Recension de quelques racines contre les maux de tête, entre XVIe et XVIIe siècles (Sources : Histoire des plantes, J. Daléchamps)

Hans-Simon Holtzbecker, Ecballium elaterium, gouache on vellum, in: Gottorfer Codex, Wikicommons

Jacques Daléchamps, docteur de l’université de Montpellier (1545) avait suivi les cours de Guillaume Rondelet, d’où le développement accru d’une curiosité médicale tournée vers les plantes et l’instinct de naturaliste-botaniste. Ayant exercé à l’Hôtel-Dieu, on le voit dans son Histoire des plantes (Historia generalis Plantarum, Lyon, 1586), sa pratique est caractérisée par une érudition critique envers les sources qu’il compile. Jacques Daléchamps met ses connaissances au service d’une médecine appuyée par la pharmacopée, précise, détaillée. En cela, il est aidé par de grands noms dans l’histoire de la botanique, Jean Bauhin ou Jean Des Moulins (traducteur fameux, entre Matthiole et Dioscoride). L’ouvrage Histoire des plantes est monstrueusement épais. Qu’on ne vienne pas me dire qu’il ne s’agit là que d’images ou de planches illustrées. L’herbier décrit plus de 2731 plantes et les descriptions des deux sortes de Mandragores, par exemple, lui prend exactement 4 longues pages de travail de compilation des sources, de travail philologique, étymologique, et épistémologique, de corrections/rectifications des erreurs anciennes. Son travail colossal était surnommé “Histoire des plantes de Lion” et fut l’objet d’une vive critique de la part de botanistes, notamment Gaspard Bauhin (Animadversiones in historiam generalem plantarum Lugduni (Francfort, 1601, in-4°),1.

Continuer la lecture de « Recension de quelques racines contre les maux de tête, entre XVIe et XVIIe siècles (Sources : Histoire des plantes, J. Daléchamps) »
  1. Gerber C. Une controverse : Les progrès de la botanique au XVIIe siècle. In: Bulletin de la Société d’histoire de la pharmacie, 15ᵉ année, n°56, 1927. pp. 477-491. doi : 10.3406/pharm.1927.1692 http://www.persee.fr/doc/pharm_0995-838x_1927_num_15_56_1692 []