Parle à ma thèse (3) : Quelques réflexions sur l’avancée de ma thèse en première année de doctorat

(source : pexels)

Nous voici arrivé · es au terme d’un semestre bien chargé en émotions et les émotions dans la recherche peuvent très bien nous mener dans des lieux obscurs et dissimulés, ce qui fut le cas pour ma part. D’une phase de découragement, d’annulations et de reports de projets, et de manque de sources, je suis passée à une phase d’écriture et de prospection, suivie d’une phase d’accumulation et de mise en forme. Comme écrire semble être salutaire pour la santé mentale disons-le, il faut bien noter que le milieu de la recherche peut parfois paraître d’une générosité infaillible tout comme il peut paraître sous sa forme la plus faustienne, tel son jumeau contraire et diabolique. Et c’est dans le silence des mots – et des clics -, qu’en tant que doctorante, j’ai sorti un peu la tête hors de l’eau pendant le confinement.

Résumé de la thèse en préparation : http://www.theses.fr/s238627

Photographie personnelle, Fantômes, traces, installation “in situ”, pour l’école d’art et de design de Tours, 2018

Parmi les grandes étapes que je voulais franchir cette année, voici celles que je n’ai pas réussi à franchir, avant de parler des succès.

Continuer la lecture de « Parle à ma thèse (3) : Quelques réflexions sur l’avancée de ma thèse en première année de doctorat »

Recension de quelques racines contre les maux de tête, entre XVIe et XVIIe siècles (Sources : Histoire des plantes, J. Daléchamps)

Hans-Simon Holtzbecker, Ecballium elaterium, gouache on vellum, in: Gottorfer Codex, Wikicommons

Jacques Daléchamps, docteur de l’université de Montpellier (1545) avait suivi les cours de Guillaume Rondelet, d’où le développement accru d’une curiosité médicale tournée vers les plantes et l’instinct de naturaliste-botaniste. Ayant exercé à l’Hôtel-Dieu, on le voit dans son Histoire des plantes (Historia generalis Plantarum, Lyon, 1586), sa pratique est caractérisée par une érudition critique envers les sources qu’il compile. Jacques Daléchamps met ses connaissances au service d’une médecine appuyée par la pharmacopée, précise, détaillée. En cela, il est aidé par de grands noms dans l’histoire de la botanique, Jean Bauhin ou Jean Des Moulins (traducteur fameux, entre Matthiole et Dioscoride). L’ouvrage Histoire des plantes est monstrueusement épais. Qu’on ne vienne pas me dire qu’il ne s’agit là que d’images ou de planches illustrées. L’herbier décrit plus de 2731 plantes et les descriptions des deux sortes de Mandragores, par exemple, lui prend exactement 4 longues pages de travail de compilation des sources, de travail philologique, étymologique, et épistémologique, de corrections/rectifications des erreurs anciennes. Son travail colossal était surnommé “Histoire des plantes de Lion” et fut l’objet d’une vive critique de la part de botanistes, notamment Gaspard Bauhin (Animadversiones in historiam generalem plantarum Lugduni (Francfort, 1601, in-4°),1.

Continuer la lecture de « Recension de quelques racines contre les maux de tête, entre XVIe et XVIIe siècles (Sources : Histoire des plantes, J. Daléchamps) »
  1. Gerber C. Une controverse : Les progrès de la botanique au XVIIe siècle. In: Bulletin de la Société d’histoire de la pharmacie, 15ᵉ année, n°56, 1927. pp. 477-491. doi : 10.3406/pharm.1927.1692 http://www.persee.fr/doc/pharm_0995-838x_1927_num_15_56_1692 []

Parle à ma thèse (2) : La thèse expliquée à mes proches, au 8ème mois (bilan)

Voici comment expliquer le déroulement de ma première année de thèse (j’en suis seulement à mon huitième mois !) à mes proches, personne n’explique jamais ce qu’est vraiment être en thèse. Alors voici ! Et bon courage à tous les thésard.e.s ! 🙂

pexels

“On peut saisir l’occasion de la thèse (…) pour retrouver un sens positif aux études et à leur progression, entendues non pas comme une accumulation de savoir, mais comme réflexion critique sur une expérience, comme l’acquisition d’une compétence, utile pour son avenir, à identifier les problèmes, à les aborder avec méthode et à les exposer suivant certaines techniques de communication.” Umberto Eco, Comment écrire sa thèse, Flammarion, 2016.

Continuer la lecture de « Parle à ma thèse (2) : La thèse expliquée à mes proches, au 8ème mois (bilan) »

Le comment de la thèse : écrire les histoires naturelles

American Turk’s cap Lily, Lilium superbumGeorg Dionysius Ehret (1708-70), About 1750-3, Watercolor and gouache on vellum V&A Museum no. D.589-1886

Mais que fait-on là, à “faire” une thèse, à la “produire”, la “fabriquer”, à l’écrire ? Avant de se demander pourquoi, je réalise que c’est par la question “comment?” que les réponses apparaissent çà et là.

La trace

“Il ne s’agit pas non plus de reproduire un réel, un vécu qui aurait échappé aux gens de savoir. Mais seulement de s’insinuer, comme par effraction, à l’aide de sources jusqu’ici peu utilisées, dans cet espace ouvert (…)” dit Arlette Farge au sujet des rues.1

Dans l’interminable flot des connaissances, il y a celles sur lesquelles nous ne nous sommes jamais penchés, et puis il y a les connaissances sur lesquelles nous nous sommes arrêtés mille fois. Dans les deux cas, on cherche, on tâtonne. On oriente le regard, on change d’optique, on pose d’autres questions. L’enquête se poursuit toujours sur de nouveaux terrains, poussiéreux ou plus fréquentés. La trace est souvent plus visible par les écrits des chercheurs, mais elle peut naître aussi de l’invisible. On s’interroge, on se demande s’il est possible d’interpréter tel ou tel fait. Nos réflexions se muent, se transforment. Quelques fois, nos pensées se heurtent à une incapacité, un mur, un vide, une obscurité. La trace sert de fil conducteur. Elle est la marque de la mémoire : mais laquelle ? Elle reste à être écrite par quelqu’un, quelque part. Mais pourquoi chercher dans les mots la nature ?

Continuer la lecture de « Le comment de la thèse : écrire les histoires naturelles »
  1. Farge, Arlette. Vivre dans la rue à Paris au XVIIIe siècle. Editions Gallimard, 2014. []

Rédiger un essai ou un mémoire : une méthode

@pexels

Bonjour tous et toutes. Je propose ici quelques pistes pour écrire un mémoire ou un essai. Bien entendu ce sont des méthodes personnelles, éprouvées par ma seule petite personne et il est bien entendu que ce n’est pas une méthode universelle. J’espère que vous y trouverez quelques réflexions intéressantes et pensez à adapter votre rythme de travail car nous sommes tous et toutes différent.es.

L’étape de la lecture

Pendant la période où je lis beaucoup je fais quelques fiches, c’est important de garder une trace de ce qu’on lit sinon trois mois plus tard, on oublie. Pour conserver des notes j’ai plusieurs méthodes : sur des pages de carnet, sur des fichiers Microsoft Word, ou bien par des pense-bêtes qui restent dans le livre (numéro de page + mots clés/grandes thématiques/citations importantes).

Continuer la lecture de « Rédiger un essai ou un mémoire : une méthode »

Réflexions autour de l’écriture d’un blog/carnet de thèse

@pexels

En ouvrant ce carnet de recherches, ou carnet de thèse, j’avais envie de pouvoir écrire la plupart de mes réflexions autour de la recherche académique, entre autres, tout en mêlant cela avec mes autres pratiques (notamment artistiques). Voici les 5 grands thèmes que je m’impose dans ma vie doctorale quotidienne :

Continuer la lecture de « Réflexions autour de l’écriture d’un blog/carnet de thèse »