Présentation de ma thèse à la Journée de rentrée des doctorants du CESR (Centre d’études supérieures de la Renaissance, Tours), 16 octobre 2020.

Comment écrire les histoires naturelles de la plante souterraine à l’époque moderne ?

https://adcesr.hypotheses.org/
Tassanee Alleau, doctorante contractuelle CESR (UMR 7323), Université de Tours tassanee.alleau@univ-tours.fr
Présentation de mes recherches pour la Journée de rentrée des doctorants du CESR (Centre d’études supérieures de la Renaissance, Tours), 16 octobre 2020.
Adam Lonicer (Lonitzer), Krauterbuch (XVIe siècle), wikicommons
Continuer la lecture de « Présentation de ma thèse à la Journée de rentrée des doctorants du CESR (Centre d’études supérieures de la Renaissance, Tours), 16 octobre 2020. »

Les balbutiements d’une première base de données iconographiques pour la thèse (Parle à ma thèse 4)

Depuis que j’ai donné un TD en classe de L2 d’histoire moderne ce dernier semestre, j’ai vu à quel point les étudiants manquaient d’images pour visualiser un passé souvent trop lointain et confus dans leur esprit. Sans image, les textes, lorsqu’ils ou elles les décrivent ont deux résonnances : ils sont soit décrits de manière très distante et semblent presque désuets et périmés, perdant tout leur sens, soit ils paraissent faire écho à nos situations actuelles contemporaines, parfois trop, entraînant d’énormes anachronismes ! Or, si l’on applique systématiquement une image à un texte, d’autres idées viennent pour s’exprimer sur une période donnée, un évènement du passé, l’image replace automatiquement l’histoire dans un contexte. Faire une base de données iconographiques pour ma thèse m’a donc paru inévitable. S’il faut parler d’objet végétal, d’objet-médicament, d’objet-savoir, de “matériau-savoir“, s’il faut raconter à la fois une histoire culturelle et une histoire matérielle d’un objet comme la racine, alors il faut des images : pour les imaginer, s’imprégner d’un style, d’une présence, peut-être un peu en bas à droite, à l’écart d’un grand tableau, peut-être sur un rebord de table, comme reste d’un repas dans une assiette, ou au pied d’un grand arbre, par terre… peu importe.

Depuis janvier, j’ai donc envisagé cette base de données avec une grande appréhension. Bien entendu, il faudra interpréter les images, quand celles-ci parlent d’elles-mêmes ou quand d’autres semblent plus complexes à décrypter. La première chose qui m’est venue à l’esprit est de définir quel type d’images je voulais récupérer. L’idée m’est venue aussi en visitant plusieurs musées dont celui de Valenciennes (Musée des Beaux-Arts) où l’on trouve la fameuse marchande de légumes peinte par Joachim Beuckelaer en 1564. Voici une autre version :

Huile sur toile de Joachim Beuckelaer (1564), Staatliche Museen, Kassel

Je n’ai pas encore établi de grille-type permettant de sélectionner mes images avec des critères propres à ma base de données iconographiques. Au départ, j’utilisais un simple fichier dans l’ordinateur pour les classer par “Illustrations de racines”, puis “Autres iconographies autour des racines” avec notamment des frontispices d’ouvrages. Et puis, il faut bien se rendre à l’évidence, la base de données qui va forcément évoluer, a besoin d’être pensée, réfléchie. Avec l’écriture, le métalangage du blog hypothèses, je me suis dit que c’était l’occasion.

Quelques critères pour la sélection des images (partiellement définis):

Continuer la lecture de « Les balbutiements d’une première base de données iconographiques pour la thèse (Parle à ma thèse 4) »

Parle à ma thèse (3) : Quelques réflexions sur l’avancée de ma thèse en première année de doctorat

(source : pexels)

Nous voici arrivé · es au terme d’un semestre bien chargé en émotions et les émotions dans la recherche peuvent très bien nous mener dans des lieux obscurs et dissimulés, ce qui fut le cas pour ma part. D’une phase de découragement, d’annulations et de reports de projets, et de manque de sources, je suis passée à une phase d’écriture et de prospection, suivie d’une phase d’accumulation et de mise en forme. Comme écrire semble être salutaire pour la santé mentale disons-le, il faut bien noter que le milieu de la recherche peut parfois paraître d’une générosité infaillible tout comme il peut paraître sous sa forme la plus faustienne, tel son jumeau contraire et diabolique. Et c’est dans le silence des mots – et des clics -, qu’en tant que doctorante, j’ai sorti un peu la tête hors de l’eau pendant le confinement.

Résumé de la thèse en préparation : http://www.theses.fr/s238627

Photographie personnelle, Fantômes, traces, installation “in situ”, pour l’école d’art et de design de Tours, 2018

Parmi les grandes étapes que je voulais franchir cette année, voici celles que je n’ai pas réussi à franchir, avant de parler des succès.

Continuer la lecture de « Parle à ma thèse (3) : Quelques réflexions sur l’avancée de ma thèse en première année de doctorat »

Parle à ma thèse (2) : La thèse expliquée à mes proches, au 8ème mois (bilan)

Voici comment expliquer le déroulement de ma première année de thèse (j’en suis seulement à mon huitième mois !) à mes proches, personne n’explique jamais ce qu’est vraiment être en thèse. Alors voici ! Et bon courage à tous les thésard.e.s ! 🙂

pexels

“On peut saisir l’occasion de la thèse (…) pour retrouver un sens positif aux études et à leur progression, entendues non pas comme une accumulation de savoir, mais comme réflexion critique sur une expérience, comme l’acquisition d’une compétence, utile pour son avenir, à identifier les problèmes, à les aborder avec méthode et à les exposer suivant certaines techniques de communication.” Umberto Eco, Comment écrire sa thèse, Flammarion, 2016.

Continuer la lecture de « Parle à ma thèse (2) : La thèse expliquée à mes proches, au 8ème mois (bilan) »

Parle à ma thèse : journée type dédiée à la thèse pour doctorante en confinement

Pexels

Organiser son temps… enfin essayer

6h20. Je me lève. OK. Beaucoup plus tard, (et surtout, après que mes médicaments quotidiens aient fait leur effet) je me lève. Petit déjeuner. Pour prendre des forces. La matinée s’annonce radieuse en confinement. La pile de vaisselle est gigantesque. Le café va bientôt manquer… Mission du matin lorsque je dédie une journée entière à ma thèse : écrire ses objectifs. Vaguement.

☑ Analyser la bibliographie d’un article

☑ Faire une fiche de synthèse pour un article de revue

☑ Ordonner sa biblio dans Zotero

☑ Transcrire des passages d’un herbier

☐ Corriger des copies

Etc.

Une fois ces objectifs notés, je ne me dis pas qu’il faut absolument que je les réalise. Il y aura toujours des choses qui resteront inachevées ou irréalisables. J’organise mon espace de travail. En temps de confinement, c’est aussi savoir s’isoler, avec les écouteurs par exemple si le compagnon de confinement télé-travaille en conf’call à côté. Je prépare toujours une pile de livres en rapport avec les thèmes que je vais travailler dans la journée afin de ne pas me lever toutes les 36 secondes. Je me sers une bonne rasade de thé vert ou de café, je range un peu, j’aère, et je commence.

En règle générale, le matin, l’esprit étant plus clair, je lis les livres à ma disposition. Sortez les post-it, le crayon de bois et les surligneurs ! Je note sur la page blanche ou la page titre du livre en cours au crayon les numéros des pages qui m’intéressent.

Continuer la lecture de « Parle à ma thèse : journée type dédiée à la thèse pour doctorante en confinement »