Les balbutiements d’une première base de données iconographiques pour la thèse (Parle à ma thèse 4)

Depuis que j’ai donné un TD en classe de L2 d’histoire moderne ce dernier semestre, j’ai vu à quel point les étudiants manquaient d’images pour visualiser un passé souvent trop lointain et confus dans leur esprit. Sans image, les textes, lorsqu’ils ou elles les décrivent ont deux résonnances : ils sont soit décrits de manière très distante et semblent presque désuets et périmés, perdant tout leur sens, soit ils paraissent faire écho à nos situations actuelles contemporaines, parfois trop, entraînant d’énormes anachronismes ! Or, si l’on applique systématiquement une image à un texte, d’autres idées viennent pour s’exprimer sur une période donnée, un évènement du passé, l’image replace automatiquement l’histoire dans un contexte. Faire une base de données iconographiques pour ma thèse m’a donc paru inévitable. S’il faut parler d’objet végétal, d’objet-médicament, d’objet-savoir, de “matériau-savoir“, s’il faut raconter à la fois une histoire culturelle et une histoire matérielle d’un objet comme la racine, alors il faut des images : pour les imaginer, s’imprégner d’un style, d’une présence, peut-être un peu en bas à droite, à l’écart d’un grand tableau, peut-être sur un rebord de table, comme reste d’un repas dans une assiette, ou au pied d’un grand arbre, par terre… peu importe.

Depuis janvier, j’ai donc envisagé cette base de données avec une grande appréhension. Bien entendu, il faudra interpréter les images, quand celles-ci parlent d’elles-mêmes ou quand d’autres semblent plus complexes à décrypter. La première chose qui m’est venue à l’esprit est de définir quel type d’images je voulais récupérer. L’idée m’est venue aussi en visitant plusieurs musées dont celui de Valenciennes (Musée des Beaux-Arts) où l’on trouve la fameuse marchande de légumes peinte par Joachim Beuckelaer en 1564. Voici une autre version :

Huile sur toile de Joachim Beuckelaer (1564), Staatliche Museen, Kassel

Je n’ai pas encore établi de grille-type permettant de sélectionner mes images avec des critères propres à ma base de données iconographiques. Au départ, j’utilisais un simple fichier dans l’ordinateur pour les classer par “Illustrations de racines”, puis “Autres iconographies autour des racines” avec notamment des frontispices d’ouvrages. Et puis, il faut bien se rendre à l’évidence, la base de données qui va forcément évoluer, a besoin d’être pensée, réfléchie. Avec l’écriture, le métalangage du blog hypothèses, je me suis dit que c’était l’occasion.

Quelques critères pour la sélection des images (partiellement définis):

Continuer la lecture de « Les balbutiements d’une première base de données iconographiques pour la thèse (Parle à ma thèse 4) »

Une histoire contemporaine et naturelle du manioc (XXIe siècle)

Albert Eckhout — scanned from the book Albert Eckhout: een Hollandse kunstenaar in Brazilië ISBN 9040089299 (wikipedia)

En étudiant un peu l’histoire du manioc, pour ma thèse, j’ai décidé de l’envisager aussi sous l’angle de l’histoire contemporaine, au XXIe siècle. Cette approche peut éventuellement éclairer des usages anciens et comprendre ceux d’aujourd’hui… Symbole de la colonisation, importée d’Amérique vers les continents occidentaux et l’Afrique, la racine du manioc est devenue un véritable totem.

Continuer la lecture de « Une histoire contemporaine et naturelle du manioc (XXIe siècle) »