/histoires-naturelles/id1541062891 et sur Spotify : https://open.spotify.com/show/4vxJC7dwihP766ks1XK9xY

La programmation à venir :

histoiresnaturellespodcast@gmail.com

Continuer la lecture de « Un Podcast pour parler d’Histoires naturelles, d’enseignements et de recherche »

Présentation de ma thèse à la Journée de rentrée des doctorants du CESR (Centre d’études supérieures de la Renaissance, Tours), 16 octobre 2020.

Comment écrire les histoires naturelles de la plante souterraine à l’époque moderne ?

https://adcesr.hypotheses.org/
Tassanee Alleau, doctorante contractuelle CESR (UMR 7323), Université de Tours tassanee.alleau@univ-tours.fr
Présentation de mes recherches pour la Journée de rentrée des doctorants du CESR (Centre d’études supérieures de la Renaissance, Tours), 16 octobre 2020.
Adam Lonicer (Lonitzer), Krauterbuch (XVIe siècle), wikicommons
Continuer la lecture de « Présentation de ma thèse à la Journée de rentrée des doctorants du CESR (Centre d’études supérieures de la Renaissance, Tours), 16 octobre 2020. »

Brève histoire naturelle du muguet et de ses usages (Lily of the valley)

La Convallaria majalis, ou muguet, en anglais Lily of the valley, est une plante à la senteur douce et printanière. Elle renferme dans toutes ses parties un poison très toxique. Cette dualité, cette dichotomie font d’elle une fleur mystérieusement séduisante, tout comme la fleur du Datura ou l’hellébore noire (dont seule la racine est sombre!). Impossible de ne pas songer au roman de Balzac.

Lily-of-the-valley (Convallaria species): entire flowering plant. Coloured etching by M. Bouchard, 1772. https://wellcomecollection.org/works/mn7t3bz8
Continuer la lecture de « Brève histoire naturelle du muguet et de ses usages (Lily of the valley) »